vero et ju
Portrait de cgelitti
Face à l'agressivité de mon mari qui serait atteint de la maladie d'Alzheimer à son début, je me pose la question de savoir si je vais arriver à tenir le choc ou s'il faut que je parte tant qu'il ne m'a pas encore détruite. En effet depuis quelques années ça va crescendo et je viens d'avoir des problèmes de santé suite à la pression et le stress permanent dans lequel je vis avec lui, les crises de violence verbale surviennent toujours à propos de faits sans importance et je ne m'y attend pas. Quelle réaction avoir quand on se fait agresser ? Doit-on s'oublier pour s'occuper d'eux ? J'avoue déjà craquer alors qu'on en est qu'au début et que la suite risque d'être bien pire.
Eva
Portrait de cgelitti
Merci, pour l'instant je ne vois pas trop ce qui pourrait m'aider puisque la maladie n'en est qu'à ses débuts.
Certes on a beau se dire que le comportement est lié à la maladie, ce n'est pas évident de s'en prendre régulièrement dans la figure verbalement. Et c'est épuisant quand il ne comprend pas des choses très simples et qu'il s'entête à vouloir avoir raison. J'ai peur de ce que ça va donner avec l'évolution dans le temps.
Cécile
Portrait de cgelitti
Bonsoir tout le monde,
Je vous comprends tous pour ce que vous endurez. Moi même j'ai du faire face à cette maladie car mon mari est Alzheimer et cela fait déja 2 ans.
Ca n'est pas du tout facile de se retrouver à 60 ans avec un mari alzheimer..
Après plusieurs discussions très animées et souvent houleuses avec mes enfants, j'ai fini par accepter le fait que mon mari soit malade et qu'il ait donc besoin de se faire soigner. Après tout, j'ai finalement compris que c'était égoïste de vouloir garder les personnes que l'on aime près de soi alors qu'elles éprouvent un réel besoin de se faire prendre en charge.
J'ai donc contacté le centre d'informations des personnes âgées (CIPA) de mon village, et ils m'ont vivement conseillé de prendre contact avec l'équipe Retraite Plus, spécialisée dans la prise en charge des personnes âgées. J'avais un peu peur de la réaction qu'allait avoir mon mari en apprenant que j'avais appelé un tel service. Peut-etre allait-il devenir encore plus aggressif? Je craignais qu'il ne pense que je veuille me débarasser de lui.
Mais j'ai fini par me dire que mon mari était malade, et que c'était une nécessité pour lui que de se faire soigner par des gens compétents. Oui, ça arrive d'être malade; mais ça n'est pas pour autant qu'il faut refuser de prendre le mal en considération. Au contraire, le prendre au sérieux montre que l'on tient plus à la personne car nous voulons son bien. Décider de soigner une maladie, ce n'est pas mal. Donc non, ce n'est pas un abandon.
Laisser une autre pesonne, compétente, s'occuper d'un malade, c'est la meilleure chose à faire. On a moins de regrets ensuite, je peux vous l'assurer..
J'insiste sur ce point-là précisément parce que c'est en général pour cette raison que beaucoup de gens refusent toute aide.
Aujourd'hui, mon mari va beaucoup mieux, et tout cela, je le dois à mes enfants qui m'ont poussé à choisir ce chemin.
En bref, si j'ai un conseil à vous donner: si vos enfants vous sollicitent pour entrer en maison de retraite ou foyer spécialisé etc.., faites-leur confiance, c'est pour votre bien.
Et si vous avez une question, n'hésitez pas à contacter Retraite Plus, cela en vaut vraiment la peine faites moi confiance.. ( > www.retraiteplus.fr < ).

Bon courage à vous tous dans cette difficile épreuve.
Cécile M.
louis
Portrait de cgelitti
c est normal qu il veuille avoir raison. avec le temps et l évolution de la maladie il croit avoir assimilé des choses qui sont devenues fausse car en partie effacé a cause de la maladie. un exemple: un malade a voulu préparer un café pour sa femme, il a mixer une cotelette et l a mis dans une tasse étant persuader qu un café c était cela.

je pense qu il ne faut pas faire de cas par rapport a ce genre de problème, car quoi que vous disiez il aura raison car il est sur que c était comme ca qu il l avait appris...


