kate
Portrait de cgelitti
L'année dernière, j'ai été contrainte de stopper le tabac suite à une grosse pneumonie qui m'a clouée au lit pendant 10 jours. Rétablie, j'ai décidé de ne plus refumer, tout mon entourage était très admiratif devant mon exploit (je suis une grande fumeuse). Hélas, suite à un gros stress et à la perte de mon emploi en décembre dernier, j'ai replongé après 10 mois d'arrêt. Non seulement, je refume mais en plus j'ai 10 kg en trop suite à l'arrêt de la cigarette. Je m'en veux terriblement d'avoir échoué. Avez-vous une solution ?

Jamal
Portrait de cgelitti
Salut petit ange..sache que que tu réussiras à arreter les cigarettes ..je reviendrai pour te dire comment..promi
lydie
Portrait de cgelitti
j'ai commencé à fumer vers l'age de 16 ans, j'ai 42 ans...j'ai eu fumé deux paquets par jour...depuis 2ans, je fume 3 cigarettes, voir 10...des fois pas...quand je fume, c'est dans un lieu bien précis: la buanderie..un lieu où je m'isole..et avec la clop au bec, je me plonge dans des pensées.le plus souvent des pensées anxieuses..un genre d'addiction..ma façon a moi de m'isoler..c'est comme si je gerai les moments où je voulais aller mal..les moments où je peux m'accorder d'etre pensive...si je fume ailleurs, la clop ne me satisfait pas, si je change de main pour fumer non plus...plein de truc qui me permettent de controller ce tabagisme..je crois plus en l'arret progressif que brutale...c'est juste mon avis....
Jean-Louis
Portrait de cgelitti
J'ai commencé à fumer à l''âge de 16 ans et j'ai décidé, à 42 ans, d'arrêter du jour au lendemain. En fait, l'occasion était idéale puisque je changeais de domicile, de femme, de métier. Et, le 13 juillet 2003, après avoir fumer un paquet de 30 cigarettes sur la route (je venais de Bretagne pour me rendre dans le sud-est), j'ai tout stoppé. Depuis, je fais énormément d'économie. Ma compagne s'est arrêtée de fumer en même temps que moi et c'était, en fait, un travail d'équipe. Si, quelquefois, fugacement, particulièrement en soirée bien arrosée, il m'arrive de penser à tirer un peu sur le produit (je n'empêche personne de fumer autour de moi car ça ne me dérange pas), je me dis que si je replonge, ce sont des projets qui partent en fumée. Alors, l'envie me passe à une vitesse grand V. Bon courage pour les futurs candidats à l'arrêt mais quand il y a de la volonté, on y arrive !...
christine
Portrait de cgelitti
Bonjour,
J'aimerai répondre à Lydie quand à l'arrêt progressif plutôt que "brutal".
Le tabacologue que j'ai vu m'a affirmé que l'arrêt progressif ne marchait pas pour la simple et bonne raison qu'on alimentait toujours les capteurs à nicotine du cerveau, même en n'en fumant qu'une par jour.
On ne peut pas parler d'arrêt brutal quand on prend des substituts nicotiniques. Les patchs ne me convenaient pas car ils me laissaient des bleus alors j'ai pris les comprimés et l'inhalateur qui nous permet également d'avoir toujours la sensation de la main occupée.
Passer de deux paquets à rien, çà n'a pas été évident !
La volonté fait le reste. Je pense également qu'il faut s'occuper activement pour éviter d'y penser.
leperecollateur
Portrait de cgelitti
Il y a maintenant une bonne dizaine d'année, une amie médecin de campagne, me décida le jour de l'an, à brûle pourpoint, de terminer ma dernière boîte de cigares, et de laisser refroidir ad aeternam ma pipe brûle-gueule.
Je tins le pari, par amour pour elle tout d'abord, par plaisir de la gastronomie ensuite, et pour ma passion de la cuisine dite de l'inspiration du jour enfin.
Une seconde étape fut de minimaliser tout apport de sel dans les aliments et leurs préparations. Les bienfaits de l'ail sous toutes ses formes furent efficaces pour tirer parti des renaclements au tabac. Un grande verre d'eau ou de thé remplaça beaucoup de cigares.
L'étape suivante fut de découvrir, et quelle découverte, de multitudes d'épices, dont j'ai le plaisir d'abonnir chaque repas issu aujourd'hui de mon piano culinaire. Mes convives d'occasion, ou autres, ne passe plus un seul instant sans applaudir les goûts si "différents" à chaque plat.
Depuis je puis déclarer haut et clair, que la cuisine est mathématique pour ceux et celles qui ne savent pas la faire, et le tabac est mathématique pour ceux et celles qui ne savent pas l'affaire.
