Baignade en lacs et rivières : des eaux pas si tranquilles que ça...

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 21 Juillet 2014 : 09h36
Mis à jour le Jeudi 30 Juin 2016 : 15h01
-A +A

La France regorge de plans et cours d'eau exceptionnels, très prisés, notamment en été.

Des célèbres gorges du Tarn, de l'Ardèche, du Verdon... jusqu'au petit lac à côté de votre camping, les baignades font partie intégrante des joies de l'été ...

Mais aussi de ses dangers :

  • Qualité des eaux de baignade avec risque de diarrhées, problèmes de peau, yeux, infections urinaires…

  • Accidents et noyades en eau douce, trop fréquents chaque été.

Avant de partir vous baigner dans le lac ou la rivière de vos rêves, informez-vous et suivez les conseils d'E-santé.

Baigande en rivières et lacs : de l'eau... et des bactéries

À la plage, grâce à l’alternance des marées, l’eau est toujours renouvelée. Les éventuelles bestioles indésirables sont donc régulièrement chassées, et ne peuvent pas s’installer trop confortablement… ni envahir les baigneurs.

En revanche, en rivière ou en eau dormante (lac ou étang), il est plus facile pour des parasites de proliférer, ce qui rend les eaux de baignade parfois dangereuses.

Et la liste de problèmes potentiels est longue : gastro-entérites, infections respiratoires, infection de petites plaies, otites... peuvent être dues à la présence de bactéries.

On craint notamment des bactéries fécales, introduites dans l’eau par la négligence des hommes, la présence d’animaux à proximité, ou tout simplement le rejet d’eaux usées dans les cours d’eau.

Par ailleurs, des micro-algues peuvent entraîner des réactions allergiques (irritations de la peau) si l’on reste trop au contact du sol.

Mousse ou écume blanche au bord d'un lac : un danger ?

Nombre de baigneurs rapportent ce phénomène et s'en inquiètent. Mais la présence d'une écume blanche peu ragoutante sur les rivages d'un lac n'est généralement pas un signe de pollution. Personne n'a vidé de bidons de lessive pour polluer la plage !

Il s'agit la plupart du temps d'une phénomène normal et inoffensif, l'écume résultant de la dégradation d'un composé organique du lac (des plantes par exemple). Dans tous les cas, en présence d'un tel phénomène, l'eau est analysée et au moindre doute, la plage est fermée.

Eaux de baignade : comment se baigner dans les cours d'eau en toute sécurité ?

Cela commence, naturellement, par une vérification soigneuse de la qualité des eaux de baignade.

Vous trouverez toutes les infos sur la qualité des eaux de baignade ici : http://baignades.sante.gouv.fr/baignades/editorial/fr/accueil.html

Attention cependant, la contamination d’un point d’eau peut se faire rapidement. Avant d’aller vous baigner, consultez le site de l'Agence régionale de santé locale pour avoir les renseignements les plus récents.

Par ailleurs, même si vous sélectionnez avec soin votre lieu de baignade, certaines précautions restent conseillées :

  • Ne vous baignez pas si vous avez une plaie ouverte ; et si vous vous blessez dans l’eau, nettoyez puis désinfectez rapidement la zone.
  • Ne vous asseyez pas directement sur le sol mais utilisez une serviette épaisse.
  • Ne restez pas trop longtemps en maillot mouillé, douchez-vous dès que possible (et mettez-vou au sec).
  • Ne laissez jamais vos déchets dans les environs, cela risque d’attirer des animaux !

Et la bilharziose ?

Fin avril 2013 ont été signalés des cas de bilharzioses dans la rivière Cavu en Corse. La bilharziose est causée par un ver parasite (Schistosoma haematobium) qui vit dans l’eau douce et qui pénètre dans l’organisme humain en traversant la peau. Ce dernier est plutôt un parasite des pays tropicaux et n'est que très rarement vu chez nous.

Le phénomène est inquiétant car la maladie est dangereuse, mais il faut relativiser et ne pas généraliser. Il est fort à parier que vous n'attraperez pas la bilharziose en vous baignant dans plan ou un cours d'eau en France !

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Lundi 21 Juillet 2014 : 09h36
Mis à jour le Jeudi 30 Juin 2016 : 15h01
Source : http://www.kwaliteitzwemwater.be/. OMS, Directives pour la sécurité des eaux de baignade - http://www.invs.sante.fr/Publications-et-outils/Rapports-et-syntheses/Maladies-chroniques-et-traumatismes/2013/Surveillance-epidemiologique-des-noyades-Enquete-NOYADES-2012 - http://www.directmatin.fr/france/2013-07-09/lete-quatre-personnes-meurent-chaque-jour-par-noyade-504881
A lire aussi
Depuis le 1er juin 2012 : deux noyades par jour Publié le 17/07/2012 - 07h36

Chaque année, l'Institut de veille sanitaire (InVS) mène une enquête « Noyades », du 1er juin au 30 septembre. Selon les premiers résultats intermédiaires, en un mois, 148 noyades accidentelles sont survenues, dont 73 ont mené au décès (soit 49%).

Plus d'articles