sophieminah
Portrait de cgelitti

Bonsoir aux lecteurs sur ce sujet si particulier, le canabis !

J'ai 44 ans et j'ai fumé mon premier bédo à 18 ans.

Au début, mes consommations étaient nécessairement occasionnelles car ce n'était pas toujours facile de s'en procurer et aussi par raison de moyens financiers.

A partir du moment ou j'ai pu m'établir professsionnelement et donc de stabiliser mon existence, ma consommation est devenue assez régulière. On peu imager mon profil comme celui d'un technico-commercial puis chef des ventes. Le gars de base plutôt cool qui ne fait pas trop de vague. La résultante a amené à une organisation assez simple, en achetant mon matos par 100 ou 200 g tous les 3 mois auprès du tissu de relations plus ou moins fiables. Question relations, je pourrai encore rajouté que quasiment dans tous les millieux que j'ai fréquenté et que je fréquente encore, c'est fou le nombre allucinant de consommateurs que je peux connaitre. Je vous parle, de toute population de gens "normaux" : des architectes, commerciaux, ingénieurs, des patrons de sociétés connues et même des flics et des médecins, c'est vous dire ! Donc plein de gens qui comme moi se défoncent plus ou moins régulièrement surtout le soir, mais qui pour autant assurent le fonctionnement de leurs existences. Par contre, de part mes positions professionnelles et aussi par ailleurs, j'ai pu aussi constaté le résultat de la conso excessive à plus de 10 pètes / jours, quand adultes ou jeunes, les gens sont en mode mou du bulbe et mou du cul, mais qui sont invivables s'ils n'ont pas leurs doses et même dangereux quand on parle d'opérateur sur machines industrielles.

Je pourrai aussi agrémenté cette réflexion du cannabis autour de son aspect qualitatif. J'ai globalement eu de la chance sur ce point et par rapport à mes ressources. Ce qui était logique, car le plus souvent j'allais en hollande pour acheter. Ce qui m'a un peu conduit à pouvoir apprécier la fumette un peu comme pour le vin.

Pour ma part, en dehors de l'aspect "festif" qui n'était de toute façon qu'une constante dans les soirées, mes motivations de fumeur on été le plus souvent la résultante d'un profond emmerdement existentiel (vous n'imaginez pas ce que l'on peu se faire chier le soir en mode VRP cloitré dans un hotel Campanile. Croyez pas que c'est la fête et les plans culs. Non, c'est restau du soir, rapports de visite, plumar, téloche, plumar et toujours téloche). Le coté existentiel peut aussi s'exprimer par un certain sens de la lobotomisation. J'ai souvent été hautement révolté par les comportements de beaucoup de gens, connus ou proches, qui pour beaucoup mériteraient une bonne trempe, si ce n'est pas un coup fusil. Gravitant dans des business importants, j'ai pu contaté que souvent ce sont les plus pourris qui s'en sortent le mieux. La fumette, m'a apporté aussi le fait de réguler des exces de révoltes et de mieux garder des positions plus "normales". Mais la réflexion ne serait pas logique si dans le même temps et par honneteté personnelle, je ne tenais pas compte de tout ce temps, cette energie, cette reflexion que j'ai perdu en fumée, plutôt que de construire et valoriser une action personnelle pour agir mieux et aller encore plus loin.

On pourrait aussi discuter sur le fond relationnel lié au canabis. C'est evident que là aussi ca oriente l'existence à travers les rencontres et le maintien des sentiments de ceux que l'on apprécie.

Vient enfin l'aspect physiologique du canabis. Plus de 20 ans de fumette, clopes et 3 à 5 pétos / jours, ca ne peut pas faire autre chose que de vous ruiner les poumons et vous mettre en état de faiblesse face aux maladies respiratoires, la pollution et le manque "d'énergie" fonctionnelle et sportive. Pour mon cas, sur ce terrain plus ou moins fragile, je me suis chopé une coqueluche + un crobe pneumo qui m'ont bien abimé les poumons. Je me retouve avec un emphyseme, soit une BPCO de classe 2 avec VEMS entre 60 à 70 %. En gros, il me reste entre 5 à 15 ans avant la bouteilles d'oxygène version vieux tubar asthmatique ou la mort, si le crabe ne me rattrape pas avant ou si une autre saloprie de virus ou microbe pneumo vient finir le travail.

