amnezik
Portrait de cgelitti
moi je me demande pourquoi ces médicaments ,en particulier la méthadone ,rende autant accro sinon plus que l'héroine ??? on a bien inventé des médicaments mais ils ne règlent pas le problème de la dépendance - ça ca me gène .

Je comprend bien les avantages : plus sur,plus hygiénique,moins de risques d'overdoses ( et ça je pense que c'est au bon vouloir des consommateurs et non au produit par lui_même ); comme t'es plus dans la rue ça casse le traffic et ses débordements ...mais il n'empèche que ceux qui en prennent sont bel et bien accro à leur traitement et sont loins d'être libres *

je crache pas sur ces avancées mais je reste triste de savoir qu'on a suelement remplacé un produit par un autre .

retrouver gôut à la vie, à une vie sans produits _ ça c'est important ; comment se fait-il que tant de personnes aient besion d'évasion ??? c'est grave et je pense que ça relève plus d'un problème de société que d'un problème de personnalité.

J'espère que la recherche se consacrera à ces problèmes au lieu de se contenter d'être seulement fière des résultats des traitements.

A quand les vrais produits de sevrage ?!?

Flo
Portrait de cgelitti
Salut Margueritte,

T'as raison la méthadone n'est pas LA solution, mais personne ne sait comment aider les personnes qui sont "tombées" ... Ce que je trouve bien avec la méthadone c'est qu'elle est délivrée par le corps médical et en quelque sorte transforme le statut de la personne, du "drogué" en "patient". Bien entendu entièrement d'accord avec toi la solution c'est pas LA méthadone, s'en sortir c'est retrouver l'envie , le goût à la vie comme tu dis, mais comment faire (?), c'est la question que g posé il y qql jours dans le forum et à laquelle on ne m'a pas donné de réponse... J'ai un copain qui est accroc au shit et dont le meilleur pot est "soigné" depuis 2 ans à la méthadone. Son copain il a vraiment du mal à s'en sortir en plus il n'a que 25 ans et plus du tout de vie sociale.. Il en a plus que marre de la méthadone mais il continue à en prendre. Evidemment quand tu connais son histoire personnelle tu comprends vite que l'héro et la métha etc.. c'est un appel au secours étouffé/muet tout comme mon copain avec ses 20 bangs par jour, ils veulent tous les deux fuir leur vie et se complaisent dans le malheur qui a été la couleur de fond de leur existence depuis l'enfance (dans leur cas à eux ... et d'après moi...). Au passage à l'âge adulte il faut prendre des responsabilités et ils n'en sont pas capables ou tentent de (se) convaincre qu'il sont incapables...Moi j'voudrais bien savoir comment redonner le goût à la vie, comme tu dis, et je ne crois pas que les médocs quels qu'ils soient le peuvent, mais ils peuvent calmer le stress des gens pdt 1 tps pour qu'ils oublient un peu leurs "idées noires" et leur permettent de ressentir (faiblement au début) ce besoin et ce goût de vivre... Pour ma part g souffert ds mon enfance ms au point de vue social g pas souffert du tout,disons q g pas vécu de drames et derriere moi g tjs u 1 adulte ou 1 grd frere pour me dire ne regarde pas trop la télé, ne fume pas trop, fais du sport, fais tes devoirs, va voir ta grand mère...On m'a bien gavé et g svt pété les plombs ms je pense que ça m'a aidé d'avoir quelk casse couille autour de moi car c'est aussi un signe d'"amour" .. Non? Et les bons souvenirs m'aident souvent à espérer du lendemain...
amnezik
Portrait de cgelitti

Bonsoir,

Je suis actuellement sous méthadone et pour moi sa a été la solution. En effet quand j'ai contacté le toxicologue, mon copain et moi nous étions à plus de 5gr d'héroïne par jour depuis 2 ans et aujourd'hui je ne prends plus beaucoup de méthadone. Certe, certain diront que 2gr c'est peu mais au bout de 2ans la dépendance est là quand même. Le manque les matins où il n'y a plus rien, les nuits interminables à ne pas pouvoir dormir, les sueurs, le chaud, le froid, les courbatures, sont là quand même. Avec mon copain on était tombé vraiment bas en passant d'une consommation à une autre et finalement à l'héroïne. On est tombé en enfer ensemble et on a eu vraiment du mal à prendre la decision d'arreter (on s'entrainer l'un l'autre dans la mauvaise direction). Certe la méthadone ne régle pas le probléme de dépendance mais avec beaucoup de volonté et en diminuant au petit à petit les doses de méthadone on peut très bien s'en sortir. Pour prendre mon exemple j'ai comencer à 50mg de métha et je suis aujourd'hui a 10/15mg au bout de 10 mois. Tout est une question de motivation et il faut absolument avoir l'envie d'arreter et pas seulement vouloir se remettre en l'égalité ou régler un probléme d'argent. De plus en prenant des dosages bas on n'a pas du tout le même effet qu'avec l'héroïne, sa enléve juste le manque, et même parfois je me mets en manque pour pouvoir baisser tout de même, je le répéte tout est une question de volonté. Aujourd'hui je méne une vie normale et j'ai même réussi à arrété le canabis car je viens enfin d'avoir mon permis et cela sans rien d'autre que de l'homéopathie. Il est également important d'être bien encadré, moi je suis passée par SOLEA (besançon) ils ont été géniaux. Toute une équipe est à votre disposition (médecin, psychologue, psychiatre, assistante sociale et même gynéco), il ne vous pousse pas car sa ne sert à rien chacun son rythme mais ils sont là en cas de besoin et c'est en partie grâce à eux que je m'en suis sortie. Voila j'espère que mon témoignage pourra vous éclairer et peut être même vous aider. Je souhaite beaucoup de courage à tous ceux qui arrétent et ceux qui sont encore dans cet enfer de merde!

Voila bonne soirée 

Sujet vérouillé