Bioterrorisme : appel au " patriotisme thérapeutique "

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 19 Octobre 2001 : 02h00
-A +A
Les fausses alertes à la poudre blanche se sont multipliées en France et les équipes d'intervention ont parfois été débordées. Face à la psychose qui s'installe, Bernard Kouchner a réitéré son appel, d'une part au civisme, d'autre part au patriotisme thérapeutique.

Appel au civisme

Le Ministre délégué à la Santé Bernard Kouchner a lancé un appel au civisme des Français afin de calmer le zèle des mauvais plaisantins. Les équipes des Samu et les équipes hospitalières doivent actuellement faire face aux besoins médicaux des personnes ayant été en contact avec des lettres et des colis jugés suspects. A titre indicatif, dans la seule journée du jeudi 18 octobre 2001, 360 enveloppes et colis dans 58 départements ont déclenché une intervention ! Toutes étaient de fausses alertes, des actes criminels, tristes, stupides et égoïstes. Afin de rassurer les Français, rappelons qu'aucun cas avéré de maladie du charbon n'a été diagnostiqué dans l'hexagone.

Responsabiliser les Français

Avec les laboratoires concernés, le ministre appel également au « patriotisme thérapeutique ». Ce qui signifie qu'il appelle à la responsabilité de tous pour que les antibiotiques ne soient employés qu'en cas d'absolue nécessité. En effet, il est aujourd'hui primordial de freiner l'augmentation de la prescription de ces molécules (ciprofloxacine, ofloxacine, lévofloxacine) utiles uniquement en cas de menace du charbon. Il faut réserver ces antibiotiques aux indications pour lesquelles il n'y a pas ou peu d'alternative thérapeutique.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 19 Octobre 2001 : 02h00
A lire aussi
Charbon : les mauvaises plaisanteries se chiffrent Publié le 12/11/2001 - 00h00

Tristement, la France a battu le record européen, si ce n'est mondial, des plaisanteries de mauvais goûts. Avec 2.806 fausses alertes signalées depuis le 11 septembre, ces pseudo-menaces commencent à coûter très chères aux contribuables : à chaque intervention, plusieurs milliers de francs...

Que faire en cas d'alerte au courrier suspect ? Publié le 26/10/2001 - 00h00

En cas d'alerte suspectant une contamination par le bacille du charbon, la prise en charge a été définie en trois étapes : intervention de la police, de gendarmerie ou des sapeurs pompiers, prise en charge du courrier et hospitalisation de la ou des personnes ayant été en contact direct....

Plus d'articles