Cancer du cerveau : des cellules souches contre le glioblastome ?

Publié par La Fondation ARC le Lundi 26 Mai 2014 : 09h23
Mis à jour le Lundi 26 Mai 2014 : 10h17

Des cellules souches pourraient être utilisées pour améliorer le pronostic encore trop sombre des glioblastomes, les cancers du cerveau les plus fréquents chez l’adulte.

© getty

Glioblastomes et risques de récidives

Les glioblastomes sont caractérisés par un taux de récidive particulièrement élevé, associé à une faible efficacité des trois lignes de traitements, souvent combinées : chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie. Ces résultats insatisfaisants pourraient être dus à l’existence de cellules souches cancéreuses que les trois approches thérapeutiques ne parviennent pas à éliminer et qui seraient capables de générer de nouvelles tumeurs, causant ainsi des récidives.

Une équipe de l’Université John Hopkins de Baltimore (USA) a voulu exploiter une faculté encore mal comprise de certaines cellules souches, capables d’aller interagir spécifiquement avec des cellules tumorales ou des cellules autour desquelles une inflammation se développe. Leur travail a ainsi montré que de telles cellules souches, modifiées in vitro pour exprimer une protéine à l’action anti-tumorale (BMP-4), permettaient de réduire efficacement les capacités à nuire des cellules souches cancéreuses dans un modèle expérimental.

PUB

L’espoir des cellules souches

Les cellules souches issues du tissu graisseux des patients sont plus simples à exploiter que celles de la moelle osseuse, plus classiquement étudiées, et leur prélèvement bien moins invasif. Concrètement, ces cellules souches seraient prélevées puis modifiées pour exprimer BMP-4. Les cellules modifiées seraient injectées juste après la résection chirurgicale de la tumeur, pour détecter les cellules souches cancéreuses et les attaquer grâce à BMP-4. Les résultats pré-cliniques sont très encourageants, mais les auteurs restent prudents : plusieurs années de développement sont encore nécessaires pour que de telles approches thérapeutiques soient expérimentées chez l’homme.

Publié par La Fondation ARC le Lundi 26 Mai 2014 : 09h23
Mis à jour le Lundi 26 Mai 2014 : 10h17
Source : Fondation ARC - Li, Q. et al ; Mesenchymal Stem Cells from Human Fat Engineered to Secrete BMP4 Are Nononcogenic, Suppress Brain Cancer, and Prolong Survival; Clinical Cancer Research; 1er Mai 2014.
PUB
PUB
A lire aussi
Des virus pour combattre le cancerPublié le 30/11/2009 - 00h00

Ils ne s'attaquent pas aux cellules saines de l'organisme. Ils infectent uniquement les cellules cancéreuses et les détruisent. Ce sont les virus oncolytiques, des virus qui pourraient devenir de redoutables armes anti-cancer.

Quand les inhibiteurs de STAT3 font coup double contre le cancerPublié le 13/11/2014 - 14h28

Réduire l’activité de la protéine STAT3 permettrait d’améliorer l’action anti-tumorale du système immunitaire. Une seconde bonne raison de développer des inhibiteurs initialement destinés à corriger une hyperactivité favorisant le développement tumoral.

Plus d'articles