nanoucka
Portrait de cgelitti
Mon épouse est dépressive depuis très longtemps (environ 20 ans, avec des hauts et des bas), sa dépression prend un tour alarmant, elle ne mange plus régulièrement depuis 2 mois environ. Depuis 2 mois, notre vie a changé car je ne suis plus, contrairement à ce qui se passait avant très souvent avec elle. Il faut dire, pour être clair que son attitude envers moi était identique quparavant. Elle est suivie par un psy en qui elle a toute confiance et ce depuis un an environ mais après en avoir vu une dizaine avec lesquels cela n'avait pas marché plus d'une dizaine de séances.

J'essaie, du mieux que je peux, mais à la mesure de mes moyens, de faire ce que je peux pour l'aider. Mais c'est très difficile car elle se montre d'une grande agressivité (verbale) avec moi.

Elle ne peut travailler du fait de son état, elle est sujette à des maux de tête extrêmement fréquent voire permanent.

Un pointimportant est à signaler, c'est que malgré tous les conflits, bien souvent venant de broutilles, je tiens à elle et, d'après son comportement (inquiétude quand j'ai un problème de santé notamment) je pense qu'elle aussi tient à moi.

Qui peut me conseiller sur l'attitude à tenir devant ces attaques verbales : vexations, retour perpétuel sur des sujets qui fachent etc. et ce, sachant que je me trouve dans une situation très délicate dans ma vie professionnelle et que je n'ai certazinement pas la disponibilité qui conviendrait.

Zoe
Portrait de cgelitti
Votre épouse comptait sur vous pour tout, sa dépression prenait ainsi son sens, à l'abri des autres, et même de vos enfants, et maintenant - à cause de votre travail - le voile se déchire, l'illusion du cocon se dissipe et c'est dur.. pour les deux. En même temps, c'est sain car pour la première fois elle est obligée de vivre un peu par elle-même . Saura-t-elle le faire ? Saisira-t-elle sa chance ?
Job
Portrait de cgelitti
Beaucoup de patience, Georges, en effet. Vous en avez sûrement fait preuve depuis le temps, c'est la bonne attitude. Votre épouse est sûrement un peu déstabilisée par vos changements professionnels mais il y a un principe de réalité : vous devez travailler. Elle doit le comprendre. L'entourage médical et familial comptent aussi beaucoup, il faut qu'il soit de qualité. Je suppose qu'elle n'est pas trop isolée ...
Bon courage.
Georges
Portrait de cgelitti
Pour répondre à Job, elle est très isolée car,à part moi, et encore que, comme je l'ai dit,je ne parviens pas à touhjours avoir l'attitude qui conviendrait, elle ne voit pas d'amies, ses parents sont inexistants et dans ma famille, pas plus qu'au niveau de mes enfants, on ne comprend pas les dépressifs : cela n'est pas possible d'être dépressif, il faut se secouer, dit-on. Quant à elle reste très souvent enfermée chez nous devant la télé,avec, plus souvent,mal à la tête. Elle comprend que je dois travailler, mais n'en accepte que difficilement le fait que cela m'e^pêche d'être à ses côtés très régulièrement.
Merci de votre soutien et des conseils que vous pourrez encore me prodiguer
Job
Portrait de cgelitti
D'après ce que je crois comprendre, il s'agit d'un mariage récent de votre part.
Il est certain que vous attendre toute seule, enfermée chez vous devant la télé, ne peut améliorer son état. N'importe qui deviendrait neurasthénique dans cette situation. La maison de repos pourra sans doute lui apporter un réconfort provisoire, mais après ? Sans doute son agressivité à votre encontre traduit plus son impuissance à s'en sortir qu'une véritable irritation dirigée contre vous : vous, vous sortez, travaillez, vivez une vie normale; elle, elle reste confinée, isolée, sans but. Il ne faut pas prendre ses piques pour argent comptant mais les remettre dans leur contexte...et lui pardonner sans trop donner suite, mais sans vous culpabiliser.
Quant à l'aider à se prendre mieux en main, à se sortir de son état dépressif, il faudrait en savoir davantage sur le contexte qui l'a engendré... Avez-vous discuté avec son psy, souhaite-t-il une collaboration ?
D'une certaine manière, vos absences forcées peuvent être une excellente occasion pour elle de se reprendre un peu, sachant qu'elle doit moins compter (ou compter différemment) sur vous : essayez peut-être de valoriser ses efforts, ses initiatives dès que l'occasion se présente, préparez avec elle des petites actions qu'elle devra mener sans vous en votre absence (démarches, sorties, courses etc) pour la pousser à faire quelque chose de son temps.
Ce sont bien sûr des petits moyens !
Je vous souhaite bon courage. Bien cordialement. Job
Sly
Portrait de cgelitti
Bonjour Georges!

Il faut que tu sois en beton, ne reponds pas à ses attaques, garde tes activités, comprend écoute mais ne cautionne pas.
Il faut rester de marbre!
Sur "doctissimo.fr" et "antidepresseurs.com" tu as des conseils sur les conduites à tenir face à une personne depressive!
Est ce qu'elle prend des medicaments?
A quoi est due sa depression? Peut-être qu'un psychiatre serait plus adapté?

