stephanie
Portrait de cgelitti
ma mère souffre de bi-polarité ce qui est très dure a vivre pour moi et mon frère deplus cette bi-polarité s'accompagne par un fort alcoolisme.Les médecins restant tres evasif sur les manières de l'aider j'aimerais savoir les moyens de l'aider a s'en sortir merci d'avance

Lara
Portrait de cgelitti
Je suis soignée pour cette maladie par du depakot (thymo-régulateur). En parler à votre médecin. Très efficace, mais traitement un peu lourd eu début
Boebey
Portrait de cgelitti
La Revue canadienne de psychiatrie de l' Association des psychiatres du Canada présente :

Revue du livre d'Alain Tortosa, Le trouble de la personnalité borderline "victime de ses émotions", édition AAPEL, par S. Renaud, Can J Psychiatry, 2006, 51(11) : 723-4.

Dr Renaud critique la publication d'Alain Tortosa, un aidant naturel français, auto-proclamé psychothérapeute. Elle invite à la prudence face à l'information transmise sans édition et sans revue par des pairs professionnels et formés scientifiquement.

Évaluation finale : Non recommandé.

Le docteur Suzane Renaud est professeur agrégée de clinique en Psychiatrie à l'université de Montréal. Elle travaille au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM - Hôpital Saint-Luc).

Revue canadienne de psychiatrie
http://www.cpa-apc.org/Publications/CJP/current/cjp-oct-1-06 -books.pdf

Bonne lecture !
marie-christine
Portrait de cgelitti
moi aussi je suis bipolaire depuis 3 ans j ai eu un traitement le depakot que je n et pas suporter je ne me reconeser plus et prise de pois avec l accor de la spy je lai arreté mais je fais toujour des rechute j ai deja fais une ts il y a 3 ans et la en se momen je suis en arret ses la troisieme fois avec un mois dintervale je ses que ses cette maladi qui me ren comme sa la je vouler refaire une ts mais je n'ai pas le droit ma fille se mari au mois d aout et puis mare de ne pas etre comprise on te fais toujour la moral mais personnes et dans ma tété pour s'avoir alors lundi je vais voire mon spy avec mon mari et je lui demende de remaitre en plasse un traitement sinon je vais perde mon boulo et tous le reste et la ra le bole bonsoir a tous
Emmadub
Portrait de cgelitti
Bonjour à tous,
Je souhaiterais vous apporter mon témoignage en tant que proche de malade.
Depuis quelques mois, cette maladie est apparue dans notre famille. Mon papa suite à un traitement à base de cortisone a commencé à ne plus dormir, à parler de projets pharaoniques. Des projets, tout le monde en a, mais à 71 ans ceux-ci paraissaient un peu extravagants. Par ailleurs, il ne faisait que parler sans ne plus écouter personne, il en bavait même. Il est devenu agressif, ne dormait plus, il était hyperactif, tous les jours un nouveau projet. Il était devenu incontrôlable, racontait sa vie intime, voulait divorcer, tout était dit dans la bonne humeur, sauf si on le contrariait. Ma mère ne sachant que faire, a mis au courant les quatre enfants. Mon père étant de nature autoritaire, et exubérante, nous voulions éviter les rapports de force et conflit. Nous avons donc contacté le médecin traitant qui a convaincu mon père d?aller passer un scanner en urgence, car on le trouvait tous nerveux. Une fois arrivé à l?hôpital, mon frère, ma mère et mon père ont attendu 3 heures. Mon père ne tenait pas en place, et insultait mon frère? puis une infirmière psy s?est présenté à eux, elle conseillé à mon frère de demander une hospitalisation à la demande d?un tiers. Nous n?avons pas compris ce qui se passait, car si effectivement nous souhaitions qu?il soit hospitalisé, nous n?avions pas mesuré l?ampleur et pensions qu?il irait au service neurologique et non en psychiatrie !

Ca a été un choc pour tout le monde, et d?autant plus pour mon père qui s?est réveillé le lendemain enfermé au service psychiatrique. Nous avons passé des journées à pleurer et à nous inquiéter, mais nous devions laisser faire la médecine qui nous avait convaincus que c?était la meilleure chose à faire pour tout le monde. Ensuite, la psychiatre a posé le diagnostic de bipolarité. Certains internes quant à eux, une fois la psychiatre en vacances, ont dit à mon père qu?il n?était pas malade et qu?il n?avait nul besoin d?être hospitalisé. Imaginez sa colère et sa rage envers nous, sa famille. Il nous en veut et la seule chose qu?il retient, c?est que nous l?avons piégé, et enfermé alors qu?il n?en n?avait pas besoin.

Il a revu la psychiatre il y a 15 jours, elle lui a dit qu?il avait de la chance d?avoir des enfants et une femme comme il avait. Elle lui a supprimé son tranxene, et laissé ses 2 dépakote du matin et du soir.

