Titoune
Portrait de cgelitti
Alexandre 17 ans mort a cause d'un medicament contre l'acne

________________________________________________

Actualité Alpes Maritimes

Édition du samedi 17 novembre 2007

________________________________________

Le père d'Alexandre, Daniel Voidey, pompier à la caserne de Nice-St-Isidore, consacre

désormais son temps à enquêter sur la mort de son fils. : Photo Franck Fernandes

Nice : Alexandre, 17 ans, de Nice s'est-il suicidé à cause d'un médicament contre

l'acné ?

________________________

Adolescent sans problème, sportif, espiègle, studieux, Alexandre Voidey, domicilié dans

le quartier du Vallon Barla à Nice, élève de 1re S au lycée Les Eucalyptus, venait d'être

admis en Terminale S, et parlait avec passion de ses projets avec ses amis et ses

parents.

Tous ses camarades, sa copine, ses enseignants, son généraliste, le dermatologue qui

le suivait pour son acné, et tous les témoins entendus pendant l'enquête de police l'ont

confirmé : Alexandre n'avait pas de souci, il souriait à la vie.

Et pourtant. Ce 2 juillet dernier, vers 2 h, il a emporté un tabouret de bar de la maison, un

sac contenant deux cordes, puis est allé? se pendre. A la branche d'un arbre du parc de

l'abbaye de Roseland. A 800 m de chez lui.

Le père d'Alexandre, Daniel Voidey, pompier à la caserne de Nice-St-Isidore, de

permanence cette nuit-là, a bien failli se trouver en mission dans l'ambulance qui, au

petit matin, a ramené le corps de son fils. « L'horreur? ».

Un message posthume sur son portable

Les parents, anéantis par le chagrin, ont essayé de comprendre, avec un insurmontable

sentiment de culpabilité.

Et puis la police a découvert le message posthume, bouleversant, d'Alexandre à ses

parents, laissé à 2 h 50 sur son mobile : « Je ne sais pas ce que j'ai depuis 3 semaines,

mais là, j'en peux plus. J'ai toujours mal quelque part, les articulations, le dos, les ongles

incarnés, le pied, ma peau qui me gratte tout le temps, c'est des petites choses mais

accumulées? C'est dur. J'aime toujours Manon. Même si je ne vous l'ai jamais dit, je suis

heureux que vous soyez mes parents? »

M. et Mme Voidey ont alors fait le rapprochement avec le médicament contre l'acné que

prenait Alexandre depuis sept mois, et qu'il supportait mal : l'isotrétinoïne en capsules. Il

s'agit d'un antiacnéique très efficace contre les acnés sévères, mais aux effets

secondaires redoutables, et d'ailleurs parfaitement explicités dans la notice d'emploi du

médicament : « Des cas de dépression, dépression aggravée, d'anxiété, de tendance

agressive, de changement d'humeur, de symptômes psychotiques et de très rares cas

d'idées suicidaires, de tentatives de suicide et de suicides ont été rapportés chez des

patients traités par isotrétinoïne », stipule notamment le laboratoire Roche qui

commercialise l'isotrétinoïne sous le nom de Roaccutane® depuis

1982____________________

L'isotrétinoïne est commercialisée depuis 2000 en France sous trois formes

génériques : Contracnée® (Laboratoires Biorga) ; Curacnée® (Laboratoires Pierre

Fabre) ; et Procuta ® (Laboratoires Expanscience). Alexandre, lui, avait pris du Procuta ®

et du Curacné®.

De 1982 à mai 2000, les autorités sanitaires américaines (la Food and Drug

Administration) avaient enregistré 431 cas de dépression, idées suicidaires, tentatives

de suicide et suicides chez des patients américains traités par isotrétinoïne. Ces chiffres

avaient déclenché un scandale aux USA et dès, 1998, la FDA avait obligé les laboratoires

Roche à inclure un avertissement sur les effets secondaires psychiatriques dans la

notice de son médicament Roaccutane®.

__________________________

Daniel Voidey consacre désormais son temps à enquêter sur ce médicament qualifié

de « dangereux » par de nombreux experts. Il a rencontré en Suisse une association de

victimes de cette molécule.

__________________________

« Je suis persuadé du lien entre ce médicament et le suicide de mon fils? Alexandre m'a

laissé un message, je dois l'honorer ».

Roselyne Bachelot alertée

________________________

Dans un courrier daté du 6 novembre, le chef de cabinet de Roselyne Bachelot-Narquin,

ministre de la Santé, alertée par M. et Mme Voidey, informe ceux-ci que : « Vos

observations concernant les effets de l'isotrétinoïne sont effectivement très inquiétantes ».

« Madame le Ministre en a informé le directeur général de l'Agence française de sécurité

sanitaire des produits de santé, responsable de la pharmacovigilance? Il sera à même,

le cas échéant, de prendre les mesures qui s'avéreront nécessaires ».

