L'argent, en avoir ou pas, là n'est pas la question

Publié par Dr Catherine Feldman, psychothérapeute le Mercredi 11 Décembre 2002 : 01h00
-A +A
A l'affiche actuellement « Ah si j'étais riche ! » nous montre Jean-Pierre Daroussin vautré dans un parterre de billets. Aurions-nous tous ce fantasme ? Probablement pas car il existe autant de comportements vis-à-vis de l'argent, qu'il y a d'individus. Certes, dans la société dans laquelle nous vivons, de l'argent, mieux vaut en avoir plus que pas assez. Mais l'adage populaire dit vrai, « l'argent ne fait pas le bonheur ».

Les uns sont cigales, les autres fourmis. Les uns travaillent toujours plus, les autres jouent avec le hasard. Les uns ont toujours peur de manquer, un rien fait vivre aux autres un sentiment d'abondance. Et entre les uns et les autres, ce n'est pas l'importance de leur capital ou de leur salaire qui est en jeu. La différence tient à la relation entretenue avec l'argent et celle-ci parle tout simplement d'eux-mêmes et de leur fonctionnement psychique.

Entre l'argent et nous, des relations souvent ambivalentes

En fait, entre nous et notre argent, les rapports sont souvent ambivalents et nos relations troubles, voire troublées avec notre porte-monnaie, sont bien souvent une forme de symptômes qui traduisent d'autres préoccupations psychologiques. Une peur de manquer peut par exemple être mise en relation avec un sentiment d'insécurité et l'argent n'est alors pas seulement synonyme de sécurité économique mais de sécurité affective. Pour certains, donner de l'argent, a valeur d'un don d'amour, quand les mots ne peuvent pas être dits. C'est parfois le cas entre un parent et un enfant. La monnaie d'échange de cette confusion entre amour et argent est aussi parfois un moyen de conserver le lien. Autre exemple, depuis l'effondrement du cours de la bourse, il n'est pas rare d'entendre au décours d'une consultation médicale, l'anxiété de ceux qui ont choisi d'y placer leur argent. Ils n'ont pas seulement l'impression d'avoir perdu de l'argent ou d'avoir fait un mauvais placement, mais tout se passe comme si une partie d'eux-mêmes, de leur puissance, était partie en fumée.

L'argent est porteur de significations multiples

Ainsi, pour nombre de personnes, l'argent est un synonyme de puissance, de force. Il permet d'exercer un certain pouvoir sur les autres, dans les domaines professionnels ou affectifs. Pour d'autres, l'argent a plutôt un symbole de protection contre le sentiment de finitude. Mettre de l'argent de côté, capitaliser pour sa retraite ou pour « plus tard » sont des façons de refuser de vieillir, de conjurer la mort. Pour certains, l'argent est vecteur de plaisir. Posséder de l'argent, pouvoir le dépenser permet d'apporter une satisfaction, une gratification. Et dans la société de consommation, tout nous incite à rechercher en permanence dans cette possibilité « d'avoir », de « posséder », une source de plaisir, pourtant jamais parfaitement satisfaite… compte-tenu de l'importance des sollicitations. Et le manque contribue à entretenir ce désir de « toujours plus ».

Publié par Dr Catherine Feldman, psychothérapeute le Mercredi 11 Décembre 2002 : 01h00
A lire aussi
Envie de tout acheter… Pourquoi ? Et que faire ? Publié le 06/09/2013 - 09h37

L’accro du shopping, vous connaissez ? Ce roman met en scène une acheteuse compulsive. Elle achète, achète, mettant en péril son compte en banque. Si ce roman est drôlissime, la réalité des acheteurs compulsifs l’est nettement moins !

Un couple à la retraite, ça se prépare Publié le 21/04/2008 - 00h00

Si la retraite est souvent accueillie avec plaisir après une carrière bien remplie, elle est aussi une étape parfois difficile à passer. C'est en effet un vrai nouveau départ, qui s'accompagne de la nécessité de redéfinir de nombreux aspects de la vie !

Plus d'articles