Pour moi la question du sevrage, elle est pas trop difficile, car maintenant pour chaque clope ou bédo, c'est une soufrance respiratoire et la pleine et entrière conscience de la perte de vie, autant en temps qu'en qualité fonctionnelle. je n'ai qu'a regarder les photos de mon dernier scan, ca calme !. Et pourtant cela fait déjà 2/3 semaines que j'ai tout stoppé, mais putain qu'est-ce que les effets de manque sont forts. Ce qui est un paradoxe, car j'en était arrivé à un stade ou l'accoutumance était réelle sur l'effet spychotrope. Pour être pété, il me fallait de fortes doses et/ou du matos plutôt balèze (pas de la merde hyper coupé de base, ce qui est d'ailleurs un autre aspect sanitaire du problème).

J'ai 44 ans et je porte l'entière responsabilité de ma fumette. J'ai 2 enfants de 10 et 12 ans et la plus grande probabilité est que je ne connaitrai surement pas leurs propre enfants. Si l'on veux faire encore plus loin, imaginez ma position face à ma famille à qui il ne m'est pas vraiment possible de parler. Mes vieux sont bien vieux et on déjà un pied dans la tombe, je vais pas les finir avec ca. Mes enfants ca ne le fait pas non plus et mon épouse n'est pas des plus fortes.

J'ai surement perdu un temps fou, une autre réussite professionnelle et de la raison existentielle. Ca aurait pu être pire, mais incontestablement beaucoup mieux aussi.

Fumeurs, fumeuses, apprèciez les clopes et les joints que vous avez et que vous allez fumer, ne vous y trompez pas vous saurez quand la note arrivera que le choix à faire était il y a bien longtemps.

Bien à vous lecteurs, lectrices. Si mon expérience peut vous eclairer vous ou l'un de vos proches, grand bien vous fasse.

Karl

sophieminah
Portrait de cgelitti

félicitation car peu de personnes ont la volonté d'arrêter alors qu'ils constatent que cela ne leur réussit plus, tu as pris la bonne décision et j'espère que tu vas t'y tenir car ce sont surtout les premiers mois qui sont difficiles. Tiens bon et ne lâche pas prise! :)

C-Stel
Portrait de cgelitti

Bonsoir Laurence

Effectivement, l'accoutumance à la cigarette est très rapide. S'il fume depuis 3 ans, il est normal qu'il en soit dépendant. Pour l'instant cette dépendance n'a pas l'air de lui poser problème ; cela viendra sans doute.

Je pense inutile de lui faire la guerre ; mes parents m'ont fait la chasse pendant des années, sans réussir à m'influencer. La décision d'arrêter doit venir de lui. Peut-être que l'intervention d'un psychologue serait utile, mais encore une fois il ne faut pas qu'il se braque, et qu'il en voie lui-même les bénéfices.

Il faut tout de même vous rassurer : votre fils est jeune, il expérimente, et rien ne dit que ce sera un fumeur sur le long terme comme je l'ai été. Il vous fait suffisemment confiance pour vous en parler, pour ne pas le cacher, c'est déjà un très bon point. Voyez s'il continue à fumer quand il sera en milieu professionnel. Et, pour vous rassurer encore, sachez que ce n'est pas DU TOUT parce qu'il a fumé du shit dans sa jeunesse qu'il continuera plus tard, pas plus qu'il ne passera aux drogues dures. J'ai des dizaines de copains/copines qui ont fumé beaucoup dans leur jeunesse, et qui ont arrêté en commençant à travailler, ou qui ne fument que très occasionnellement.

 

Pour arrêter, il faut que votre fils en ait l'envie ; vous ne le forcerez pas.

Par contre, votre fils a tort sur un point : ce n'est pas parce qu'il fume qu'il mourra forcément d'un cancer du poumon ; il peut très bien avoir ce cancer sans fumer ; et peut très bien fumer sans avoir de cancer ! Ce qui est une injustice. Qu'il pense à cela. Qu'on peut quand même faire quelque chose, c'est mettre toutes les chances de son côté. Ou pas.

Vous pouvez contacter drogueinfoservice de manière anonyme pour avoir des réponses médicales à vos questions. Pour ma part, je ne peux parler que de mon expérience.

