bichettedu67
Portrait de cgelitti

Bonjour.

Je viens de découvrir que ma nièce (21 ans) est accro à l'héroïne depuis 3 ans.Je m'en doutais depuis quelques temps, mais je viens d'en avoir la confirmation par un membre de la famille. La situation est compliquée et délicate, car ma soeur (alcoolique depuis plus de trente ans) ne s'est jamais occupée de ma nièce et l'a confiée dès bébé à notre mère pour l'éduquer. Le père de ma nièce l'adorait mais toxico à l'héroïne également a été forcé de retourner dans son pays d'origine au moyen-orient quand ma nièce n'avait pas 3 ans. Ils sont restés en contact pendant des années, mais alors que ma nièce s'apprêtait à visiter son père pour la première fois en 2005, sa famille a dû nous avouer qu'il était décédé depuis 1 an, sans plus de détail, et probablement d'overdose d'héroïne. Ma soeur refuse toujours de voir sa fille et la laisse sur le pallier lors de ses visites désespérées.

Mon fiancé et moi étions proches d'elle et l'aimons beaucoup mais en 2006 nous avons déménagé de 12000 km au sud. Elle nous y a visités en 2007, et c'était génial de se retrouver tous les trois et lui offrir des vacances. Une fois majeure, ma nièce s'est trouvé un logement pour plus d'indépendance.

Depuis le mois de septembre 2011 ma mère s'inquiéte terriblement car elle disparaît épisodiquement sans donner signe de vie, ni à la famille (mes frères) ni à ses amies. Elle a changé de N° de tél, a annulé son compte Facebook et ne communique pas via email, mon seul moyen de la contacter est par voie postale, que j'ai fait à maintes reprises mais sans réponse, le courrier s'amoncelle dans sa boîte aux lettres. Elle ne loge plus à cette adresse et s'endette de factures impayées.

Nous savons depuis lors que ma nièce est accro à l'héroïne depuis 3 ans. Elle prétend qu'elle ne fait que la sniffer, et je suspecte qu'elle se l'injecte mais ment pour faire moins peur à ma mère. Elle ne voit quasi plus personne de son entourage connu excepté ma mère, toutes les 6 semaines environ, et le plus souvent c'est le drame à cause des crises de manque. Elles se sont vues ce 4 janvier, et avait complétement zappé les fêtes de Noël et nouvel an, ne sachant même pas quelle date on est. Elle refuse d'expliquer ses absences et ma mère vit l'enfer à chaque fois qu'elle repart ne sachant pas quand elle la reverra si jamais.

Le problème est qu'elle a fait promettre à ma mère de ne rien dire de sa dépendance à aucun de mes frères ni moi, et à ce jour ma mère est la seule personne à qui elle se confie ou donne visite -rarement- mais tout de même.

Ma mère a finalement accepté de me donner le nouveau N° de tél, me mettant en garde que si j'en parle à mes frères qui eux sont plus proches et plus à même d'aider que moi, ma nièce perdrait confiance en ma mère et on risquerait de perdre sa trace définitivement.

Je voudrais l'aider mais ne sais comment, que devrais-je lui dire, et pour moi ne rien dire à personne constitue un acte de non assistance à personne en danger, je pense que la meilleure solution est d'en parler à mes frères qui pourraient aider grâce à leur proximité, et se renseigner sur les moyens d'assistance plus efficacement que ma mère qui est âgée, fatiguée et sans beaucoup de ressource (matérielle et psychologiques).

Si vous aussi combattez l'héroïne, si vous battez pour un proche, vos conseils sont vraiment les bien venus, aidez-moi, si vous êtes toxicomane, dites-moi que faire ou ne pas faire, dites-moi peut-être quels sont les mots, les gestes qui aident! D'avance merci et courage car si vous lisez ceci, c'est que vous aussi êtes victimes de cette fouttue drogue.

bichettedu67
Portrait de cgelitti

bonjour je suis de tous coeur avec vous car moi j ai mon frere qui et dans l héroine de plus mon autre soeur a voulus commencer a lui en parler fin d année , et il a decidé de partir rejoindre sa copine qui habite toulouse et nous alsace. Donc il a tous plaqué le travail , la famille , et surtout il ne veux pas admettre qu il en depend il dit toujour JE GERE  de mon coté nous avons toujours eu de bon rapport alors je ne veus pas commencer a lui en parler, mais c est tres dure de ne rien faire et quoi faire car le  jour ou quelquechose arrivera nous nous sentirons coupable de ne pas l avoir aidé . De + moi j en ai parlé a mon medecin traitant qui ma dit si lui ne prend pas consience  qu il est accros on ne peu pas le forcer mais comment lui faire comprendre et lui faire prendre consience  .Ma soeur pense a le denoncer ... je vous souhaite beaucoup de courage ...............

Sujet vérouillé