cgelitti
Portrait de cgelitti

Bonjour à tous,J'ai 38 ans et je viens de mettre enfin un "mot" sur le trouble de ma mère. Mon histoire est très longue, je suis d'ailleurs en train d'en écrire un livre depuis maintenant 10 ans. J'avoue ne pas savoir pourquoi je viens ici...certainement pour voir s'il existe des cas identiques aux miens. J'ai perdu mon père à l'âge de neuf ans, il s'est suicidé...j'ai longuement cherché les raisons de son acte, avec une partie que j'ai comprise et accepté et une autre qui m'est encore inconnue et qui soudainement s'éclaircissait. J'ai réalisé une thérapie dès l'âge de 26 ans, (suite à un grâve accident de voiture ). Cette thérapie a duré cinq ans, elle m'a permise de me reconstruire, de me libérer et d'être mieux dans ma peau. Hormis le décès de mon père, une série d'évènements ont continués, notamment la mort par accident de moto de ma grande soeur qui avait 16 ans (j'en avais 13), celle d'un oncle proche (suicide également)...enfin la liste est trop longue pour les énumérer tous...Les derniers en date sont un cousin de 27 ans parti en février 2013 d'une leucémie et celle de ma Grand-mère (ma maman d'Amour) d'une leucémie également en juin 2013. Je vous raconte cela pour que vous puissiez situer un contexte familial déjà meurtri. Je suis finalement la seule qui a une personnalité forte disons suffisamment pour vivre pleinement la vie. Je retourne consulter ma psy depuis la partance de ma Grand-mère dont j'étais extrêmement proche. Ma mère m'a toujours bouffé la vie, m'a accusé du décès de mon père, je n'avais pas le droit de pleurer ma soeur, car d'après elle je ne l'aimais pas (c'était totalement faux). Dès qu'il m'arrivait quelque chose de bien dans ma vie, elle m'a toujours descendue en flèche aux yeux de ma propre famille et des autres (relations, amis, connaissances ou inconnus). Elle disait que j'étais méchante, folle, destructrice et j'en passe. Je ne comprenais pas l'attitude vis-à-vis de moi de certaines personnes, tant de questions qui restaient en suspend dans ma tête que j'ai même finie par croire que j'étais réellement méchante et folle. La culpabilité m'a rongé et a toujours gagné mon coeur qui m'a fait à chaque fois céder pour venir en aide à ma mère. J'ai assisté à de nombreuses scènes, elle m'a manipulé de nombreuse fois et lorsque j'avais assez de cran pour dire STOP, elle menaçait de se suicider, ce qui reste un de mes points faibles étant donné que mon père l'a fait. Dernièrement, l'homme avec qui elle partage sa vie et le seul qui a montré un intérêt pour moi et qui a assez de discernement pour cerner ma mère, m'annonce qu'il l'a quitte. Nous avons eu une très grande discussion et les réponses à mes questions sont soudainement apparues...J'ai appris qu'elle était extrêmement jalouse de la relation que j'ai avec mon beau-père, alors que mon beau-père comble simplement un manque et que nos intentions sont pures. J'ai également appris qu'elle inventait des tas d'histoires sur moi pour me saillir, qu'elle était très hypocrite et j'ai surtout appris que mon beau-père tels sont ses mots : "je suis complètement détruis psychologiquement, elle m'a vraiment cassé et je n'en peux plus, pourtant j'ai essayé, car je l'aime ta mère, mais pour mon bien-être, il faut vraiment que je parte. Elle est castratrice, méchante et manipulatrice et j'en passe...Je n'ai pas pu m'empêcher de faire le rapprochement avec mon père et je pense détenir une vérité (sans l'affirmer, sans oser le dire haut et fort, car j'en ai honte..) mais je pense qu'elle a poussé mon père au suicide. J'ai toujours senti en elle une forme de culpabilité sur son suicide, sans vraiment comprendre pourquoi et un jour je lui ai clairement posé la question. Sa réponse a été des plus étonnante : "On a jeté un sort à ton père avec de la magie noire ?! il m'avait demandé de revenir avec lui (ils étaient séparés depuis un mois) et j'ai dit non...puis ensuite il s'est suicidé." Je lui ai alors demandé pourquoi m'avoir rendu responsable de son suicide ? Elle ne m'a jamais donné de réponse. Etant donné sa vie triste également (mari suicidé, enfant enterrée) j'ai toujours été très présente, étroitement liée, les rôles sont même inversés en faisant abstraction de sa méchanceté ou en me disant : les autres mentent. Elle m'a tellement manipulé que je réalise à peine aujourd'hui qu'elle joue de mes propres blessures et qu'elle continue encore.Heureusement pour moi, j'ai entrepris une thérapie qui m'a armé un petit peu...J'aimerais pouvoir l'a railler et passer à autre chose et vivre ma vie de femme et de maman pleinement sans être perturbée par ma mère et la peur au ventre qu'elle finisse par se suicider...J'en ai parlé à ma psy, je parviendrai donc à sortir de tous cela. Je me vois comme une balle rebondissante, plus elle touche le sol fort, plus elle se relève haut. Mais je sens que je fatigue, je fatigue tellement que ma santé n'est pas au plus haut. (Baisse de plaquette, anévrisme au cerveau qui pour l'instant reste acceptable hormis d'atroces migraines mais l'intervention chirurgicale approche et deviendra inévitable. J'ai dû arrêter mon travail, car je n'y arrivais plus (j'étais consultante dédiée aux grands comptes dans le webmarketing) mais pour l'instant, je m'occupe de moi, de ma santé physique et je me repose, comme le recommande les médecins. Ma relation avec ma fille est géniale, je suis l'inverse de ma mère, tel un repère du mal pour être l'autre côté et je me suis énormément nourrie de l'Amour de ma Grand-mère où son deuil reste encore pour moi difficile à faire. Qu'est-ce que j'attends de ce message ? Je ne sais pas vraiment... d'après vous dois-je chercher à savoir si ma mère est en partie responsable de la déchéance de mon père qui est et restera ma plus grande blessure d'enfance. Je suis une servante de la vérité, de la franchise, de la droiture et d'assumer ses responsabilités quoi qu'il en coûte, mais je me sens pourtant perdue... ma psy me dit : laissons le temps (en gros) et continuons à dénouer tout ça (en gros) mais pourtant ma petite voie intérieure me dit de remettre les choses dans l'ordre. Elle a saillit mon père tellement de fois...Merci à tous ceux qui m'ont lu et à ceux qui feront l'effort de me répondre.

PS : Evidemment, j'ai abrégé mon histoire car elle serait beaucoup trop longue...

Vyloo