opalinne
Portrait de cgelitti
Nous avions en tant que professionnels, l?habitude de traiter les

anorexiques depuis de nombreuses années.

Le symptôme anorexique oscillant fréquemment dans une alternance de

phases où la personne torture son organisme en l?affamant littéralement,

puis en le « remplissant » de nourritures diverses jusqu?à l?overdose.

Ces symptômes se déclarent souvent au début de la puberté, pour croître

entre 14 et 20 ans.

Les transformations du corps, inévitables à ce moment-là, sont pour

diverses raisons, « matées », contrôlées à l?extrême par l?anorexique.

Plus sa vie, pour des raisons de contexte familial, lui échappe,

(Moins il peut, parce que trop jeune, trop faible, avoir d?impact sur sa vie

sociale, familiale, affective), plus il va contrôler son alimentation, dans

une poigne de fer.

Ce contrôle draconien, va s?accompagner d?une érotisation sadique dans

la prise de pouvoir de son propre corps.

La pulsion sexuelle asséchée, sera distordue dans la sublimation,

jusqu?à la négation complète. La sexualité, la notion même d?amour sont

niées, le corps ne doit pas exister. Il est vécu comme un accessoire

absurde, incongru, inutile. Il doit se faire de plus en plus discret, de plus

en plus transparent, voire inexistant.

Cette activité de trans-parentalisation prend finalement toute la place

dans la vie du patient.

L?épuisement physique, la peur de se montrer aux autres, la recherche

des aliments servant à alimenter les crises de boulimie, les longues

périodes à se faire vomir, tout cela occupe quasiment toute la journée de

l?anorexique.

Jusqu?à présent le mode d?action thérapeutique, quand cela était encore

possible, était de travailler sur la relation de la patiente ou du patient

avec son image corporelle, sa fantasmatique sexuelle, sa relation

objectale, une analyse du fonctionnement familial, traiter les éventuels

traumatismes sexuels, ou les manques affectifs.

De nombreux patients ne passaient même pas par les cabinets de

psychanalystes, psychologues, psychiatres et se retrouvaient hospitalisés

d?urgence car l?amaigrissement était si grave, qu?il n?y avait rien d?autre à

faire que de passer par les phases de mise sous sonde gastrique,

perfusions, et souvent en isolement avec la famille.

Depuis deux ans environ, mais le phénomène est en augmentation

exponentielle chaque semaine, nous pouvons tous constater, simplement

en marchant dans la rue, le nombre croissant de jeunes filles et garçons,

âgés entre 12 et 16 ans, d?une maigreur squelettique.

Ils se regroupent par deux ou par trois, (alors qu?auparavant, les

anorexiques étaient assez isolés).

Ils sont presque toujours vêtus de jeans extra « slim », ultra-serrés. Leur

démarche est caractéristique, car les membres inférieurs déjà tellement

amaigris, semblent déformés vers l?extérieur en X.

Ce phénomène devient véritablement un problème de santé publique, et

ce qui le rend vraiment préoccupant, c?est que nous assistons en direct

au glissement d?un symptôme psychologique (ce que l?on nommait, il y a

quelques années, « l?anorexie mentale »), à un symptôme sociologique

relié à une mode vestimentaire.

Il suffit d?aller voir les rayons de vêtements pour jeunes, dans les

magasins, pour constater qu?il existe maintenant toute une mode et une

collection de vêtements pour anorexiques.

Les tailles extra small ?taille 30 !- ont vu le jour, dans les rayons de

vêtements pour adolescents. Effectivement, comment s?habiller quand on

a le poids d?un enfant de 8-10 ans, alors que l?on a 14-16 ans !!

Ce problème lié et à une fragilité structurelle psychologiquement, et à

l?esclavage de suivre à tout prix une mode vestimentaire refusant le droit

aux adolescents de vivre en bonne santé, risque bien de devenir un

important problème de santé publique, dans les deux années à venir.

J?invite donc, les observateurs de santé publique, à rester vigilants quant

à ce phénomène, dans les prochains mois.

La question que cela pose finalement, comment une maladie mentale

peut devenir un phénomène de mode ?

Et l?on peut se demander quel autre symptôme mental pourra à l?avenir

devenir également un phénomène de mode ?

LILIANE HOLSTEIN

PSYCHANALYSTE

13 rue de l'ancienne mairie

92100 BOULOGNE

Tel : 01 48 25 67 11

E.MAIL : liliane.holstein@wanadoo.fr

PUB
PUB