Allergie : la désensibilisation en 7 points clés

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 14 Avril 2009 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 25 Août 2016 : 14h48
-A +A
Autrefois, la désensibilisation des personnes atteintes d'allergie, notamment de rhinite allergique, imposait des séries de piqûres. Depuis une dizaine d'années, il suffit de déposer des gouttes sous la langue (désensibilisation par voie sublinguale). Une vraie révolution dans le traitement de la rhinite allergique ! Quels sont les points clés à connaître ?

1) Chez les personnes qui souffrent de rhinite allergique, la désensibilisation par voie sublinguale réduit les symptômes et l'utilisation des médicaments.

Les symptômes de rhinoconjonctivite sont diminués d'environ 37%, l'obstruction nasale de 59% et les larmoiements de 50% (1).

2) L'amélioration des symptômes est maintenue plusieurs années après la désensibilisation sublinguale.

Mais il faut savoir que la rechute sera d'autant plus précoce que la durée de la désensibilisation a été courte.

3) Elle est surtout efficace en cas d'allergie aux pollens, mais est aussi utilisée en cas d'allergie aux poussières de maison et aux acariens.

4) Avant d'entreprendre une désensibilisation, il est indispensable de faire un bilan allergologique afin d'identifier l'allergène en cause.

5) La désensibilisation risque d'être inefficace en cas de polysensibilisation.

Elle s'adresse donc à des sujets allergiques à un allergène spécifique.

6) La désensibilisation par voie sublinguale est bien tolérée et nécessite rarement un arrêt du traitement.

Les réactions les plus courantes sont locales, elles surviennent essentiellement en début de traitement et sont d'intensité légère à modérée : œdème buccal, prurit oral (démangeaisons), œdème de la langue, irritation de la gorge et parfois prurit oculaire.

7) Chez les asthmatiques, les résultats de la désensibilisation sont plus nuancés (2).

Malgré tout, on obtient une amélioration des symptômes (hyperréactivité bronchique).

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 14 Avril 2009 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 25 Août 2016 : 14h48
Source : (1) Didier A. et coll., JACI, 120 : 1338-45, 2007. (2) Pennagos M. et coll., Chest, 133 (3) : 599-609, 2008.
A lire aussi
Attention aux piqûres de guêpes... Publié le 19/05/2008 - 00h00

Avec le retour des beaux jours, les loisirs pratiqués à l'extérieur s'accompagnent d'un risque de piqûres d'hyménoptères. Bénignes dans la très grande majorité des cas, elles peuvent aussi parfois être à l'origine de réactions allergiques chez certaines personnes.

Allergies respiratoires, pensez à l’immunothérapie ! Publié le 05/04/2016 - 14h14

On entend de plus en plus souvent parler d’immunothérapie, dans le cancer, les maladies auto-immunes et même l’athérosclérose mais aussi dans les allergies en oubliant que c’est dans ce domaine qu’elle a émergé. Aujourd’hui, l’immunothérapie allergénique ou "désensibilisation",...

Plus d'articles