Annabel-Journaliste
Portrait de cgelitti
J'ai décidé pour mon mémoire de traiter de l'isolement thérapeutique et ainsi dégager les effets positifs et négatifs de ce traitement. Le choix de ce sujet est lié au fait qu'il y a quelques années ma soeur ainée a fait de l'anorexie et le seul établissement près de chez nous ne permettait que cette solution de séparation avec la famille avec un contrat poids. Les psychologues ont tellement insisté en ventant que c'était la meilleure méthode que mes parents ont accepté. Avec du recul, nous n'avons pas trouvé cette méthode très prometteuse puisqu'après plusieurs hospit de 6 mois et plus S est sortie certes avec un poids plus correcte mais pas guérie. Pour moi, le fait de les enfermer dans un etablissement ou tout leur est dicté, imposé (heure des repas, visites, sorties, cours, ....) permet seulement d'augmenter leur isolement social et les confine dans une sorte de cocon qui les rassure. De plus, toutes les personnes présente dans le service sont anorexiques ou boulimiques, je ne suis pas sure que cela leur apporte réelement quelque chose puisqu'hospitalisée c'est la qu'elle se sentent le plus mal. Certe de voir des anorexiques en voix de guérison ou guérie cela peut etre bénéfique puisque possible mais dans ses conditions, elles sont plutot dans une autre optique qui peut entrainer une depression plus forte.

En fait on nous fait croire qu'il suffit de reprendre du poids pour que tout redevienne normal mais on se rend compte que si la personne anorexique 'est pas décidée à guérir elle va très vite reperdre du poids. Mais pour moi l'anorexie n'est pas qu'un probleme de poids maais que c'est autre chose qui entraine cette perte de poids. Donc pourquoi focaliser sur un probleme (poids) qui finalement n'en est pas un réellement, qu'il n'est que la suite d'un engrenage.

Ils disent également que l'origine de la maladie est due a un conflit familial d'ou la séparation thérapeutique mais en quoi une sépartion du monde réel peut il aider à resoudre ce conflit puisqu'en sortant en plus de renouer les liens avec la famille ce qui doit etre extrement difficile car parents et adolescente se sentent coupable de la séparation, l'ado doit egalement renouer avec le monde social. Pour moi l'enfermenment c'est meur montrer un idéal de vie qui n'existe pas, c'est une sorte d'utopie mais finalemnt le probleme reste le même a leur sortie elle doivent affronter les choses de la vie et grandir. Or ce n'est pas à l'hopital qu'elles apprennet a le faire... Personnelement quand ma soeur est rentrée a la maison c'etait comme une etrangere, elle ne reconnaissait plus rien, elle se sentait de trop, elle ne voulait pas revoir ses amis d'avant et ne fréquentait que des amis anorexiques; elle a loupé beaucoup d evenements dans la famille qui meme banal ont de l'importance et quand on les a loupé on doit se sentir frusré et puni une fois de plus ; mais puni de quoi, pourquoi, je voudrais bien comprendre. Un pédophyle aura de la semi liberté pour bonne conduite et une anorexique devra être enfermé dans des conditions pas toujours acceptable sous pretexte qu'elle a perdu du poids? Quand on mesure l'ampleur de l'impact qque peut avoir lisolement, car il faut encore apres avoir subi l'hospit, se reconstruire au sein de sa famille et au sein de la société, on peut alors comprendre pourquoi elle replonge si facilement à leur sortie et retombent tres vite dans l'engrenage pour retrouver rapidement un endroit ou tout est structuré, imposé, mais sécurisant.

Pour resumer je me demande si l'isolement est réelement bébéfique pour les personnes anorexiques qui souffrent déjà à l'origine d'un isolement social? Ne guérirait-il pas seulement le problème de poids qui pour moi n'est pas le réel problème.

En fait je cherche surtout des éléments qui me permettrait de confirmer que l'isolement n'est pas forcement une solution pour guérir l'anorexie (je pense que vous l'avez compris d'après mon argumentation!) car tous les documents que j'ai pu lire prône l'isolement! Seul ce que je viens de lire sur doctissimo concernant une interwiew de dr meunier allait contre d'ou ma visite sur ce forum.

a bientot

J espere avoir été assez claire sur mes explications et n'hésitez pas à poser des questions et donner votre avis.

