marc
Portrait de cgelitti
Bonjour, j'ai une amie qui se plait a boire chaque soir deux bouteilles de rosee qui aime aussi de temps en temps boire un mousseu en apero et qui arrive meme a melange a table les 3 avec du blanc je crois que de se dire qu il y a plus de bouteilles d avance et courir en chercher c est etre franchement alccolique non?
Marianne
Portrait de cgelitti
oui, votre amie est en très grand danger, j 'ai été dans le même cas et je m 'en suis sortie grace aux alcooliques anonymes,Il existe un site sur le net , il suffit de taper les alcooliques anonymes . Votre amie aura peut-être besoin d 'une cure, il faut lui parler avec une grande douceur, lui dire que vous l 'aimez et que vous voulez l 'aider, lui dire aussi que l 'alcolisme est une maladie et que l 'on doit se soigner quand on est malade . Si vous avez peur de sa réaction ,écrivez- lui .Je vous souhaite bonne chance auprès de votre amie, qu 'elle sache qu 'elle n 'est pas seule et qu 'a tout problème ,il y a une solution si elle veut s 'en sortir car c 'est elle qui doit prendre la décision, vous ,vous ne pouvez que l 'accompagner bon courage, je penserai à elle
marc
Portrait de cgelitti
En effet, votre amie a rééllement un problème avec l'alcool. Un accompagnement médical et psychologique avec l'aide de membres d'un mouvement d'anciens buveurs (ils sont nombreux, il n'y a pas que les alcooliques anonymes heureusement) semble nécessaire aujourd'hui. N'hésitez pas à l'inviter à d'abord en parler avec son médecin, et ensuite prendre contact avec les autres structures existantes. Il n'y a pas de causes perdues, au contraire, de l'espoir pour une vie meilleure et sans alcool !!!
Etienne
Portrait de cgelitti
Bonjour Mamounette,
Même si c'est délicat à aborder, il faut aider votre amie à s'en sortir. Non seulement elle est alcoolique, mais les doses qu'elle boit sont vraiment importantes.
A son niveau d'alcoolisation, elle est certainement très dépendante, et aura besoin d'un accompagnement médical (et psychologique) pour s'en sortir.
Sa santé, mais aussi sa vie professionnelle et sociale sont en très grand danger.
Si vous même n'êtes pas en mesure de l'aider (qu'elle a une réaction agressive ou au contraire qu'elle prend ça trop à la légère), peut-être que ses proches (mari, enfants, parents...) peuvent plus facilement l'aider à prendre conscience de sa maladie. Ca peut être difficile... Mais directement ou indirectement, vous pouvez participer à lui sauver la vie.

(A tous ceux qui traversent cette épreuve, personnellement ou dans leur entourage : Soyez courageux et convaincus que vous pouvez vous en sortir. Ca arrive dans tous les milieux, presque à tous les âges.)

Bon courage !

Etienne
Dr.patate37
Portrait de cgelitti
Oui, votre amie a un vrai problème avec l'alcool.
L'abus "festif" peut être acceptable une fois de temps à autre si l'on sait ne pas en abuser. Mais d'une manière générale, un verre de vin rouge au repas est largement suffisant. Les polyphénols contenus dans le raisin protègent des maladies cardio-vasculaires selon plusieurs études.
Un Whisky hebdomadaire pourquoi pas ? Cet alcool (fort) élimine un peu les graisses des artères.
Mais au-delà, le risque est grand de tomber en dépendance.
Sujet vérouillé