Anesthésie péridurale

Publié par Blausen (Collectif) le Jeudi 19 Août 2010 : 16h58
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 12h05
-A +A

Vidéo associée: 

Partager cette vidéo :

Publié le 19/08/2010
174 vues

À la fin d'approximativement 40 semaines de grossesse, une femme va commencer le travail. Le travail signifie la délivrance imminente du bébé. Afin de soulager la gêne de l'accouchement, de nombreuses femmes vont choisir de subir une intervention appelée péridurale pour endormir la partie inférieure du corps.

Avant cette intervention, la femme va recevoir par intraveineuse des liquides permettant de maintenir la pression sanguine. Un moniteur fœtal est également placé sur l'abdomen de la femme afin de surveiller le rythme cardiaque du bébé. On demande ensuite à la femme de se coucher sur le côté gauche et de ramener ses genoux vers l'abdomen. Toutefois, cette intervention est parfois réalisée avec la femme assise avec le dos arrondi.

Une fois que la femme est en position, le médecin localise la partie appropriée de sa moelle épinière, nettoie la zone et injecte une petite quantité d'anesthésiant local pour endormir la peau au niveau du site d'injection. Quelle que soit sa position, la femme doit rester immobile pendant que le médecin insère lentement et précautionneusement une aiguille plutôt grande dans sa colonne vertébrale.

Après avoir lentement avancé l'aiguille, on fixe une seringue à son extrémité. Pour que l'intervention soit réussie, il faut que la pointe de l'aiguille soit placée dans un espace se trouvant immédiatement à l'extérieur de la membrane entourant les nerfs rachidiens. Cette membrane s'appelle la dure-mère et c'est pourquoi l'intervention s'appelle une péridurale, et l'espace s'appelle l'espace péridural. Une fois que l'aiguille a atteint l'espace péridural, une « perte de résistance » est détectée et le piston libère la solution saline dans l'espace.

On détache la seringue et un cathéter mince est vissé par l'aiguille dans l'espace péridural. On administre alors en continu un traitement par ce cathéter, ce qui endort les parties inférieures du corps de la femme et réduit l'inconfort de l'accouchement. Il existe plusieurs complications potentielles associées à cette intervention, dont il faut parler avec le médecin avant l'acte.

A lire aussi
La césarienne, une intervention de plus en plus fréquente Publié le 16/07/2001 - 00h00

Les accouchements par césarienne sont de plus en plus nombreux dans notre pays. Réalisés pour préserver la vie de la maman et du bébé, ils ont des indications bien précises, posées avant l'accouchement (césariennes programmées) ou au cours de celui-ci (césariennes en urgence). Il s'agit...

La péridurale Publié le 11/02/2004 - 00h00

Sans effet sur le bébé, l'anesthésie péridurale permet de vivre son accouchement pleinement, mais dans le confort. Elle n'est cependant pas systématique. Il s'agit d'un véritable choix fait en toute connaissance de cause avec le gynéco, la sage -femme et l'anesthésiste. Quelques clés pour...

L'accouchement par césarienne expliqué en vidéo Publié le 19/08/2010 - 14h58

Toutes les femmes ne connaissent pas la délivrance vaginale traditionnelle à la naissance de leur enfant. Dans des conditions de détresse fœtale ou maternelle, ou dans le cas d'une présentation par le siège (lorsque le bébé se présente par les pieds au moment de la délivrance), ou bien si...

La césarienne Publié le 18/02/2004 - 00h00

De plus en plus pratiquée, la césarienne est également mieux maîtrisée sur le plan chirurgical et sur le plan anesthésique. La plupart du temps, elle est faite pour la sécurité de la mère et de l'enfant, et non pas pour éviter des procès aux accoucheurs. Quelles sont ses indications ?...

Plus d'articles