Contact Daniel Voidey : tél. 06.86.24.96.22. email : voi.daniel@hotmail.fr

Nice Matin

mohican
Portrait de cgelitti
bien sur, mumu.
et l'avait-il arrêté, ce fichu roaccutane ? ou poursuivait-il son traitement malgré les mises en garde ?
carmen
Portrait de cgelitti
ma fille on lui a decouvert un cancer a l'age de 2 ans et demispendant plusieur annee chimio et par la suite on lui a prescrit du roacutane 20mg elle dvait en prendre 80mg par jourt comme substitue de chimio teraphie car son pettit coeur ne pouvait plus suporter les chimio par intraveineuse et le medecin oncologue qui lui avait prescrit le roacutane ma dit qui lui donnait ce medicament comme substitue de chimio car dans le roacutane il y a une molecule qui sert de substitue de chimio et il est vrait qu'elle a ut des effet genant comme la peau qui l'a demangeais et qui etait seche mais pas des effet comme votre fils a ut mais je compatie a votre douleur je sais ce que sait de perdre un etre cher ma fille a aujourd'hui 12 ans elle se porte bien encore toutes mes condoléances bon courage a vous monsieur pour votre combat ne laisser pas tomber
ps| encore une pettite chose il est vrait que chaque personne réagit differament a un traitement
Soeur de VIVIVI
Portrait de cgelitti
la communication intrafamilliale n'a rien à voir là dedans, il faudrait que vous revoyez la définition du mot "dépression". Si vous vous croyez expert en symptôme de suicide, et bien publier un article, vous aurez peut-être un prix Nobel pour avoir sauver la vie de plusieurs milliers de jeunes en mal-être.
Titoune
Portrait de cgelitti
Bonsoir à tous

L'histoire d'Alexandre est vraiment bouleversante.

J'ai 17 ans et j'ai été sous roaccutane pour acné modérée mais persistante il y a environ un an, ce médicament m'a provoqué une dépression dont je ne suis pas encore guérie. Ce médicament était trop fort pour moi et, bien que je l'ai pris à de faibles doses, j'ai souffert d'atroces douleurs musculaires et articulaires intenses dans tout mon corps. Je suis immédiatement rentrée dans un cercle vicieux : les douleurs ont aggravé ma dépression et me fatiguaient de plus en plus. J'ai ressenti un profond mal-être et ma vie n'avait plus de sens puisque je me sentais "une autre", aussi mes résultats scolaires n'étaient pas du tout satisfaisants mais m'ont quand même permis de passer en première de justesse. J'ai énormément stressé durant ma seconde par peur de ne plus réussir à apprendre quoi que ce soit, je n'arrivais presque plus à lire, je voyais des mots qui défilaient sous mes yeux mais qui ne s'imprimaient pas dans ma tête. C'était vraiment très inquiétant. Puis au fur et à mesure j'ai retrouvé mes facultés qui ne sont toujours pas au top aujourd'hui, j'ai parfois du mal à mémoriser des choses mais avec un bon sommeil et beaucoup de concentration j'y arrive. Le seul point négatif c'est que la concentration me demande beaucoup d'énergie et a tendance à me fatiguer énormément. Aujourd'hui mes douleurs se sont estompées et se font presque inexistantes certains jours mais je suis bel et bien en dépression. Une dépression dont je n'arriverai pas à me sortir toute seule. J'ai été suivie par une spécialiste de la douleur chez l'enfant et l'adolescent qui m'a donné du laroxyl en gouttes (très faible dosage) pour traiter mes douleurs et améliorer de façon légère mon moral. Aujourd'hui j'entame une psychothérapie et je commence à admettre que je souffre de dépression, ce qui est un petit pas vers la guérison.

Aujourd'hui je suis d'humeur optimiste mais l'année dernière j'en étais très loin puisque j'ai beaucoup songé au suicide heureusement pour mon entourage sans passage à l'acte.

A tous ceux qui sont comme moi en dépression je souhaite beaucoup de courage et il est très important d'accepter d'être aidé c'est ce qui est à mes yeux quelque chose de difficile. Bien à vous.
mumu
Portrait de cgelitti
tout de même, c'est bizarre qu'alexandre n'ait pas eu idée de se plaindre à ses parents ou à des proches de ses malaises dus au roaccutane. et le médecin ne l'aurait pas informé des effets secondaires possible ? Se pendre sans jamais avoir eu idée de dire quoique ce soit à son entourage .... brrrrr.......... la communication ne devait pas être au top ......
adrien
Portrait de cgelitti
Adrien, 17 ans/ Témoignage: Ce médicament m'a rendu dépressif, on ne s'en rend pas compte! on en a marre de tout, de choses du quotidient on ne sait pas pourquoi on ne les supporte plus, au point de me faire arrêter des études qui à la base était ma voie, j'avais pourtant de bonne notes (en prépa S).
Je viens d'arrêter cette cochonnerie qui m'a bousillé, même si cela marche bien sur l'acné à condition de le faire jusqu'au bout.
Quand j'ai vu à la TV le pére de l'enfant, cela m'a fais réagir de suite.
J'étais actuellement dans une deuxiéme période de roac(premier arrêt du au soleil),et je me souviens que l'an dernier, dans la même période ou bout de 3 mois je ne supportais plus rien, j'avais failli arrêter mes études..
mumu
Portrait de cgelitti
c'est triste
qu'il n'ait pas su exprimer son mal être
que ses proches n'aient rien décelé
Sujet vérouillé