jeanmarc321
Portrait de cgelitti

Salut à tous.

Voilà, pour faire simple, tout à commencé quand j'avais 15 ans, j'étais souvent avec mon demi frère avec qui je m'entendais trés trés bien et nous étions installés tous les deux dans le sous sol de la maison familliale et trés peu surveillé par nos parents à cause d'un climat plus que tendu, son père étant alcoolique et ayant comme sâle habitude de frapper ses compagnes, la cohabitaton est devenu trés difficile, sachant que ma mère est une "grande gueule" qui ne se laisse jamais faire, et que mon beau père ne m'accéptait pas à cause de ma réussite scolaire, me comparant constament à son fils qui lui était en echec scolaire, donc je vous laisse imaginer la vie de tous les jours dans ce contexte.

Bref, donc avec mon demi frère nous nous sommes de plus en plus isolés au sous sol, évitant un maximum les confrontations avec le principale problème de cette maison, l'alcoolisme et la violence de son père, au debut de cette relation entre nos parents nous consommions dejà du shit en quantité conséquente ( 1 plaquette de 125 g par semaine, puis de fil en aiguille nous nous sommes renfermés, consomment toujours de plus en plus de shit.

Nos parents sont réstés ensemble pendant 4 ans malheureusement, et c'est pendant cette période que ma déscente au enfer n'a fait que s'aggraver de jours en jours, car à un moment la fumette ne suffisant plus à mon demi frère, il a commencé à taper la coke en la remplacant trés vite par de l'héroïne, au début je n'étais pas dans son trip, je me contentait de l'observer, jusqu'au jour ou il m'a proposé un petit trait d'héroïne, au début cela m'a éffrayé, étant un peut au courant des accoutumances qu'elle provoque et des risque d'overdose j'étais pas trop chaud, mais je voyais bien dans quel état ça le mettait, il me parraissait super heureux avec sa nouvelle "compagne", et donc, j'ai craqué.

Le premier trait m'a litteralement poqué, j'étais totalement assomé avec une certaine euphorie.

La premiere prise n'étant pas négative, ( à part les vomissements ) j'ai continué d'en prendre en augmentant les quantités, tout en continuant ma scolarisation.

Au debut on tapait à deux 5 g tous les deux jours, ce qui est déjà trop, mais ça ne s'est pas arreté là, bien au contraire, et c'est comme ça que ma déchéance à continuée, car en plus de l'héro, nous tapions de la coke ( souvent en speed-ball ) et on prenait aussi de l'ecstazy trés régulierement, ce qui fait un cocktail détonant nous transformant en zombie, suite à cette putain de débauche, j'ai fini par me déscolariser complétement et j'ai été placé par un juge pour enfant en foyer d'urgence pour mineur, tout en prenant soins de continuer à taper et de cacher ma dépendance à l'héro à mes proche.

Puis à mon retour chez nous, ça a encore empiré, j'ai continué d'augmenter les doses en ne branlant rien de mes journées à part refourguer de la dope pour pouvoir assouvir mes besoins journaliers.

Puis après une dispute accompagnée de coups entre ma mère et son mec, elle à eu un déclic et ont est parti de cette satanée baraque, mais je n'est pas pour autant arreté ma conso, et c'est comme ça que plus d'un an après notre départ j'en suis arrivé a taper plus de 10 g par jours, tout en continuant, bien évidement de fréquenter mon demi frère et nos sâle "amis".

Et fin 2009, j'ai perdu un proche, ce qui m'a fait me remettre en question, et c'est comme ça que je suis partis 3 mois chez un ami en coupant les ponts avec tout le monde. C'est peut être bizzare, mais pendant les premiere semaine je n'est pas vraiment senti de manque, en sachant que nous fumions et buvions beaucoup, c'est assez étrange.

Mais quand je suis revenu dans ma région, j'ai rechuté de plus bel tout en buvant et en fumant encore, jusqu'à ce que je rencontre une charmante demoiselle fin mars 2010, qui m'a supporté et surtout beaucoup soutenue, c'est comme ça que j'ai décidé d'aller voir un généraliste pour entamer un sevrage.