Cette même amie me gratifia d'un petit carnet de note à feuillets quadrillés, en guise de jeu à quatre sous: d'un côté il s'agissait d'écrire et additioner toutes les dépenses pour me fournir en tabac et accessoires adhoc, de l'autre il s'agissait d'annoter les sommes économisées à chaque envie évincée d'achat de ce même tabac, et quirielles d'objets qui l'accompagnent d'ordinaire. Le côté "sans" devant rattraper et dépasser, le côté "avec". Dans mon carnet, je devrais presque dire le nôtre à mon amie et moi-même, le côté "avec" est resté figé dans un centime symbolique.
BENE DICCE
leperecollateur
Guy Arsenault
Portrait de cgelitti
Chère amie, j'ai été fumeur pendant plus de 42 ans. J'ai commencé à fumer à l'âge de 12 ans. Septembre 1998, fatigué de tousser a longueur de journée, je décidai d'arrêter. Pas facile, mais avec l'aide de gomme à mâcher contenant un peu de nicotine j'y suis arrivé. Mon épouse fume toujours malheureusement, mais je suis confiant qu'elle arrête un de ces jours. Arrêté de fumer, est un choix personnel, il ne faut pas arrêter pour le plaisir des autres. Je vous souhaite bonne chance, et puis quoi 10kg en trop? Vous le perdrez cet excédent de poids, un peu de patience. Le Québec vous salue, et vos souhaite bonne chance.        &nbsp ;     Guy Arsenault
marmotte
Portrait de cgelitti
j ai ete fumeuse pendant 30ans et je fumais 1 a 2 paquets /jours surtout la nuit , car travaillant de nuit a l' hospital, cela me permettais de ne pas dormir et cela comblais des passages d acalmie ....et un jour je ne sais pas pourquoi mais ,j ai decide d'arreter c etait une bonne resolution d un premier janvier 1992et depuis je n ai jamais repris pas une seule cigarette Bien sur j ai pris du poids ,20kg en 2ans mais depuis j ai tout reperdue .Et pas repris la cigarette, alors courage quand on veux on peux ??????bonne chance
kate
Portrait de cgelitti
bonjour,
voilà 2 mois que j' ai fait une grosse pneumonie, 8 jours d' hospitalisation et depuis je suis toujours à la maison à cause d' une énorme fatigue qui persiste!
Moi aussi, j' étais une grande fumeuse et biensûr j' ai arrêté du jour au lendemain. Cette maladie est très douloureuse et donne d' énorme difficultée à respirer...
Depuis j' au dû prendre 4 kg et je me demande si je ne recommencerais pas à fumer car il faut que je vous dise que voilà 7 ans, j' ai perdu 28kg et qu' il me serait très difficile de les reprendre!!( effort constent, car ça aussi ce n' est jamais gagné)
Voilà ma petite histoire, bonne chance à tous
Christine
Portrait de cgelitti
J'ai arrêté de fumer il y a maintenant 2 ans et demi et j'étais dans la catégorie gros fumeurs : 81 ppm
J'ai demandé l'aide d'un tabacologue au CHU de ma région. Sa gentillesse m'a beaucoup aidé.
Pour moi c'est une question de volonté avant tout.
J'ai arrêté de fumer 11 jours avant un grave accident qu'à subit ma mère avec laquelle j'étais très proche. Elle est d'ailleurs restée très handicapée neurologiquement donc je ne peux plus avoir de vrais rapports mère fille avec elle. Moi aussi j'ai fait une profonde dépression mais je n'ai pas repris une cigarette. Le jour où on décide de tout mettre en oeuvre pour arrêter, je pense que c'est un défi contre soi-même et on le réussi.
Quand à votre tour vous serez vraiment prête, vous y arriverez. Bon courage
Sylvie
Portrait de cgelitti
J'ai 39 ans et j'ai fumé pendant 21 ans... J'ai eu également une pneumonie en 2000, j'ai arrêté de fumer quelque temps et puis j'ai repris. J'ai réessayé d'arrêter de fumer en 2002 et puis j'ai repris (6 kg en +) : au moindre blues ou contrariété, on a envie de reprendre et on se trouvera toujours de bons prétextes pour refumer ! Depuis le 1er janvier 2004, je n'ai pas retoucher à 1 seule clope et j'y tiens : surtout pas une taffe !!. j'apprécie cet arrêt, c'est une grande liberté. Le marchand de tabac peut être fermé : je m'en fiche éperdument et dans ma tête au bout d'1 an je n'associe plus la clope et le moral. Le fait d'arrêter plusieurs fois n'est pas un échec car on apprend à ne pas faire les mêmes erreurs. Je n'ai pris que 3 kg car je ne grignote pas entre les repas, le midi je mange léger et le soir je mange normalement avec ma petite famille. Allez courage, c'est dur mais c'est une grande satisfaction !!
Sujet vérouillé