Alopécie : la chute des cheveux est-elle inévitable ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 09 Janvier 2009 : 01h00
Mis à jour le Mardi 04 Novembre 2014 : 14h24
-A +A
L'alopécie androgénique touche près de 70% des hommes. Plus ou moins précoce, plus ou moins importante, cette chute des cheveux n'est pas toujours bien vécue. Lorsque c'est le cas, il est conseillé de consulter un dermatologue afin d'envisager des solutions.

1) La chute des cheveux est-elle due à une baisse de sécrétion hormonale ?

C'est faux.

Stress, maladie de la peau, médicaments, etc., sont autant de facteurs pouvant être à l'origine d'une chute de cheveux, mais la cause la plus courante est hormonale : alopécie androgénique. Les hormones sexuelles masculines (testostérone) accélèrent le cycle capillaire et finissent par épuiser le bulbe capillaire.

2) Les hommes qui perdent leurs cheveux sont-ils plus à risque d'hypertension ?

C'est vrai.

Il s'agit d'une constatation dont le lien de cause à effet n'a pas été élucidé : les hypertendus sont plus souvent sujets à la perte de cheveux et inversement. On peut donc recommander aux personnes qui ont tendance à perdre leurs cheveux de vérifier leur tension (l'hypertension favorise aussi les maladies cardiovasculaires). (Source : Ahouansou S. et coll., Eur. J. Dermatol., 17 : 220-2, 2007.)

3) L'alopécie est-elle héréditaire ?

C'est vrai.

L'alopécie androgénique, forme la plus fréquente, a une composante héréditaire. Autrement dit, un enfant dont le père est dégarni a de fortes chances de le devenir également à âge égal, mais ce n'est pas une certitude absolue.

4) Les femmes peuvent-elles aussi souffrir d'une alopécie androgénique ?

C'est vrai.

La ménopause provoque souvent un excès de production de testostérone, ce qui s'accompagne d'un éclaircissement de la chevelure. On peut prescrire un traitement neutralisant l'action de ces androgènes.

5) Les fumeurs perdent-ils davantage leurs cheveux ?

C'est vrai.

Fumer 20 cigarettes ou plus par jour augmente le risque d'alopécie de 134%. En revanche, le mécanisme reste à élucider. (Source : Dr Lin-Hui Su, JAMA, 19 novembre 2007.)

6) La chimiothérapie s'accompagne-t-elle d'une chute de cheveux ?

C'est vrai.

La chimiothérapie, en voulant s'attaquer aux cellules cancéreuses, détruit toutes les cellules qui ont la capacité de se renouveler rapidement et donc aussi les cellules à l'origine des cheveux et des poils.

7) L'alopécie peut-elle débuter dès 18-20 ans ?

C'est vrai.

Les premiers signes apparaissent vers l'âge de 18-20 ans avec une évolution plus importante aux environs de la trentaine. Il s'agit d'une forme précoce, mais elle est rare. L'alopécie débute plus couramment après 35 ans.

8) Le Minoxidil® est-il le seul traitement médicamenteux utilisé contre la chute des cheveux ?

C'est faux.

Le Minoxidil® freine la chute des cheveux en retardant le cycle capillaire. Il ne peut donc être employé qu'en début de calvitie. En revanche, il existe un autre médicament très performant, le finastéride, qui, lui, permet de stopper la chute des cheveux, voire de favoriser la repousse.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 09 Janvier 2009 : 01h00
Mis à jour le Mardi 04 Novembre 2014 : 14h24
A lire aussi
Comment venir à bout d’une chute de cheveux ? Publié le 06/01/2014 - 08h14

Chez l’homme comme chez la femme, la perte de cheveux est souvent très mal vécue. En effet, la chevelure est un attribut esthétique, dont la disparition est assimilée au vieillissement.Comment pose-t-on le diagnostic de l’alopécie et quelles sont les solutions ?Le point avec le Dr...

Chute de cheveux chez l'homme : consultez sans attendre ! Publié le 15/06/2009 - 00h00

La calvitie, ou calopécie androgénique, se caractérise principalement par une perte de cheveux sur les zones fronto-temporales et vertex (sommet du crâne). Elle touche 30% des hommes après 30 ans. Les traitements existent et sont efficaces, à condition d'en bénéficier le plus tôt possible.

Trop d'hommes perdent leurs cheveux sans rien faire ! Publié le 18/04/2006 - 00h00

Un tiers des hommes perdent leurs cheveux prématurément et ils en souffrent : baisse de confiance en soi, troubles dépressifs, etc. Malgré tout, ils ne font aucune démarche pour accéder à un traitement contre la calvitie. Est-ce par manque d'informations ?

La chute des cheveux : méfiez-vous des traitements " miracles " ! Publié le 04/05/2001 - 00h00

Chez l'homme comme chez la femme, la chute des cheveux est souvent mal vécue. Elle peut constituer une réaction à une agression de nature diverse (médicament, problème thyroïdien, stress, carence en fer, etc.), mais il s'agit le plus souvent d'une alopécie androgénétique, liée à l'âge et...

Plus d'articles