Ca fait maintenant 2 ans que je suis sous buprénorphine, au début j'étais à 16 mg par jour, mais très vite le geste du moment ou tu te fait ta trace et ses effets m'ont vite manqués, c'est comme ça que je me suis mis à sniffer mes sub, je retrouvais un peu la défonce d'avant, malgré ma volonté de quitter Héléne, le manque physique était bien là.

Et voilà ou j'en suis aujourd'hui, ça fait un an que je n'est pas fait de rechute, mais j'en suis devenu dépendant au sub, et c'est régulierement que je dépasse ma posologie, finissant régulièrement les fins de mois en étant pas au top de la forme, sans cachets. Avec beaucoup d'insomnies, une sensibilité éxacerbé, et des mal de jambes assez génants.

Mon toubib m'a dit que je devais descendre le dosage lentement, que c'était plus sûr, mais étant aujourd'hui à 4 mg, j'en est vraiment marre, j'ai déjà éssayé d'arreter mon traitement brutalement du jour au lendemain, mais vous vous doutez bien de la suite...

J'aurais voulu savoir si le fait de partir à l'étranger quelques semaines pour stopper cette merde pourrait m'aider, car à force d'alterner les période ou j'ai mon traitement ( et que tout va à peu près bien ) et les fins de mois sans cachets avec tous les inconvénients que cela comporte, je sens que je vais craquer et ça me ferais vraiment chier car j'aurais fait tous ces éfforts pour RIEN, et j'ai surtout peur d'y rester cette fois ci.

Nous les toxicos qui avont taper pendants des années ( de mes 15 ans à mes 20 ans pour ma part ) nous payons au prix fort nos conneries,( et d'un coté c'est bien mérité ) avec toujours ce sursis au bout du nez de retomber dedans.

COURAGE A CEUX QUI SUIVENT UN SEVRAGE !

Les sub c'est pareil que l'héro sauf que c'est légalisé,

ça sent le charogne, hey les gars lisez,

bien la notice,

on voudrait pas que ça arrive à nos fils.

LA CAME POURRIE NOS VIES, DE LA PURE POUR INNOVER !

Pour finir, je ne vous oublie pas, vouv, mes 2 potes d'enfrance mort à cause d'Hélène, reposez en paix maintenant, paix à vos âmes mes pauvres, Allah y hamou.

jeanmarc321
Portrait de cgelitti

Témoignage pas totalement inintéressant, mais trop verbeux, et son titre et sa conclusion sont puants.

Vous qui utilisez le subutex de cette manière, n'êtes pas des usagers standard de ce médicament.

Pour moi ça a changé ma vie, et nous sommes une majorité dans ce cas, qui ne faisons pas d'écart aussi stupide comme shooter ses cachets ou prendre la totalité en début de mois.
L'intérêt de faire ça est complètement nul, effectivement vous devriez songer à un sevrage strict ou une substitution avec contrôle médical quotidien, car votre usage du subutex n'est pas une méthode de substitution, c'est juste une pratique de drogué complètement siphoné, ça n'a même aucun intérêt du point de vue du plaisir qu'on peut en retirer.

Le fait d'écrire c'est légal mais c'est de la came et c'est de la merde comme le reste, c'est complètement nul, ça va encourager les politiciens les plus stupides à arrêter les politiques de substitution. C'est pas parceque vous détournez l'usage d'un médicament qu'il faut dire ce médicament c'est de la merde. C'est pas parceque vous êtes dans la merde qu'il faut y plonger tout le monde.

Nous usagers sous traitement au subutex on vous dit  : allez vous faire soigner, et la tête en priorité.



 

dume
Portrait de cgelitti

moi je suis a quattre car j'ai consommer un g par jour pendant deux ans, j'ai 34 ans et je depasse souvent la poso en prenant 12 mg car j'en achete au marché noir et j'ai peur moi aussi de ne jamais m'en sortir.

Sujet vérouillé