Benzodiazépines : plus d’un Français sur dix sous somnifère ou anxiolytique

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 09 Janvier 2014 : 11h31
Mis à jour le Jeudi 09 Janvier 2014 : 12h13

Selon l’état des lieux de l’Agence du médicament (Ansm) sur la consommation de benzodiazépines en France, 11,5 millions de Français ont consommé un somnifère ou un anxiolytique en 2012. Ces données confirment la reprise de la consommation de ces médicaments, lesquels sont, à l’encontre des recommandations, souvent prescrits sur trop de longues périodes. Autrement dit, on en consomme trop et trop longtemps.

© getty

Benzodiazépines : toujours trop et toujours plus

Malgré les restrictions d’accès et les retraits de 3 benzodiazépines (Clonazépam, Flunitrazépam, Tétrazépam), les ventes de ces médicaments n’ont pas diminué (131 millions de boîtes en 2012), confirmant « la reprise de la consommation globale de benzodiazépines » depuis 2010.

Rappelons que « les benzodiazépines sont des molécules qui agissent sur le système nerveux central et qui possèdent des propriétés anxiolytiques, hypnotiques, myorelaxantes et anticonvulsivantes ». Elles sont essentiellement prescrites pour traiter les troubles du sommeil et l’anxiété.

En 2012, l’Alprazolam était la benzodiazépine la plus consommée, suivie par le Zolpidem et le Bromazépam.

Sur les 11,5 millions de Français consommateurs de benzodiazépines, 7 millions étaient sous anxiolytique en 2012 et 4,2 millions sous hypnotique. Quelque 22% de ces utilisateurs en prennent même deux.

Les personnes sous benzodiazépines ont en moyenne 56 ans et ce sont majoritairement des femmes (64 %). Selon ce rapport de l’Ansm, « un tiers des femmes de plus de 65 ans consomment une benzodiazépine anxiolytique et près d’une sur cinq (18 %) une benzodiazépine hypnotique ».

Durée moyenne des traitements : 4 à 5 mois

Outre le nombre très élevé de Français qui consomment ces médicaments, la durée des traitements est souvent très excessive et va à l’encontre des recommandations : hypnotiques et anxiolytiques sont consommés en moyenne pendant 4 à 5 mois. Et 16 % des patients vont jusqu’à les consommer durant plusieurs années sans interruption (durant 5,9 ans en moyenne).

Or une consommation excessive de benzodiazépines expose les patients à des risques pour leur santé, notamment neuropsychiatriques, mais aussi à un phénomène de tolérance amenant à augmenter les doses pour obtenir le même effet. Une telle médication augmente également le risque d’accidents (accidents de la route, chutes…) et de troubles de la mémoire, certaines études ayant suggéré un « lien potentiel entre ces substances et la survenue d’une démence ».

PUB

Contre une banalisation dangereuse

Pour limiter cette surconsommation « toujours plus importante », les autorités vont mettre en place un nouveau plan d’action. L’objectif, informer sur les risques liés à ces médicaments et sur les dangers d’une consommation sur des durées trop longues.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 09 Janvier 2014 : 11h31
Mis à jour le Jeudi 09 Janvier 2014 : 12h13
Source : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), Point d’information du 8 janvier 2014, http://www.datapressepremium.com/rmdiff/2005147/ANSM_Rapport_Benzo_080120141.pdf.
A lire aussi
Les somnifères, des médicaments pièges...Publié le 02/07/2007 - 00h00

Mal dormir, c'est difficile, surtout quand cela se reproduit plusieurs nuits de suite. La solution peut sembler simple : prendre un somnifère, un hypnotique, un anxiolytique, comprimé ou gélule très efficace… dans un premier temps.

Tous accros aux tranquillisants ?Publié le 12/10/2009 - 00h00

Les Francais sont les plus grands consommateurs au monde de tranquillisants. Pourquoi ces médicaments rencontrent-ils un tel succès ? Sommes-nous plus anxieux et plus insomniaques que les autres ?

Les antidépresseurs cassent les osPublié le 30/07/2003 - 00h00

Au-delà de 65 ans, les femmes qui prennent des psychotropes auraient un risque de fracture plus élevé de 40%. Dans le cas précis d'un antidépresseur, ce risque est de 25% et concerne particulièrement la fracture de la hanche.

Plus d'articles