Bises et courage
Job
Portrait de cgelitti
J'avais été un peu surpris de lire sous votre clavier : "au niveau de mes enfants, on ne comprend pas les dépressifs". J'en avais déduit que vous étiez mariés récemment et que votre épouse n'avait que très peu de liens avec vos enfants issus d'un autre lit. je vois qu'il en va tout autrement et que votre couple affronte la dépression depuis toujours. Je ne pense donc pas que vous attendiez beaucoup de lumières de l'extérieur, hélas. Que vous conseiller d'autre que de continuer ce que vous avez toujours fait, patience et une certaine abnégation.
Bien cordialement.
Georges
Portrait de cgelitti
Merci à Job de tous ses conseils. Je tiens à signaler que ns sommes mariés depuis plus de 20 ans et que cela a commencé après la naissance de notre premier enfant, nous en avons deux.
J'ai discuté avec son psy qui m'a dit la trouver très fragile actuellement et qui m'a dit essayer, par leurs entretiens, de maintenir un fil entre elle et lui, mais nous n'avons pas parlé de collaboration.
Quant au fait de la "pousser" vers des activités : la réponse est systématique : je n'aime pas, je n'y arriverai pas, je n'ai pas envie ...
Par contre, je ressens bien que, lorsqu'elle occupe son temps, elle va mieux, mais ce n'est jamais pour bien longtemps.
Et puis pour tout, c'est "le verre à moitié vide qu'elle voit. Par exemple, notre fils habite à 300 km. de chez nous, sa femme attend une petite fille pour ces jours-ci, mon épouse se persuade que l'accouchement ne va pas bien se passer et elle en est contrariée. Et je pourrais citer de multiples exemples. Pour toutes choses c'est la même démarche et je dois dire que, lorsque des changements importants se produisent dans votre vie professionnelle, on est moins patient et plus vite usé.
Mais merci pour toutes vos suggestions
Cordialement
nanoucka
Portrait de cgelitti

bondjour,

 

j'ai lu et j' ai l'impression de me reconnaitre dans cette description

les psy...c'est ok ,mais moi tu vois je pense que ta femme a besoin de reprendre confiance en elle 

peut etre ne la regarde plus comme la femme que tu aimes mais comme une malade et elle le resent

coupee du monde reell (la tale la solitude) elle a peur et ne sait plus vraiment comment faire pour faire le premier pas 

un jour ca va et le lendemain....

si tu l aimes vraiment montre lui pas en parole en acte elle reprendra confiance en elle et les choses changeront rapidement

tu ne pourras pas changer ces 20 ans de depression ,mais tu pourras la faire sourire a nouveau 

merci pour elle 

 

 

 

Job
Portrait de cgelitti
Je voudrais encore vous signaler que le Rivotril peut provoquer des troubles de l'humeur, en particulier de l'irritabilité ...
Marie
Portrait de cgelitti

Bonjour Georges,

Effectivement, personne ne sait combien elle doit soufrir, car quand elle est seule elle à l'impression de ne pas excister!! hélas, je connait ce genre de problême!! en tant que malade, car il ne faut pas oublier que c'est une " maladie " et chacun de nous devrions penser que ça ne se guérit jamais, elle revient sans cesse au moment où on pense qu'aujourd'hui, tiens ça va bien !!! et parfois il sufit d'y penser, our qu'elle fasse à nouveau des siennes!!! oui, parfois c'est par la violence qu'elle arrive, croyez-moi, c'est une grande déchirure en soi!!! et bien évidemment c'est la personne qui est sans cesse avec elle, qui prend les "coups" ça parait anormal, alors je vous arrête tout de suite, vous ête la seule personne dont elle à peur et pourtant elle essait de vous mettre une partie de son mal être!! alors plutot que de penser qu'elle est folle, pensez plutot, que si vous n'étiez pas là, elle sombrerai!!!
Je comprend votre désaroi, mais les mots qu"elle emploie, ne sont que des mots," derrière il y à un être trop mal, il lui faut une tête de turc, mais vous sentez-vous suffisamment fort, pour savoir garder votre sang- froid?? Je peux vous donner une idée pour, qu'elle s'apperçoive, que c'est toujours vous, qui prenez la douche, ex: les mots qui font mal, la regarder, surtout ne pas se moquer, savez-vous jouer la comédie? rien de mal, surtout!!un semblant de mal aise!! être touché!!! sans vouloir lui faire du mal, lui donner satisfaction d'avoir touché, sans hausser le ton, et si elle pose la question !! "tu ne réponds pas!! alors offrez-lui un visage triste!! vous vérez!! au fur et à mesure, ça la touchera à son tour et prendra conscience qu'elle vous fait mal!! et pensera qu'elle n'a plus peur de vous!! si gentil que vous soyez!!!
Moi, c'est au bout de 30ans de cette déprime que j'ai réussi à ne plus être mal, grace à ce débordement de ma colère au point que je me dis que rien ne peut me faire peur, même pas mon époux, j'ai vaincu cette peur en la reportant sur mon époux, alors si cela peut vous donner de l'aide je vous conjure, acceptez ce jeu, qui peut lui redonner, le gout de vivre!!
Amitié, Marie.

Pages

Sujet vérouillé