Cancer du col et papillomavirus : questions / réponses (première partie)

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 28 Juillet 2008 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 06 Janvier 2016 : 16h01
-A +A
Que faut-il savoir sur le cancer du col de l'utérus et les papillomavirus ? Quels sont les risques de contamination ? Comment s'en protéger ? Quel dépistage ? Quels sont les traitements des lésions pré-cancéreuses ? Le Dr David Elia* répond concrètement à toutes ces questions.

Les papillomavirus, c'est quoi ?

Les papillomavirus représentent une famille de virus. Il en existe plus d'une centaine, dont une vingtaine touche préférentiellement les voies génitales, en particulier les organes sexuels féminins et encore plus préférentiellement le vagin, la vulve et le col de l'utérus.

Parmi ces nombreux papillomavirus, certains donneront des lésions bénignes comme des sortes de petites verrues par exemple, tandis que d'autres seront à l'origine de cancers du col de l'utérus après avoir créé des lésions bénignes qui se cancériseront éventuellement ultérieurement. Autrement dit, lorsque la muqueuse du vagin ou du col a été contaminée par ces papillomavirus, selon la capacité du virus et si le dépistage ne se fait pas suffisamment tôt, on peut aboutir à un cancer du vagin ou du col de l'utérus.

Pour savoir si l’on est contaminé par un papillomavirus, il suffit de faire un frottis de dépistage régulièrement.

Qu'est-ce qu'un frottis et que montre-t-il ?

Le gynécologue place un spéculum puis passe une petite brosse en plastique souple sur le col de l'utérus et son orifice afin de recueillir un panorama de cellules. Ces cellules seront ultérieurement examinées au microscope par des médecins au laboratoire, à la recherche de cellules anormales et des signes spécifiques des attaques de papillomavirus. On peut ainsi observer des anomalies des cellules caractéristiques de l'impact de ces papillomavirus, en particulier les anomalies des noyaux des cellules ou des membranes de cellules. Ce qui permet de donner l'alerte et ensuite de chercher à confirmer s'il s'agit bien d'une lésion de papillomavirus pour ainsi mettre en place des traitements simples.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 28 Juillet 2008 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 06 Janvier 2016 : 16h01
A lire aussi
Cancer du col de l'utérus : la prévention est possible Publié le 12/11/2001 - 00h00

Actuellement, environ 3 000 nouveaux cas de cancer du col de l'utérus sont diagnostiqués chaque année en France. Ce chiffre a diminué ces dernières années, mais pourrait encore considérablement se réduire, si le dépistage du cancer du col par frottis cervico-vaginal était régulièrement...

Plus d'articles