Autisme, poids de naissance et prématurité

Publié par Julie Luong, journaliste santé le Lundi 23 Juin 2008 : 02h00
-A +A
Une récente étude montre le lien qui existe entre autisme d'une part, et poids faible à la naissance et/ou prématurité d'autre part. Pour des raisons encore inconnues, cette concordance varie chez les filles et chez les garçons.

Un nouveau lien

L'autisme touche environ 25 personnes sur 10 000 et 3 à 4 fois plus les garçons que les filles. S'il est sans doute présent dès la naissance, l'autisme apparaît généralement de façon visible vers l'âge d'un ou deux ans. Caractérisée par un trouble de la communication et du contact, cette maladie reste en grande partie mystérieuse. On lui reconnaît aujourd'hui une origine génétique bien que celle-ci ne soit pas encore clairement identifiée. Par ailleurs, une étude a montré récemment le lien entre autisme et faible poids de naissance et/ou naissance prématurée, facteurs qui multiplieraient par deux le risque d'être atteint par cette maladie.

Filles contre garçons

Ce risque accru varie cependant chez les filles et les garçons. Ainsi, bien que la maladie soit globalement plus fréquente chez les garçons, le risque d'autisme pour ces derniers est seulement deux fois plus élevé s'ils ont un poids faible (moins de 2,5 kilogrammes) tandis qu'il est jusqu'à trois fois plus élevé chez les filles poids plume. Il semble aussi que l'influence du poids et de la prématurité diffère selon que l'enfant est uniquement atteint d'autisme ou, au contraire, présente d'autres troubles.

Publié par Julie Luong, journaliste santé le Lundi 23 Juin 2008 : 02h00
Source : D Schendel et T K Bhasin, Pediatrics, juin 2008
A lire aussi
Avancée dans la génétique de l'autisme Publié le 09/04/2003 - 00h00

Fortement suspecté, mais jamais indiscutablement prouvé, le rôle de la génétique dans l'autisme s'affirme. Deux gènes situés sur le chromosome X viennent d'être identifiés dans deux familles différentes comportant plusieurs membres atteints.

Le baby blues du père Publié le 16/01/2006 - 00h00

Le baby blues de la jeune accouchée est très bien connu du grand public. En revanche, qui s'occupe des troubles dépressifs susceptibles de toucher le nouveau père ? Ce baby blues paternel est une réalité à dépister et à prendre en charge rapidement, avant d'en constater les conséquences,...

Plus d'articles