L'aspartame allège l'alimentation en toute sécurité

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 15 Mai 2006 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 27 Janvier 2011 : 11h03
-A +A
L'aspartame allège avantageusement notre alimentation en sucre depuis plus de 25 ans. Cet édulcorant est doublement célèbre, pour son pouvoir sucrant à zéro calorie et pour les controverses qu'il suscite. Régulièrement soupçonné d'être dangereux pour la santé et notamment d'accroître le risque de cancer, l'aspartame vient à nouveau d'être innocenté.

Aspartame innocenté vis-à-vis du cancer

En juillet 2005, une étude italienne* portant sur l'aspartame a semé le doute quant à l'innocuité de cet édulcorant. En effet, selon leurs expérimentations sur des rats, la consommation d'aspartame était associée à un risque accru de leucémie et de lymphome. L'Autorité européenne de sécurité des aliments a alors demandé une réévaluation de ses nouvelles données et de toutes les études disponibles portant sur la sécurité de l'aspartame. Les conclusions ont été récemment publiées. Elles réaffirment l'innocuité de l'aspartame et rejettent les résultats de l'étude italienne. A ce jour, aucune preuve scientifiquement validée n'indique que la consommation d'aspartame s'accompagne d'un risque pour la santé chez l'homme.

L'aspartame est sur le marché européen depuis plus de 25 ans

L'aspartame (un édulcorant ou substitut du sucre) a souvent fait l'objet de controverses. Pourtant, il est autorisé depuis des dizaines d'années dans de nombreux pays à travers le monde. Dans l'Union européenne, l'aspartame a été mis sur le marché dans les années 80 avant d'être incorporé comme ingrédient dans de nombreuses denrées alimentaires, dont les produits qualifiés de « light » ou d'« allégés en sucre ». Ce substitut du sucre a un pouvoir sucrant 200 fois plus élevé que le sucre classique (saccharose). Ces autorisations ont toujours été délivrées à la suite d'évaluations de sécurité approfondies. Et en 2002, une analyse supplémentaire des données disponibles avait été effectuée par le Comité scientifique de l'alimentation humaine (CSF) européen, confirmant à nouveau l'innocuité de l'aspartame chez l'homme à la dose journalière recommandée. Cette dose journalière d'aspartame a été fixée à 40 mg par kilo de poids, soit 2.800 mg pour une personne de 70 kg. (Ce qui correspond à 155 comprimés de sucre de synthèse et 15 boissons light !).

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 15 Mai 2006 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 27 Janvier 2011 : 11h03
Source : Autorité européenne de sécurité des aliments, communiqué de presse du 5 mai 2006.
A lire aussi
Aspartame : accusé une fois de plus Publié le 09/08/2005 - 00h00

Additionné à plus de 6.000 produits allégés dans le monde, ce substitut du sucre est une fois de plus accusé d'être cancérigène. Toutefois, cet effet est formulé à partir d'une seule étude, qui de plus a été menée chez le rat. Il faudrait donc vérifier en premier lieu si ces données...

Aspartame : une fois de plus innocenté ! Publié le 11/12/2013 - 11h28

Si les polémiques n’en finissent pas, elles sont bien difficiles à argumenter et à prouver scientifiquement et cliniquement.Une fois de plus, un rapport de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) conclut que l’aspartame ne présente aucun danger pour la santé du...

Les édulcorants : poisons ou protecteurs ? Publié le 03/06/2015 - 15h32

Les édulcorants, et surtout l’aspartame, sont de nouveau sur la sellette nutritionnelle. Pepsi Cola a annoncé qu’il le supprimait de ses boissons, Canderel, le leader du « faux sucre » a déjà fait de même. Le sucralose prend la place. On fait le point sur ces édulcorants qui remplacent...

Les édulcorants : au bonheur des gourmands Publié le 22/12/2008 - 00h00

Et si, au lieu de rentrer le ventre, vous baissiez radicalement votre consommation journalière en sucre ? Les édulcorants peuvent constituer une alternative intéressante pour vous aider à y parvenir. Ils possèdent une saveur à peu près semblable pour un niveau calorique beaucoup plus faible.

Plus d'articles