ASAVOIR
Portrait de cgelitti
bjr je suis divorcée,en couple depuis 3 ans.je suis alcoolique et mon ami aussi mais pas comme moi.je m'explique.quand il m'a connu il ne savait pas que j'étais alcoolique(ça ne se voit pas sur ma tronche lol)dès les premiers jours je me suis rendu compte qu'il avait une bonne "descente" mais il s'avait s'arrèter a temps.moi non ! je n'osais pas lui parlait de mon "problème",me disant qu'il allait s'en rendre compte.bref,au jour d'aujourd'hui,il lui arrive de boire une bouteille d'alcool fort en 2 jours le soir mais il ne se considère pas comme malade car pour lui tout va bien.moi je vais mal car j'ai du mal a controler mais il me dit de ne pas m'inquiété et que je dois controler ma consommation.je n'y arrive pas et ça fini toujours en dispute.je l'aime et j'ai peur de notre avenir.merci d'avance de vos réponses.
claudine
Portrait de cgelitti
Et si tout simplement vous arrêtiez de vous détruire, car l'alcool outre que c'est une fuite, c'est un poison mortel! Je fais partie des AA et je sais ce que c'est, j'ai perdu des amis, morts d'avoir pas pu arrêter à temps. l'acool c'est une maladie reconnue par l'OMS. C'est une drogue !! on pense pouvoir " contrôler " en fait c'est le premier verre qu'il ne faut pas prendre tout simplement 24h à la fois. Si je ne prends pas le premier les autres ne suivront pas, car c'est pas le dernier qui est responsable mais bien ce premier verre.J'ai envie de vous dire dire qu'on est pas un peu ou beaucoup alcoolique ! vous seul pouvez le dire. Se l'avouer c'est déjà une partie d'une ébauche de solution. la vie est belle et vaut a peine d'être vécue, libre sans ce poison. il y a beaucoup d'associations qui aident les alcooliques. AA est une solution entre toutes les autres; je vous conseille d'en parler à votre médecin de famille. Vous dites que cela ne se voit pas ??? Les autres oui il savent faire la différence vous à jeun ou sous l'emprise de la bouteille. Votre avenir il sera ce que vous avez décidé d'en faire soit beau, sans plus d'alcool ou très très moche en continuant de consommer. Il faut être vigilant l'alcool c'est sournois, mais on peut stabiliser la maladie, pas en guérir !! voilà c'est une suggestion, je vous souhaite bon courage si vous désirez mettre fin à cette dépendance, la balle est dans votre camp. Visitez le site des AA cela en vaut la peine; Bien à vous
minoune
Portrait de cgelitti
désolé pour le retard merci pour vos réponses claudine et yann.malheureusement il n'y a pas de changement pas moyen d'avoir une bouteille d'avance dans le bar au cas ou famille ou ami se pointent a l'heure de l'apéro.hier nous sommes allez acheté un réfrigérateur dans la supermarché il ma demandé d'allé acheté une bouteille de vodka la honte !! a la caisse tout le monde me regardé je n'avais que ça dans les bras ! ça va il n'a pas abusé juste 2 petits verres mais quand mème ! moi je voudrais arrété complètement mais pour lui pas question qu'il arrète car il ne se sent pas "malade" c'est juste pour décompressé le soir comme il dit ! comment je peux arréter totalement sachant qu'il y aura toujours de l'alcool a la maison,sans etre tentée.j'ai déjà essayé 2 semaines,le repas prèt a 19h30 mais malgrès que c'était prèt il se reverssait une petite "larmichette" comme il dit si bien.et moi je commençais a le voir changé,bafouillé,et surtout j'avais faim.après le repas(il mange bien pour ça pas de problème)il va se couché.désolé de vous embété avec mes problèmes mais j'ai tellement peur de l'avenir !
stephane
Portrait de cgelitti
bonjour a tous j aimerais savoir le traitement le plus efficace pour arrete se poison je met ma famille en peril dans le sens ou j ai une sep et de serieux souci avec ma maison donc je mene une vie impossible a ma famille que j aime et que je veux pas perdre je suis papa de trois enfant et beau pere de trois belle fille je me cache derriere se poison alors si il y a un traitement indiquez moi svp pour en parler avec mon medecin merci a tous
jo
Portrait de cgelitti
xxxx bonjour c'est vrai quoi quand on voit que sur le site baclo quand une personne veut s'exprimer mais qui ne va pas dans leur sens,ils disent vous êtes sur un site qui parle du baclo,il y a que le baclo qui fonctionne,si vous voulez converser sur un autre sujet il y a d'autres sites et par contre eux ils s'invitent sur tous les sites pour prôner leur baclo alors que d'autres personnes peuvent diriger vers des solutions perennes sans pour cela prendre un médicament pour arrêter ou controler leur conso
minoune
Portrait de cgelitti
bonjour xxxx merci pour tout ça me donne le courage d'acancer et aussi pour toi car le combat est long.pourtous merci de ne plus donné de témoignage ou autre concernant le baclofène car je ne suis pas intéressé et je crois qu'il y a un forum adapté a ce médicament.moi je suis sous révia séroplex 5mg et équanil.c'est pas toujours facile car j'ai de l'alcool chez moi(j'avais expliqué pour mon conjoint)j'aimerai qu'il n'y en ai plus du tout ça me soulagerais mais voilà ! les vendredi soirs et samedi soirs apéro avec famille et amis chacun son tour(qui dure des heures !!!) quelle angoisse ! comme dit mon conjoint on ne peut pas vivre reclu de tout et c'est sur que ça fait du bien de se retrouver en week end tous ensemble mais a quel prix !
pourtous
Portrait de cgelitti
"IL N' EST PIRE SOURD QUE CELUI QUI NE VEUT PAS ENTENDRE"
pourtous
Portrait de cgelitti
minoune,
tu sais qu' il existe le baclofène...dans quelle région es-tu? si ton mari ne veut pas se soigner, fais-le toi!
ASAVOIR
Portrait de cgelitti
Génétique. Après des années de croyance en une transmission exclusivement sociale, le caractère génétique du risque de dépendance à l?alcool n?est plus contestable. Pas moins de onze polymorphismes génétiques sont significativement associés au risque d?alcoolisme (Online mendelian inheritance in man, le 26 juin 2008). Ces gènes concernent surtout les voies du métabolisme de l?alcool (ADH et ALDH), de la dopamine (CRD2), de la sérotonine (SLC6A4), et du GABA-A.