Il semble qu?il ait arrêté de prendre le dépakote du matin. Il s?est remis à trembler et devient de plus en plus nerveux. Ca vient du fait je pense qu?il a arrêté son tranxene et un dépakote d?un coup, il doit y avoir un effet de manque. Le problème est qu?on ne peut pas trop parler avec lui de sa maladie car il dit ne pas être malade? C?est une situation qui n?est pas facile à gérer pour les proches surtout quand l?intéressé refuse sa maladie, il n?y alors aucune discours possible
bleuette 05
Portrait de cgelitti
Bonjour, je viens de lire ce forum. J'ai 53 ans (l'age de votre mère) et j'ai été diagnostiquée bi polaire il y a seulement 5 ans. Après des années de hignt et de down avec hospitalisation. Durant un temps, j'ai bu aussi pour masquer mon malaise. Je comprend tout à fait votre souffrance. Lors de ma dernière hospilisation mes enfants ne sont même plus venu me voir. La maniaco dépression se soigne et se gère plus ou moins bien. Je prend du lithium et efexor à vie et ma vie est transformée.

Je voulais simplement vous dire que si pour vous c'est une grande souffrance votre mère souffre aussi énormément.

A 20 ans j'étais comme toi Mad. A 30 j'ai eu la première hospitalisation. Le problème de cette maladie hormis les tentatives de suicides c'est aussi et surtout toutes les conneries et toutes les dépenses inconsidérées que l'on peut faire quand on est en période de hight. Investissements dans des projets que l'on ne termine jamais, déménagements ect. Dans cette histoire moi j'ai tous perdu. Avec le lithium j'ai trouvé une certaine sérénité, et je suis occupée de me reconstruire petit à petit et à tous les niveaux.

Mais le lithium n'est pas le remède miracle il faut aussi un fameux travail sur soi meme. J'ai fait plusieurs années de thérapie, réunions chez les AA qui m'ont énormément aidée et j'ai énormément lu.Dites surtout à votre mère que vous l'aimez, qu'il faut qu'elle accepte sa maladie et qu'elle se fasse soigner. Les bipolaires ont souvent beaucoup de créatitvité, la peinture, l' artisanat, l'écriture sont des choses qu'elle pourrait découvrir et qui pourraient l'aider aussi.
Je vous souhaite bonne chance, et surtout beaucoup de courage. Je connais beaucoup de bipolaires traités au lithium et qui sont enchantés.

Je reviendrais prendre de vos nouvelles et si je peux vous aider...
Aline
Portrait de cgelitti
Je lis vos messages, je vis cette situation avec ma fille qui vient d ^tre dianostiquée bipolaire depuis 1 an après 6 ans d hopital psyckiatrique. Pourqouoi ds ses hopitaux on ne fait pas tt de suite la recherche de cette maladie, sachant que c est un difonctionnement d une glande cituée pres de cervelet qui engendre ses malaises. Depuis 1 an elle est ss dépakot et à repris ses activitées professionnelles. pr l instant elle gére son travail et sa fatigue.
Pour l entourage ces années ont été très dure mais il faut beaucoup d amour pour aider ses malades et il faut leur garder tte notre confiance et ne jamais les abandonner. Julien il faut voir un psychiatre spécialiste , voir sur le cite Argos 2001 ou l on traite la bipolarité et ou vs devriez étre conseillé. Bon courage je suis de tt coeur avec votre famille
malfroytot@aol.com
Portrait de cgelitti
[QUOTE=monibellule] en ce moment je suis en periode maniaco'hyper active,je sais que je vais sombrer dans la déprime d'ici peu.j'ai fais des recherches sur internet sur la bipolarité,et je me suis inscrite sur un groupe de paroles'et j'ai trouvé un psy qui traite de cette maladie récurante dot je souffre depuis des années sans que aucun médecin et psy n'ont pu déceler le probème;j'ai hate de voir les résultats après un traitement adapté.Bon courage à tous. [/QUOTE]
pastelle
Portrait de cgelitti
bonjour!
J'aimerais répondre au témoignage de Bleuette :
Actuellement je me pose des questions concernant mes humeurs, et je voudrais savoir par quels moyens la maladie dont vous parlez est diagnostiquée. Chez quel médecin faut-il se rendre? Quels sont les signes où symptômes? Car je me sens assez bipolaire moi aussi. Est-ce du à ma situation? A mon travail qui n'est sans doute pas des plus faciles? A mon environnement familial qui est un peu compliqué? Quoiqu'il en soit, je soupçonne depuis pas mal d'années aussi ma mère d'avoir de sérieux problèmes, et entre caractère comliqué et maladie bi-polaire, je ne vois pas bien les frontières. En plus il me semble que cela est héréditaire. Il y a peut-être des facteurs déclenchants aussi? Lesquels?
Il n'empêche que me concernant, je me sens de plus en plus anguoissée et tendue, cela va parfois jusqu'à la sensation de peur. Vis-à-vis de ma famille et de mes amis j'ai un comportement très stable, toujours éguale à moi-même. Mais lorsque je suis seule, je suis d'humeur très changeante. Je suis capable de casser volontairement un objet, j'ai pas mal de "crises de fureur". (j'avais les mêmes lorsque j'étais enfant, cela s'est calmé plusieurs années durant). j'ai de plus en plus de difficultés à supporter mon environnement et mon entourage (bruits, voisins, appels téléphoniques, jeux d'enfants)Il est vrai que je vis dans un logement aménagé dans une maison : je n'ai donc que très peu d'intimité. Ai-je envie d'autre chose ou ai-je un autre problème?
Quelqun a-til déja ressenti la même chose?
Jac
Portrait de cgelitti
Cela fait 10 ans que je "survie" à la maniaco-dépression et je peux témoigner que tout est toujours à recommencer...il faut humblement accepté cette maladie pareil à un cancer: elle nous tue lentement, c'est du moins ce que je ressent au travers les longues heures de ma vie.
Je suis d'accord avec "Bleuette 05" que la créativité nous fait évacuée le "mal de vivre".
Je suis en ce moment dans une période de descente après une relative belle été et je me sens souvent seul avec cette maladie. Mes amis, ma famille sont (je crois) épuisés et impuissant devant mes humeurs et mes tentatives de suicide. J'ai été hospitalisé 6 fois,mais cela fait 2 ans que je suis mieux suivi ( thérapeute toutes les semaines, psychiatre pour les médicaments et médecin général). Je doit dire aussi que j'ai beaucoup perdus avec mon étât ( travail régulier et permanent avec revenu stable, amis, goût de m'investir dans quelque chose à long terme.) J'ai un conjoint qui me donne beaucoup d'affection mais je vis avec la peur qu'il se lasse de mes humeurs et mes dépressions régulières. En fait ce que je veux témoigner c'est que quant-on a une maladie de l'humeur on a pas le moral pour pouvoir à chaque fois passer au travers, mais que un suivi hebdomadaire et écrire son journal peux aider à évacuer le "pire"
Merci!
stephanie
Portrait de cgelitti
Je n'ai pas été consulter.Mais tout cela c'est moi et j'en ai pleuré tellement ça fait drôle de connaître et de mettre un mot sur mes maux!!

