Martine
Portrait de cgelitti
Le 6 septembre dernier, je me suis retrouvé dans un état critique, après avoir connu une grosse fatigue quelques jours auparavant.

Sur le point d'attaquer une séance d'entraînement, j'ai donc été pris de violents maux de tête, du côté gauche.

Je me suis donc assis et protégé du soleil, car j'ai eu une sensibilité inhabituelle aux rayonnements solaires.

Par chance, un médecin généraliste présent à ce moment- là sur les lieux, à la vue de mon état, s'est empressé d'appeler les secours. Dans les instants qui ont suivi, j'ai donc apparemment perdu connaissance, atteint par la suite d'une pseudo-amnésie.

J'ai donc été transporté au centre hospitalier dans le service des urgences, où l'on s'est très bien occupé de moi.

Gardé en observation 24 heures, j'ai subi un scanner, une échographie doppler et un IRM qui n'ont pas permis de définir l'origine de cet accident cérébral.

J'ai alors été transféré en neurologie pour suivre d'autres investigations.

Après trois jours d'examens, et une mise sous héparine en continu, un examen IRM plus poussé permettait d'écarter une éventuelle disection de la carotide.

J'ai donc quitté le service de neurologie pour revenir à mon domicile sous l'assistance de mon médecin généraliste, et traitement anti-coagulant (coumadine) adapté pour maintenir l'INR entre 2 et 3.

Aujourd'hui, 2 mois après cet accident, je suis toujours fatigué, et j'éprouve toujours de la difficulté à marcher d'un bon pas. Lors de mon dernier entretien avec mon neurologue, celui-ci en raison d'une incertitude laissée par un suivi de 48 heures sous scope et sur la présence d'une onde P perturbée, me renvoit auprès d'un cardiologue pour avoir son avis.

L'existence de fibrillation supraventriculaire a été décelée en effet par mon neurologue.

En repos chez-moi, je ressents épisodiquement un cycle cardiaque plus prononcé, qui engendre alors un réflexe de toux.

Je suis en attente de voir le cardiologue, aussi, je vous serais très reconnaissant de me faire part de votre expérience pour des phénomènes similaires.

Pour finir, je rajouterai seulement que je ne suis pas sujet aux accidents cardiovasculaires, sportif, non fumeur, pas de cholestérol, à part un taux de CRP un peu élevé (x3), et l'existence d'évènements traumatisants survenus dernièrement dans mon existence.

N.B.: annule et remplace la version antérieure après autocorrection.

PUB
PUB