Neurobiologie. A côté de la dopamine, de la sérotonine et du «circuit de récompense» par les endorphines dont l?implication est admise depuis plusieurs années, l?acide gamma-aminobutyrique (GABA), voit son rôle dans la genèse de la dépendance et du craving mieux cerné. Le GABA est le principal neurotransmetteur inhibiteur du système nerveux central des mammifères et on a démontré un lien entre les sous-types de récepteurs GABA et la dépendance à l?alcool.

Le craving La «motivation à boire», ce «craving» qui précipite les alcooliques dans la rechute a un substrat neurobiologique de mieux en mieux identifié. La maladie alcoolique se conçoit comme un conditionnement organique du neurone. Non plus comme un manque de «volonté», une tare ou encore une punition.

La perspective des traitements de l?alcoolisme s?en trouve bouleversée.

Le baclofène. Un puissant agoniste GABA-B capable, selon la dose administrée, de réduire, voire de supprimer l?appétence pour l?alcool des animaux dépendants, trouve sa place dans le traitement de l?alcoolisme.

Utilisé pour la première fois en 1993 par Krupitsky et coll., chez des patients alcooliques, le baclofène se montre supérieur au placebo pour réduire l'anxiété et la dépression. En 2000, Addolorato et coll. rapportent l'utilisation de baclofène, 30 mg/j pendant quatre semaines chez dix patients alcoolodépendants avec un effet significatif sur la consommation d?alcool et une réduction du craving.
Deux ans plus tard, les mêmes auteurs incluent 39 patients alcooliques dans un essai randomisé comparant le baclofène à un placebo. Soixante-dix pour cent des patients sous baclofène restent abstinents pendant les trois mois de suivi contre 21% des patients sous placebo.

Chez les alcooliques atteints de cirrhose.
Addolorato et coll. ont publié le premier essai contrôlé randomisé avec baclofène chez 84 patients atteints de cirrhose et de dépendance à l?alcool. La moitié a reçu du baclofène 30 mg/j pendant trois mois, l?autre moitié un placebo. Après trois mois, trente patients (71%) sous baclofène étaient encore abstinents et seulement douze (29%) dans le groupe placebo.1 La durée d?abstinence cumulée était deux fois plus élevée chez les patients traités par baclofène.

Ce premier essai chez les patients présentant une cirrhose alcoolique, une population généralement exclue de ces essais, est certainement une étape importante. Restent encore plusieurs inconnues avant une recommandation plus large de ce traitement : quelle dose, quelle durée de traitement, quelle tolérance ?
La somnolence ou la fatigue ont été les principaux effets indésirables dans le groupe baclofène. Mais une augmentation progressive de la posologie, comme savent le faire les neurologues pour leurs patients spastiques, permettrait d?atténuer grandement cette sensation de somnolence ou de fatigue.

Tout n?est pas écrit sur le baclofène. Trois cas cliniques suggèrent que de très hautes doses de baclofène (jusqu?à 3 mg/kg) sont bien tolérées et suppriment de façon prolongée le craving.
Tout n?est pas écrit sur la neurobiologie appliquée aux traitements de la dépendance à l?alcool.
Un article dans Science (mars 2008) identifie un récepteur à la neurokinine comme une cible nouvelle.2 Chez le rat puis chez l?homme (dans le même article !), l?antagoniste de ce récepteur supprime le craving et améliore nettement le bien-être des patients inclus.

On a pensé et cru que le traitement de l?alcoolisme ne passait que par les approches psychosociales. Alors que génétique et neurobiologie ouvrent de nouveaux horizons, la réponse thérapeutique à l?alcoolisme sera demain sans doute une synthèse... L?histoire n?est pas finie? Bibliographie : 1 Addolorato G, Leggio L, Ferrulli A, et al. Effectiveness and safety of baclofen for maintenance of alcohol abstinence in alcohol-dependent patients with liver cirrhosis : Randomised, double-blind controlled study. Lancet 2007;370:1915-22. 2 George DT, Gilman J, Hersh J, et al. Neurokinin 1 receptor antagonism as a possible therapy for alcoholism. Science 2008;319:1

jo
Portrait de cgelitti
pour Stéphane:Jeanne est sur le forum bacloféne
info
Portrait de cgelitti
àxxxx,

je n' ai aucun interêt personnel à parler du baclo: simplement dire qu' il existe un médicament qui marche dans 88% des cas....

à minoune,
Tu as tout simplement à faire à des médecins qui sont contre le baclofène, car ce n' est pas dans l' AMM...
ou peut-être par interêt personnel.....(si ça existe, hélas!!!)
Maintenant ton choix de ne pas prendre le baclofène est à respecter, mais si un jour tu changes d' avis, je te laisse mon adresse mail, avec ta ville, peut-être y aura t-il un médecin prescripteur pour toi.

azyopm@hotmail.fr

Il y a aussi drogues et baclofene et alcool-et-baclofene qui pourront te donner des renseignements

Bon courage

Pages

Sujet vérouillé