Gia
Portrait de cgelitti
Un bébé de 18 mois meurt d'overdose

DRAME 00h10 Le père dit avoir confondu un suppositoire contre la fièvre avec un autre contenant de la méthadone. L'homme, qui vivait aux Eaux-Vives séparé de la mère, est inculpé d'homicide par négligence. L'Office de la jeunesse ne connaissait pas ce cas qui rappelle deux drames survenus lors des dix dernières années.

©Pierre Abensur Eaux-Vives. C'est dans un appartement du quartier que le drame s'est déroulé le 15 mars dernier.

Un bébé de 18 mois gît sur une table de cuisine. Sa peau a des teintes violacées, le corps est froid, rigide. Sans vie. La mort remonte à plusieurs heures. La police a découvert ce spectacle macabre, le samedi 15 mars dernier, dans un appartement aux Eaux-Vives. L'enfant a visiblement succombé à une surdose de méthadone. Arrêté le jour même, le père de la fillette se retrouve aujourd'hui inculpé d'homicide par négligence.

Que s'est-il passé? Confirmant l'inculpation, le juge Raphaël Martin mène les investigations. Selon nos informations, le prévenu, un ex-toxicomane d'une quarantaine d'années, vit séparé de la mère de l'enfant. Le soir du 14 mars, il avait pris la petite en pension pour le week-end. Sa nouvelle compagne dort chez lui. A en croire son propre récit, l'homme a «fumé» ce jour-là. Un ou plusieurs joints? Mystère. Toujours est-il que la petite est souffrante, elle a de la température. Le père va prendre dans le frigo un suppositoire pour faire baisser la fièvre. «Je me suis trompé, affirmera-t-il au poste de police. J'ai confondu ce médicament avec les suppos de méthadone.» Le couple va ensuite se coucher. «La femme aurait notamment été étonnée par les ronflements de la petite, soutient une source proche du dossier. Mais le père n'a apparemment pas réagi.» L'enquête devra éclaircir ce point.

Selon un spécialiste, souhaitant garder l'anonymat, l'enfant a dû mourir dans les deux heures, probablement d'une embolie pulmonaire. Les résultats de l'autopsie ne sont pas encore arrivés sur le bureau du juge.

Le père est libéré

Le lendemain au réveil, le père découvre le bébé mort. Quand il alerte le 118, il est déjà trop tard. «L'enfant ne semblait pas maltraitée, assure une source proche de l'enquête. Une gamine dodue qui devait être en bonne santé.» Un inspecteur, spécialisé dans les problématiques de stupéfiants, est révolté: «Trop de toxicomanes pensent que la méthadone n'est ni une drogue ni un médicament. C'est faux, il s'agit bel et bien d'un opiacé qui peut conduire à la mort!» Et de citer au passage le cas «de ce bébé de 13 mois qui avait pris en novembre 2006 un comprimé de méthadone dans un préau.

Peu après son arrestation, l'inculpé a déclaré aux policiers s'être procuré ces suppositoires dans la rue à Cornavin. «Très souvent, pour les gens souffrant de dépendance, la dose qu'ils vont prendre chez le médecin ne suffit pas à combler leur manque, alors ils achètent de la méthadone chez des dealers de rue.»

Mais au-delà de ce problème, poursuit cet inspecteur, c'est la question de l'intervention de l'Etat auprès des familles de parents toxicomanes qui se pose «comme lors de l'affaire du bébé de Meyrin».

«Jusqu'à quand une mère ou un père toxicos peuvent-ils assumer leur tâche?»

Dans le cas des Eaux-Vives, le père -prétend qu'il était sevré et qu'il ne consommait plus de drogue dure.

«Mais l'enfant évoluait visiblement dans ce milieu misérable et vulnérable de la dope. C'est du Zola!» conclut un policier.