Juste en tapant "crises de nerfs",dans mon moteur de recherche.Je suis tombée sur différents sites sur la bipolarité.
Je n'ai jamais su expiquer à aucun psy ces phases d'exitation et de grands trous noirs.
Cela a toujours été confus pour moi.
Petite ma grand-mère qui m'a élevée disait que c'était juste parceque j'étais une "sale gamine".
Un jour elle m'a dit"tu es folle,comme ta mère!"
Les gens ne nous comprennent pas,et c'est ça qui est terrible!
Et ces phases de créativités,pour moi c'est la couture,je suis capable de réaliser des vêtements et aux dires de mes amies,j'aurais du faire des écoles de stylisme!
Mais cela ne dure pas,c'est comme si mon cerveau ne répond plus par moments.
J'ai réalisé quelque auto-portraits aussi pour des amis.
Les gens me trouvent artiste dans l'âme,et ne comprennent pas que je ne fasse plus rien.
C'est marrant car j'ai mis cela sur le compte de la paresse!
J'ai envoyé un e-mail à mon ex,à qui j'ai fais enduré pendant 7 ans ces hauts et ces bas.Je lui ai expliqué pourquoi j'ai fais cela,que c'était cette maladie qui me bouffait le cerveau.Il m'a répondu qu'il savait que quelque chose n'allait pas chez moi!
J'ai eu 2 garçons avec lui.Il en a la charge pour le moment,car seule avec mes enfants,je lui es confié.
Parce que élever deux enfants seules,il faut être forte,et ce n'est pas mon cas!
A présent je vis depuis deux ans avec un jeune homme charmant,qui a comprit cette maladie (enfin j'espère!)mais qui ne veut pas que je prenne des médicament et franchement moi non plus!
Nous avons en projet commun d'acheter une maison(c'est réfléchie!!)et que l'on reprenne la garde de mes enfants.J'ai besoin d'eux et inversement.Même si par moment je me met à hurler de colère,ils savent qu'il y a cette personne qui tempère!Il est trés posé,et super avec eux.
Cette maladie rend mal dans sa peau,du coup je me désociabilise un peu.
Par contre j'ai toujours travaillé(pas le choix!)et je suis aide-soignante depuis 6 ans à présent en maison de retraite.
Mes collègues m'apprécient sans connaître mon mal,même si je suis lunatique,que je m'emporte parfois.Elles disent de moi que il n'y a pas plus franche et que j'ai du coeur.Mais que quand je suis fèrmée,il ne faut pas me parler.
Franchement je suis certaine d'être quelqu'un de bien!Malgré un passé douloureux et ce mal,j'ai fais de belles choses.Mes deux enfants sont magnifiques.
En ce moment,je me suis mise à manger bio.Je n'arrive toujours pas à arréter de fumer,ça me provoque des crises de nerfs.Je prend de la chlorella.
Je fais tout pour être mieux...mais il y a cette crainte d'une nouvelle crise,et ça m'angoisse.

Affectueusement pour tous ceux qui souffrent intèrieurement,joyeuses fêtes de fin d'année.

STEPHANIE(33 ans)

Pages

Sujet vérouillé