kora
Portrait de cgelitti
Bonjour,
Effectivement, en France, l'isolement est fréquemment imposé aux anorexiques. Moi non plus, je ne pense pas que cela puisse fonctionner pour les raisons que tu as exposées : cela conforte l'isolement dont elles souffrent déja et cela détruit les liens familiaux, sans compter la souffrance que cela génére.
Ma fille est anorexique depuis 18 mois, l'équipe médicale qui la suivait au début et avec laquelle ce fut un désastre voulait l'hospitaliser. Quand j'ai su les conditions, j'ai failli tomber a la renverse : une punition ? pour des malades ?? Nous en avons parlé avec elle mon mari et moi et elle ne voulait pas de cela. On a donc choisi une autre solution, elle est suivie par un médecin et par un psychiatre en ville et remonte la pente petit a petit. Nous sommes persuadée que de cette facon elle pourra guerir "pour du vrai" et les résultats qu'elle obtient nous confortent dans cette direction
shushette
Portrait de cgelitti
Je suis anorexique et j'ai 17 ans. Cela fait trois ans que je suis malade. J'ai fait plus d'un an d'hospitalisation sans être chez moi. Je pense que l'isolement n'est pas la solution car les conditions sont tellement difficile que l'on mange pôur sortir non pas pour guérir.
Si aujourd'hui je vais mieux c'est grâce à moi non pas aux autres(medecin, psy, famille).
La vie vaut la peine d'être vécue et il faut savoir qu'aucune maladie ne vient par hasard et il ne faut pas regretter mais au contraire tirer le juste pour devenir plus fort.
Gia
Portrait de cgelitti
tout comme p les drogués, faut couper les ponts avec des relation ex drogués
il ne faut pas laisser perdurer des amitiés avec des personnes anorexiques
Cindy
Portrait de cgelitti
Bonjour, je m'appelle Cindy j'ai 16 ans.J'ai perdu 50 kilos en 2 ans sans etre suivis par un nutrisioniste et je le regrette.Depuis ma perte de poids je n'arrive pas à accepter mon nouveau corps, je me degoute.Tout mon entourage me dit que je ne suis plus du tout la meme,
que je me renferme sur moi meme, que cela m'a retiré mon sourire et que j'ai des idées noires.Sincèrement, moi non plus, je ne comprends pas mes réactions(toute vue de nouriture grasse, sucrée,saléé me dégoute, je refuse de sortir,m'amuser, parler et meme d'aimer).Je mange très peu et je saute des repas(le soir et souvent le midi).Pendant une période je prenais des cachets minceurs pour atteindre l'extreme maigreur sans pratiquement rien manger.
angel
Portrait de cgelitti
je voudrais parler a celle qui sont anorexique comment est apparu votre anorexie est ce que vos proches sen sont rendu compte immediatement
laura
Portrait de cgelitti
Hey Jul j'ai réellement besoin de ton aide je nesais pas si tu repasseras par là mais je traite le meme sujet que toi en psychologie et j'aurai aimé que tu m'aide dans mes recherches , merci par avance reponds moi dès que tu peux laura_casado@hotmail.com
Marion
Portrait de cgelitti
bonjour,

J'ai été anorexique quand j'avais 8ans, bizarre parce que en général l'annorexie ne se déclenche que vers la période de la puberté. Moi j'avais 8ans. Je ne voulais plus manger parce que j'avais peur de vomir (rien que de dire çà j'en ai honte). J'ai perdue beaucoup de poid en 2mois et mes parents se sont inquiétés donc je suis allée à l'hôpital pour faire un contrôle. Le médecin qui m'a examiné à dit que j'étais obèse parce que avant je pesais beaucoup plus que la normal. En bref, je n'ai pas été hospitalisé. Je suis retournée chez moi et j'ai continuer quelque temps à me priver de nourriture. Et un jour tout c'est arrèté je ne me souviens absolument pas de ce moment plus rien aucun souvenir.

Aujourd'hui j'ai 17ans, et mon problème d'annorexie qui n'a pas été traité mal bouffe la vie je vous l'avoue. J'ai toujours des rapports particuliers avec la nourriture parce que parfois je m'en veux d'avoir manger autant ou d'avoir pris ce gateau en plus. Bref, mon annorexique n'a jamais été soignée. Maintenant je fais des crises d'angoisses en cours, à nimporte quel moment de la journée.

Si j'avais su quand j'avais 8ans que me faire interner dans un hôpital m'aurait facilité la vie pour plus tard je l'aurais fais sans hésité. Maintenant je dois me battre pour que mes démons ne refassent pas surfaces mais je suis loin du compte.

Je me demande aujourd'hui si un traitement psychiatrique ne devrait pas être mis en place...

Annabel-Journaliste
Portrait de cgelitti

Bonjour mesdames,

Je sollicite votre aide !
Journaliste pour la chaîne de télévision W9, je prépare actuellement un film documentaire sur les TCA. Je suis donc à la recherche de femmes souffrant de ces troubles (comme l'anorerie, l'hyperphagie, la boulimie...) qui souhaiteraient apporter leur témoignage sur ce mal qui les atteint.
Si ma proposition vous intéresse, si vous pennsez que le fait de témoigner peut vous aider ou aider d'autres personnes atteintes des mêmes maux, n'hésitez pas à me contacter au 01 53 84 33 94, ou par mail à l'adresse suivante : lecouffe.annabel@gmail.com.

Je vous remercie d'avance de l'attention que vous porterez à ma demande.
Bien cordialement,

Annabel Lecouffe
Journaliste-réalisatrice

nat574
Portrait de cgelitti
Salut ben moi j'ais bien envie de te dire que frôlant de près ou de loin des périodes d'anorexie s'est difficle de répondre il faut voir au ca s par cas mais d'entrée de jeu s'est une maladie de l'isolement où on se différencie des autres alimentairement doncsocialement s'est entrer dans leur jeu que de les isoler.
Si cela se passe mal avec la famille s'est un travail qu'il faut entamer ce qui devrait avoir lieu en collaboration et non en évacuant le problème !Tu en est où dans ton raisonnement? MOI JE CROIS QU4IL FAUT JAMAIS ISOLER affronter les problème après + ou - vite
Sujet vérouillé