Ce dernier s'étonne de la confusion commise par le père: «Le prévenu ne devait pas être dans son état normal car comment n'a-t-il pas pu voir que le suppositoire était plus gros que ceux destinés aux bébés?»

loli
Portrait de cgelitti
il y a quelque temps dans l'Ouest de la France, un juge avait ordonné que la mère dangereuse continue à garder sa petite fille, contre l'avis du père . la mère l'a finalement tuée . le père a porté plainte contre le juge . on n'a jamais su la suite .

la justice est aveugle. combien d'enfants continuent à être confiés à des parents maltraitants, à des pères violeurs ou pédophiles, "parce qu'il n'y a pas de preuves .. " !!c
je pense que devenus adultes, ces enfants devraient porter plainte contre la justice qui les a maintenus dans la souffrance par des décisions vite prises, au mépris de leur sécurité.
Gia
Portrait de cgelitti
une fois dans un docu sur la Shoah
une rescapee des camps disait pour la mort d'un enfant
untel aurait put decouvrir un vaccin xontre le sida
je m dis la même chose p elle
la vie est mal faites
il y a des parents qui ont des enfants comme des lapins et les martyrisent !
et des couples meritants souhaitant adopter ou mettre au monde un enfant par pma sont découragés !
car demandent on a des parents qui ont eue des gisses naturellement les qualités et la perfection qu'on dem à des adoptants
RIP p cette enfant
et lisez aussi dans la rubrique alimentation, cette histoire de parents vegetlaiens dont leur fillette de 11 mois est morte à cause de la pratique vegetalienne assassine de ses parents
josy
Portrait de cgelitti
bonjour galere,

   c'est vraiment un drame affreux! pauvre bebe! les questions que je me pose sont les suivantes. la mere devait etre au courant de la dependance du pere de l'enfant je suppose. comment a t'elle pu lui confier son enfant?, sans s'assurer qu'il etait clair! la justice a t'elle autorise ce pere a recevoir son enfant chez lui? sachant qu'il se droguait? ou qu'il pouvait replonger? pourquoi l'amie du pere ne c'est elle pas preoccupe de ce bebe? ne s'en est elle pas occupe? elle est aussi fautive que le pere, car elle savait ce qui ce passait. la mere, a mon avis, porte une part de responsabilite dans ce drame. elle n'aurait jamais du lui confier son bebe, connaissant ces problemes de drogue, meme si celui ci affirmait ne plus en prendre.
il pouvait toujours voir son bebe au domicile de la mere, ou ailleur, sous surveillance. ce drame aurait ete evite. il faudrait savoir ce que la justice avait decider dans ce cas, au sujet des droits de visite et de garde de ce bebe. quoi qu'il en soit, une mere a le droit et le devoir, meme face a la justice, de proteger son enfant face a de tels individus, alcooliques, drogues, maltraitants, incestueux ou autres! pour cela, elle doit se battre bec et ongles, contre la justice, avec tous ceux qui pourront l'aider, medecin, avocat, police, psychologue, mais faire en sorte que son enfant ne soit pas mis en danger de mort par son pere sous dependance. dans les cas ou malheureusement la justice force la mere a remettre l'enfant au pere, malgre un risque certain, s'il vient a arriver quelque chose, la justice devrait avoir a rendre des comptes, et a assumer l'entiere responsabilite de sa decision! il devrait en etre de meme pour tous ceux qui relachent des personnes dangereuses pour la societe, et qui, une fois dehors, recommencent leurs crimes!
jean pierre
Portrait de cgelitti
Envoyé : 05 Avril 2008 à 19:08 par jean pierre    

------------------------------------------------------------ --------------------

et celui ci d'après ses dires avait juste fumé des joints . !!


or :

- il ne voit pas qu'il se trompe de suppo..
- il ne réagit pas quand on lui dit que l' enfant ronfle fortement ..

une lourde condamnation serait appropriée.. rien ne fera revenir cette fillette, pourtant .. mais celà ferait réfléchir ceux qui disent que les joints, c'est rien, qu'ils restent lucides etr savent dominer leurs actes .. !! la preuve que NON !..




lolie
Portrait de cgelitti
pauvre petite fille ..
Sujet vérouillé