Bambou

Publié par Dr Jacques Labescat expert en phytothérapie le Jeudi 16 Juillet 2015 : 10h54
Mis à jour le Lundi 03 Août 2015 : 17h04
-A +A

Le bambou (Bambousa arundinacea) est une herbe géante, à la croissance très rapide (jusqu’à 1 mètre par jour) et qui peut atteindre des hauteurs considérables. Ses rhizomes qui se propagent dans le sol l’alimentent en nutriments utiles à son développement. Il en existe de très nombreuses variétés (plus de 1000 espèces). Très commun en Asie, le bambou est utilisé pour sa légèreté et sa solidité : il sert de matériaux de construction, d’échafaudage et pour fabriquer du papier. Ses jeunes pousses sont une nourriture très appréciée.

Le bambou, riche en silice

Déjà employé en médecine ayurvédique, le bambou est aujourd’hui utilisé en phytothérapie pour sa tige dont on extrait un exsudat (jus) riche en silice. La silice est un constituant des tissus conjonctifs. Elle est utilisée pour aider à la production de collagène dans les os et donc favoriser la consolidation des os fragilisés (ostéoporose) ou en cas de fracture. Elle joue également un rôle dans la fixation du calcium. Une telle richesse en silice fait surnommer le bambou « quartz vert ».

La silice est également présente dans les cheveux et les ongles d’où l’utilisation du bambou dans certains shampoings et soins capillaires.

Le bambou est recommandé pour favoriser la reconstruction des cartilages notamment en cas d’arthrite et de rhumatismes. Reminéralisant, on le conseille également contre l’ostéoporose ou les douleurs articulaires.

Les feuilles de bambou auraient des propriétés vermifuges. Les jeunes bourgeons, comestibles, sont parfois conseillés en cas de nausées ou d’indigestion. On les donne ainsi en Inde aux jeunes accouchées comme fortifiant, anti inflammatoire et pour aider à la lactation.

Comment consommer le bambou ?

Bien que les jeunes pousses femelles (pour leur valeur médicinale) de certaines espèces se consomment en salade ou cuisinées, on trouve le bambou sous forme de gélules, idéales pour profiter des vertus reminéralisantes de la plante. La posologie est généralement d’environ 600 mg par jour. Se reporter à la notice du fabricant.

Le bambou est également parfois recommandé en usage externe sous forme de cataplasme de jeunes pousses pour drainer les plaies.

Les feuilles de bambou peuvent se consommer en infusion. Consommée après le repas, cette tisane favoriserait la digestion et serait diurétique.

N’hésitez pas, si vous êtes à proximité, à visiter la bambouseraie géante d’Anduze (30140).

Guide: 

Publié par Dr Jacques Labescat expert en phytothérapie le Jeudi 16 Juillet 2015 : 10h54
Mis à jour le Lundi 03 Août 2015 : 17h04
A lire aussi
Ostéoporose Publié le 25/08/2015 - 13h51

Prêle, ortie, bambou, olivier : des plantes contre l’ostéoporose.Très fréquente, l’ostéoporose est reconnue comme un problème de santé publique : elle entraîne chaque année des milliers de fractures du fémur, du poignet ou des fractures vertébrales. En France, on estime entre 2,5 et...

Ortie Publié le 16/07/2015 - 09h03

Les feuilles d’ortie (Urtica dioica) sont riches en vitamines et en minéraux. Elles sont recommandées en cas de douleurs articulaires et rhumatismales, pour les phanères (ongles et cheveux) cassants et fragiles, ainsi que pour les peaux sujettes à imperfections. Les racines d’ortie sont...

Douleurs articulaires Publié le 07/09/2015 - 15h17

Il existe des solutions naturelles pour vous aider à lutter contre les douleurs articulaires dues à un phénomène inflammatoire. L’harpagophytum, le cassis, la reine-des-prés ou encore l’ortie sont des plantes reconnues en cas d’arthrose, d’arthrite et plus généralement...

Prêle Publié le 22/06/2015 - 12h39

La prêle  – Prêle des champs (Equisetum arvense) est recommandée en cas de douleurs articulaires quand l’ostéoporose prédomine. Reminéralisante, elle est également utile en cas de fractures. La prêle possède aussi des propriétés diurétiques.

Plus d'articles