Alcool et cancer du sein ne font pas bon ménage

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 21 Décembre 2009 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 03 Septembre 2015 : 16h05
-A +A
Certains comportements permettent de prévenir le cancer du sein et les récidives. Saviez-vous que le risque de cancer du sein augmente dès le premier verre d'alcool ? Et après un cancer du sein, le fait de ne plus boire d'alcool diminue de 30% les risques de récidives. Veiller à ne pas prendre de poids est aussi un facteur limitant le cancer du sein et les récidives.

Comment prévenir un cancer du sein ?

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme, devant le cancer colorectal. Grâce au dépistage et à l'amélioration des traitements, le pronostic du cancer du sein est souvent favorable. On dénombre quand même 12.000 décès par an en France.

Il est donc important d'être bien informé, de participer au dépistage par mammographie notamment, et d'adopter une hygiène de vie capable de prévenir le cancer du sein.

Cancer du sein : les comportements protecteurs

Selon l'étude dénommée E3N (suivi de 100.000 femmes de la Mutuelle générale de l'Education nationale), il existe de nombreux facteurs alimentaires protecteurs ou inversement favorisant le cancer du sein.

  • La consommation d'alcool augmente le risque de développer un cancer du sein, et ce, dès le premier verre.
  • Après la ménopause, les lignanes réduisent de 17% le risque de cancer. Les lignanes sont des phyto-ostrogènes présents dans les aliments d'origine végétale, notamment la graine de lin, mais aussi les céréales complètes, les fruits, les légumes, le thé...
  • Les oméga-3 semblent également jouer un rôle protecteur vis-à-vis du cancer du sein. Cette relation est évidente dans les pays asiatiques où la consommation de poissons riches en oméga-3 est très importante.
  • Les acides gras trans que l'on retrouve dans de nombreux produits industriels, sont aujourd'hui connus pour potentialiser le cancer du sein.
  • L'excès de poids retarde le diagnostic du cancer du sein et diminue l'efficacité des traitements. Les celleules graisseuses favorisent également l'inflammation favorable au processus de cancérisation .
  • À côté des facteurs alimentaires, notez que l'activité physique est très clairement protectrice.
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 21 Décembre 2009 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 03 Septembre 2015 : 16h05
Source : Le Panorama du médecin, 14 décembre 2009 ; Le Quotidien du Médecin, 11 décembre 2009.
A lire aussi
15 ans de tabagisme majorent mon risque de cancer du sein de 34% Publié le 08/06/2011 - 12h46

Le 47e congrès de l’ASCO (American Society of Clinical Oncology) a été l’occasion de présenter les grandes nouveautés thérapeutiques dans le domaine du cancer, mais aussi les progrès en matière de prévention. C’est ainsi que le tabagisme est revenu sur le devant de la scène et tout...

Cancer du sein et prise de poids : quelle relation ? Publié le 03/11/2008 - 00h00

Dans l'année qui suit un cancer du sein, les femmes prennent en moyenne 2,5 à 4 kg. Comment expliquer cette prise de poids ? Le risque est-il le même pour toutes les femmes ? Est-il bénéfique de maigrir vis-à-vis du cancer ? Réponses à toutes ces questions avec le Dr David Elia*.

Plus d'articles