séverine
Portrait de cgelitti
Et oui, l'allaitement est un art que nous les femmes pouvons développer.

D'abord sous-jacent, il devient rapidement un acte anodin mais plein d'émotions.

Le choix d'allaiter doit être vécu sereinement car si vous vivez la même expérience que moi, il va falloir vous accrocher.

Thomas et moi avons mis 15 jours pour parfaire notre relation. En effet, pendant cette période, Thomas voulait manger tout de suite et n'arrivait pas à prendre correctement mes tétons. De plus, ce petit coquin avait un sein fétiche !

Le papa, la famille, l'équipe médicale de la maternité ont beaucoup contribué au bon déroulement de l'allaitement.

Bizarre, non ? L'allaitement chez certaines est inné et vient tout naturellement. Chez d'autres par contre, il demande un effort supplémentaire, pour la maman et l'enfant.

Il a fini par s'y faire et ce sont de fantastiques moments que nous avons partagés Thomas et moi.

Les petits inconvénients dans tout cela ont été les suivants :

. Thomas avait faim souvent, toutes les 2 heures en journée et 3-4 heures la nuit. C'est contraignant pour la maman qui a l'impression de ne faire que ça toute la journée.

. Thomas n'a fait ses nuits que vers l'âge de 2 mois. Par contre, dès qu'il les a fait, ce fut magique : jusqu'à 13-14 heures sans réclamer !!!

. Thomas supporte mal le changement et ce fut de nouveau 15 jours de galère pour accepter le fameux biberon.

Toutefois, je ne peux guère vous assurer que le fait d'allaiter en était la cause principale !!!

Si vous doutez, n'hésitez pas à en parler autour de vous.

Parfois, il faut s'accrocher pour ne pas abandonner.

Dites-vous bien que ce que votre enfant a déjà pris lui a fait du bien, même si ce n'est que quelques jours.

Et pensez à la galère de la préparation-stérilisation des biberons, au coût du lait. Bref, toutes les raisons sont bonnes pour vous encourager à continuer cet acte merveilleux et bénéfique pour l'enfant.

Une de mes amies a changé d'avis en me voyant réussir mon allaitement. Elle n'avait pas allaité pour le premier et ne voulait pas en entendre parler. J'ai ensuite compris que ses références étaient toutes catastrophiques : crevasses, infections en tout genre, impression de continuer les privations de la grossesse.

Elle a finalement opté pour l'allaitement et je peux juste vous dire qu'elle adore ça !

Je n'ai pas eu de soucis avec mes seins car après chaque tétée, je prélevais une petite quantité de lait pour hydrater le téton et le mamelon. Cela vaut bien les crèmes qui peuvent parfois coûter cher (ex. d'un tout petit tube de lanolyne à 16 Euros).

Bon, je vous laisse car mon petit Thomas gazouille et voudrait bien que sa maman vienne jouer avec lui.

Bon courage à toutes.

séverine
Portrait de cgelitti
(suite du msg précédent) :
et pour ce qui est de continuer les privations de la grossesse, je ne suis pas d'accord : allaiter est un superbe prétexte pour se bichonner un peu en mangeant des choses bonnes et saines et en étant un peu à l'écoute de son corps. Ca dépend peut-être des personnes, mais en ce qui me concerne, je ne vois pas en quoi celà pourrait être négatif ! (surtout pour une gourmande comme moi !)
séverine
Portrait de cgelitti
Depuis 15 mois que j'allaite ma fille, j'ai trouvé que les quelques inconvénients (y passer du temps, etc) ne faisaient pas le poids face au bonheur que c'est, et à tout le bien que ça lui a fait
Sujet vérouillé