Je vous souhaite bon courage pour la suite

les3ailes
Portrait de cgelitti

bonjour ,  32 ans quel bel age pour profiter de la vie  chacun de nous on a une beaute interieure tu doit avoir confiance en toi en faisant une activite physique ou autre il faut pas se decourager dans la vie on a tous des mauvaises periodes trouve quelqu un qui sera a ton ecoute pour que tu puisses te reprendre en main plus tu va fumer et plus tu t enfonce si besoin fait une therapie il n y a pas de honte tu es jeune tu peux vivre de belle choses pense a t entourer de bonnes personnes . moi je suis une maman de 39 ans j ai surpris mon fils de 16ans entrain de fumer et oui on voudrait pas que nos enfants soit ni droguer ni alcoolo on voudrait qui soit parfait mais cela n est pas possible je le surveille de pres lui explique tout les dangers mais je sait qu il teste pas facile la vie . a 32 ans tu doit avoir assez de maturite pour decider de te prendre en main bon courage pour la suite et soit fier des choses positive que tu vas entreprendre

socrate59
Portrait de cgelitti

Bonjour,

Je vous remercie pour votre réponse, effectivement Nicolas fume depuis l'âge de 15 ans environ.

Il ne sait déjà plus de passer de la cigarette. Je viens de lui faire lire vos différents messages, il ne veut rien comprendre, pour lui c'est normal. Il me dit même qu'il compte partir de la maison et prendre son indépendance. Et me dis que de toute façon il mourra tôt ou tard d'un cancer du poumon.

Il n'a jamais été un très bon élève et en ce moment il passe son cap "apprenti cuisinier", heureusement pour moi il aime son métier et est assidu pour le moment.

J'ai toujours essayé de discuter avec lui mais rien n'y fait, son père est plus autoritaire, pensez vous qu'un psychologue pourrait l'aider ? C'est un bon garçon et  à part le cannabis je n'ai vraiment rien à lui repprocher.

Merci pour votre réponse

Laurence

 

Paulopaulo
Portrait de cgelitti

Sacré Karl, t'as parfaitement fait l'boulot là. Tu vois, j'ai 17 piges, deux ans de fume intensive derrière moi, sans oublier là clope qui elle me suit depuis trois ans. Sauf que voilà, mon problème aujourd'hui, si on enlève le fait que je prends tarif au niveau de mes poumons, que mes "notes" sont aussi nulles que mon bulletin, que j'ai autant de sous qu'un mec qu'en a pas, et encore, que mes relations avec les meufs se font de plus en plus rares, voir quasi inexistantes de par mon manque de motivation évident et mon désintéressement total pour tout ce qui concerne la Vie en général, et comme tu l'dis si bien, un emmerdement existentiel profond.  Deux putains de longues années pendant les quelles j'ai pu croiser pas mal de monde, de maladies, rencontrer pas mal de dealos, et taper taper taper... Des douilles toutes plus grosses une que les autres, plus de défonce, plus économique, plus rapide. Putain, j'dois y aller la, sans même pouvoir finir. en tout cas merci man, VRAIMENT. (Tu es peut-être entrain de me sauver la vie)

peace, Paulo 

C-Stel
Portrait de cgelitti

Bonjour Laurence,

Je pense que vous devriez vraiment prendre conseil auprès de professionnels.

Pour moi l'alcool est bien plus dangereux que le pétard, mais cela est subjectif et je ne sais pas ce qu'en dirait un médecin.

D'après ce que vous me racontez de votre vie, de votre expérience avec votre soeur, votre mère, il me semble aussi que c'est à vous que cela pourrait faire un bien fou d'aller voir un psychologue, ne serait-ce que pour décharger votre hotte.

J'ai vu un psy pour la première fois de ma vie il y a trois semaines, il m'a mise par terre en dix minutes mais m'a fait réfléchir et prendre conscience de plein de choses. Je pense que tout le monde devrait y aller de temps en temps !

Faites passer le mot à votre fils... en lui présentant le psy non pas comme "celui qui va résoudre son problème de fumette" (pour lui, il n'y a pas de problème...) mais comme quelqu'un qui peut l'aider à y voir plus clair dans tout ce qui l'embête dans sa vie, tout le mauvais qui tourne dans sa tête. Et là, pas moyen de nier, il y a toujours quelque chose qui nous tourmente...

Je vous souhaite une bonne journée à vous aussi

el_zozo_21
Portrait de cgelitti

Salut à vous,

voilà, j'ai décidé d'arreter ma consommation régulière de cannabis (5-10 joints par jour). Certes ça ne fait que 2 jours que j'ai arreté mais à force de lire dans les forums j'ai eu envie de partager mon experience qui n'a pa encore été evoquée. j'ai commencé à fumer a 17 ans , j'en ai 23, faites le compte. j'ai toujours eu l'impression de maitriser ma consommation, je me disais que c'était du gateau j'arretais quand je voulais... finalement, je me rend compte que ce truc me bouffe la vie, il a totalement perdu son aspect récréatif du joint qu'on fume entre copains posés au soleil a délirer sur telle ou telle connerie, il est devenu un objet tout droit sorti de la boite de pandore, je rentre chez moi après les cours, je ne traine plus avec les gens , je ne traine plus qu'avec des fumeurs... bref tout ceci à été dit dans différents Forums.

