Allergie alimentaire : 2 aides pour faciliter le quotidien

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 17 Septembre 2007 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 06 Mai 2011 : 11h14
-A +A

Une fois le diagnostic d'allergie alimentaire posé, les allergiques trouveront deux types d'aide dans leur vie quotidienne. Les Associations de patients, qui permettent de communiquer et de s'entraider, et l'étiquetage alimentaire, même si celui-ci reste imparfait.

Pour l'allergique et sa famille, le médecin joue un rôle essentiel. C'est lui qui formulera les recommandations d'éviction, en indiquant les aliments ou ingrédients qu'il faudra désormais éliminer de l'alimentation. C'est lui également qui prescrira et explicitera le traitement en cas de manifestation allergique. L'objectif est d'éviter un choc anaphylactique, c'est-à-dire la survenue d'une crise d'allergie sévère. Un fois sorties du cabinet médical, les personnes allergiques disposent encore de deux types d'aide. La première est représentée par les Associations, la seconde par l'étiquetage alimentaire, qui, même s'il reste imparfait, va en s'améliorant.

Les Associations d'allergiques

Il existe plusieurs Associations de personnes allergiques, lesquelles permettent aux allergiques de communiquer entre eux, de se soutenir et d'échanger (adresses, recettes). A titre d'information : Association française pour la prévention des allergies (Afpral) : www.prevention-allergies.asso.fr. Asthme et Allergies : www.remcomp.fr/asmanet/asthme

L'étiquetage alimentaire

L'étiquetage alimentaire a évolué. Depuis novembre 2005, la réglementation impose d'indiquer la présence des 12 allergènes dits "majeurs" indiqués ci-dessous. En décembre 2007 deux nouveaux allergènes seront ajoutés à cette liste : le lupin et les mollusques. La présence des ces allergènes doit obligatoirement figurer dans la liste des ingrédients, quel que soit la quantité introduite dans un préparation. L'étiquetage doit être clair lisible et intelligible. Par exemple un produit contenant de l'ovalbumine (issu de l'oeuf) doit indiquer clairement dans la liste des ingrédients "oeuf". Le revers de la médaille est que pour se protéger, les industriels indiquent en plus de la liste des ingrédients la présence d'éventuelles traces dans des produits dont l'allergène en question n'entre pas dans la composition ! Malheureusement l'étiquetage indiquant les possibles traces, ou les contaminations n'est pas réglementé. Ceci complique singulièrement la vie des allergiques alimentaires.

  • Céréales contenant du gluten (blé, seigle, épeautre, kamut ou souches hybridées) et produits de base de ces céréales.
  • Crustacés et produits à base de crustacés.
  • uf et produits à base d'oeuf.
  • Poisson et produits à base de poisson.
  • Arachide et produits à base d'arachide.
  • Lait et produits à base de lait.
  • Soja et produits à base de soja.
  • Fruits à coque : amande, noisette, noix, noix de cajou, noix de Pécan, noix du Brésil, pistache, noix de macadamia, noix de Queensland, et produits à base de ces fruits.
  • Céleri et produits à base de céleri.
  • Moutarde et produits à base de moutarde.
  • Graines de sésame et produits à base de sésame.
  • Anhydride sulfureux et sulfites en concentration de plus de 10mg/kg ou mg/litre exprimées en SO2.
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 17 Septembre 2007 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 06 Mai 2011 : 11h14
A lire aussi
Allergique à l'arachide, évitez aussi la farine de lupin ! Publié le 18/04/2005 - 00h00

Autorisée depuis 1997 dans les produits alimentaires destinés à l'homme, la farine de lupin peut induire des réactions allergiques croisées avec l'arachide. Cette constatation souligne une nouvelle fois l'importance délicate de l'étiquetage et la mise à jour de la liste des allergènes...

Allergies alimentaires : étiquetage à peaufiner ! Publié le 05/08/2002 - 00h00

Les allergies alimentaires ne cessent d'augmenter et seul l'étiquetage des produits permet en partie de limiter les risques. Il est nécessaire de renforcer l'information des consommateurs en mentionnant davantage les allergènes potentiels présents dans les produits alimentaires.

Plus d'articles