Nadia
Portrait de cgelitti
Mon amie, dans la mi-vingtaine, est héroïnomane depuis quelques années. Depuis que je la connais (pas loin de deux ans) elle ne cesse de me dire à quel point elle en a marre,.. Elle rêve d'une vie rangée: la maison en banlieue, les enfants, etc,..

Cette semaine elle était réellement décidée! Elle a quitté temporairement son appartement, elle est partie vivre chez une amie (ma soeur) qui ne consomme pas. À chaque matin par contre c'était la même chose, environ une heure ou deux après le réveil, elle en arrivait à la conclusion que c'était impossible, elle partait en chercher,.. Il y a quelques jours, juste avant de partir chercher sa dose pour la journée, je lui ai demandé: "Il n'y a vraiment rien que je puisse faire je suppose?" Elle m'a répondu: "Non, à part m'attacher,.." À son retour, en blague j'y ai dit: "j'ai lu un peu sur le sujet, même t'attacher je ne peux pas,.." Nulle part sur Internet on ne donne des conseils aux amis (non-consommateur) des héroïnomanes, seulement aux parents.

La vérité: J'étais amoureux d'elle l'année dernière, j'le suis encore et ça semble même être réciproque,.. Ça semble,.. comment savoir si sans cette drogue elle resentirait encore la même chose,.. Alors je fais ce que je crois le mieux: je n'aborde jamais ce sujet le premier, quand elle l'aborde je l'écoute et passe un commentaire seulement si elle le demande, je pose des questions quand j'suis certains que ce ne sera pas une bêtise. Je ne me pousse pas même si elle n'y est pas encore arrivée.

Aujourd'hui mon père me disait: "Rares sont les héroïnomanes qui s'en sortent". Moi j'ai préféré répondre "bien sûr" lorsqu'elle m'a dit hier matin: "j'vais y arriver hein?".

C'est clair, je ne peux rien faire,..

Tout ce que je veux savoir c'est si je dois rester là. Ne connaissant strictement rien à l'héroïne, je suis très craintif, j'ai réellement peur de cette drogue! Je tente le plus possible de ne pas le montrer, mais à chaque fois qu'elle va s'enfermer dans les toilettes, c'est comme la fin du monde pour moi. Je n'arrive pas, au moins un peu, à banaliser la chose,.. Est-ce dangereux pour elle? Et comment elle risquerait de réagir si elle s'apercevait à quel point ça m'affecte de la voir dépendante de ça?

Aussi, j'ai lu que même après les 4 premiers jours d'abstinence (les plus difficiles il paraît), un héroïnomane sera très tenté d'y retourner pour revivre l'effet qu'il avait perdu à cause de l'accoutumance. Est-ce vrai même avec un programme de méthadone?

J'aimerais aussi entendre des personnes qui s'en sont sorties. Mis à part la méthadone qui semble être LA méthode, y a-t-il autre chose qui peut aider? Elle dit parfois qu'elle voudrait partir loin en forêt pour un temps, est-ce réaliste ou est-ce de la fuite? Dans deux semaines, un camping de 5 jours organisé par Narcotiques Anonymes a lieu et elle est très intéressée. J'ai l'impression que ça l'aiderait beaucoup, mais une question me vient: malgré sa bonne volonté, sans héroïne ni méthadone (elle a échoué le programme dernièrement), est-ce qu'elle sera en danger?

Merci d'avance pour vos réponses!

PUB
PUB