Cependant, j'aimerais attirere votre attention sur le fait que le cannabis fait partie de ma vie, j'ai grandi avec, ma personnalité s'en ressent, mon identité auprès de mes amis a été forgée par le cannabis ! quand on parle de moi on parle forcement de zozo le fumeur de canna, jamais des autres trucs que je sais faire du genre pecher, dessiner, sculpter, jouer de la guitare et je fais tout ça aussi bien que je fume un joint! j'ai peur de perdre une part de mon identité en arretant de fumer.

Sur les Forums j'ai lu qu'il fallait s'éloigner des fumeurs, mais cette diabolisation du fumeur, où nous conduit-elle ? quand on fume du cannabis on traine que avec des fumeurs et pour arreter on ne traine que avec des non-fumeurs ?  Comment etre sur que l'un ou l'autre n'est pas le mauvais conflit social ?

Bref, pour moi il est temps d'arreter quand je vois que j'ai de grosses pertes de memoires a court termes ça me fait vraiment peur, cela fait maintenant 2 jours que j'ai arreté (je sais c'est pas grand chose et je m'attend encore au pire) et les questions sans réponses subsistent dans ma tête...

 

j'aimerais avoir quelques réactions quant à mon sujet =) merci

Zozo

C-Stel
Portrait de cgelitti

Je suis d'accord, le dénommé Karl m'a mis une bonne claque aussi.

Je suis contente de voir que de tels propos peuvent faire réagir également des jeunes...

Paulo, c'est super que tu aies une prise de conscience maintenant, car à 17 ans tu as toute la vie devant toi ! Maintenant, action !!

Quant à moi cela fait plus de trois semaines que je n'ai rien touché : ni clope ni bédo. Avec un patch sur l'épaule pour m'aider, et je me sens sur la bonne voie.

Bon courage à tous

Virgi0407
Portrait de cgelitti

Bonjour,

je suis spectatrice d une amie de longue date qui s'enferme dans sa dépendance et refuse toute discution. Je m'explique. Elle a commencé à fumer lorsque nous étions a la fac, ça restait festif, pour se marrer, ça n allait pas plus loin. Elle est partie étudier à l autre bout de la France et a commencé à trainer avec des gens qui fumaient beaucoup plus qu'elle et elle a forcément suivi le mouvement... Puis elle est partie en Australie (vivre son rêve d aventure, soit, pourquoi pas...) sauf que ça s'est transforme en shoot party. La bas elle a touché à un peu tout exta, cacaine, lsd en passant par l' Héroïne(qu'elle jure aux grands dieux n'avoir pris qu'une fois) enfin bref. Lors de son 2 eme retour, j'ai eu en face de moi une nana "déchet" defoncée à 9h du mat avec le premier pétard, alcool à 10h et j'en passe. Elle a pas décroché un mot des vacances passées entre potes parce que "on est pas drôle, on ne sait pas s'amuser". J'ai essaye de lui faire comprendre que passer des vacances defonce h24 ce n'etait ni drôle ni amusant et que ça nous intéressait pas. Elle s'est complètement braquée et à décide de couper les ponts avec les seules personnes "normales" excusez moi le terme mais je n'en ai pas trouve d'autres, qu'elle fréquentait encore. J'ai insisté en essayant de lui expliquer que c'etait pour elle etc... Mais elle est rentrée dans un délire de paranoïa dans lequel tout le monde la persécute sauf ses nouveaux "amis" australiens qui sont foooooooormidables (ah bien oui c'est sur ils sont tellement stones qu'ils ne voient pas plus loin que leur pétard). voilà la situation, à 29ans elle a pas de boulot, plus d'ambition et repart en Australie dans quelques mois. On fini par craindre le pire mais elle est majeure et vaccinée que faire de plus Sachant qu'elle ne veut plus nous parler?

Bitos
Portrait de cgelitti

Holà Zozo! Moi je fume depuis que j'ai 13 ans, j'en ai aujourd'hui 40, mais je maitrise ma conso! Je suis chef d'entreprise et je gère! Soit toi même Zozo et vu comme tu réfléchit tu as de beaux jours devant toi, si tu arrives à vivre sans, fait le! Mais ne te prive pas de plaisirs maitrisés! tu dois connaître ton corps et ton AME! Quand ils en ont assé tu le ressent? N'est ce pas? Alors maîtrise ton être. Bonne route ZOZO.

Pages

Sujet vérouillé