bonne chance.
magaliotta
Portrait de cgelitti
[QUOTE=chris] nina : merci pour ton aide, mon adresse email est
alexto@club-internet.fr[/QUOTE]
syvie
Portrait de cgelitti
[QUOTE=rachida] bonsoir à vous tous
je compatis pour vous tous mais moi meme j'ai un mari qui a alzheimer depuis 2001 mais qui s'en ai bien sorti avec les médicaments qui ont vraiment retardé la maladie jusqu'à il ya 1 an alors là c'est devenu un autre homme tous les jours il parle parle sans arret pose les memes questions 20fois me colle toute la journée, refuse de se laver et le prend comme une insulte il se lève très tot et me demande de lui donner ses affaires pour aller travailler, que le chauffeur l'attendait , qu'il doit lui rappeler de mettre de l'essence, appelle les enfants qui ne sont plus avec ns (un au usa et un à dubai) ma fille 23ans qui habite avec ns il me demande tous les jours qui c'est ce petit garçon moi tantot je suis sa mère tantot je suis sa deuxième femme de quoi devenirt fou des fois j'ai enviede tout laisser tomber et de partir mais après réflexion de me dis à qui le laisser, chez ns il n'ya ni institution ni rien avant de savoir qu'est ce qu'il avait presque tous les mois je l'hospitalisais pour dépresssion angoisse car il réclamait sans cesse ses enfants et voulait absolument voir sa mère qu'il n'a jamais connu (c'est comme ça que ça a commencé) lui qui était dans les finances ne savait plus compterc'est affreux il ne reconnait plus les toilettes, fais pîpi partout dans mes pantouffles sur les tapis aujourd'huit meme j'ai presque vidé la chambre il est sous neuroleptique aujourd'hui on lui a changé on a donné un plus fort et plus cher aussi tous les médicaments sont cher aucune couverture c'est notre retraite qui passe toute entière il ya de quoi écrire un livre tous les jours et tous les soirs il y a du nouveau il invente c'est incroyable et son obcession c(est les toilettes, le téléphone et la porte .il a fugué 2fois maintenant on ferme la porte à clé je ne veux plus recevoir surtout les gens qui ne sont pas au courant je vous souhaite à toutes bon courage écrivez moi si vs voulez ma boite est la suivante : rwahdani@yahoo.fr[/QUOTE]
vero et ju
Portrait de cgelitti
bonjour a tous!!!!!
voila ma grand mère doit avoir un début de maladie d'ALZHEIMER, par contre je me demande comment le dépisté, elle ne veut pas en entendre parler, pourtant son médecin traitant la suit mais ne lui fait pas faire d'examens complémentaire; elle a plusieurs signes tels que le changement d'humeur, la percécution et parfois même l'agressivité envers ses proches; elle a toujours eu un caractère de cochon mais là c'est pas pareil, elle se met dans la tête que ces enfants la vole, ou viennent chez elle quand elle n'est pas là; mais aujourd'hui c'etait le pompom elle croit que mon grand père l'a frappé, pourtant je suis passee hier soir aprés leur repas et tout aller bien; elle me disait que ma tante lui avait abimer les fleurs que ma mère lui avait offert pour le 1 mai; et la ce matin un nouveau discours; on ne sait pas qui croire ma grand mère/mon grand père? il font tout deux du diabète et je voudrais savoir si sa prédomine cette maladie; pouvez vous me conseiller quand au traitement et a son évolution; nous travaillons toute les deux ma mère et moi dans ce milieu mais n'arrivons pas a la percevoir!!!!!
helene
Portrait de cgelitti
bonjour,
Je suis aide medico psychologie et je travailler a l'hopital auprès de personne atteinte de maladie d 'alzheimer.
ALors tous les journées on est confronter au ptit betise qu'il font mais il faut se dire que pendant leur crise le face de delire c pas eux ils sont ds leur monde il fo les laisser faire car si vs l empechez il risque la d etre violent ...
dc un conseil pendant les crises essaye de le canaliser en le protegant des choses dangereuse mais l interdiser pas surtout
J'espère ainsi vous aider. N'hésitez-pas à me joindre si vous désirez de nouveaux conseils.
Marie
Portrait de cgelitti
Toutes les réponses considèrent un état avancé de la maladie où il est possible de la faire reconnître par tous, si je puis dire. Mais il me semble qu'Eva a un autre problème: les terribles années qui précèdent la mise en institution et pendant lesquelles son mari est comme tout le monde, peut mener une vie sociale apparemment normale alors que les crises de violence verbale et parfois physique éclatent avec violence et de façon totalement inattendue- donc difficilement parables psychologiquement par celui ou celle qui doit les supporter. Si elle aime son mari encore et se sent capable de tenir de longues années face à ce délire , elle reste; sinon, elle abandonne la partie pour rester intacte. Mais la décision est très difficile à prendre ( je suis moi-même confrontée à ce dilemne insoluble ). Bon courage
domino
Portrait de cgelitti
j'ai vécu la même chose, enfin, non, c'est mon papa qui la vivait, mais j'habitait à 25 km de chez lui et mes parents venaient à la maison tous les week end.

Maman était toujours persuadée qu'on voulait la commander, nous reprochait souvent de lui manquer de respect, de croire qu'elle était idiote, .... infernal.

Je reconnais que je ne sais pas comment papa tenait au jour le jour : il usait de patience, fermait à clef la porte de la maison pour éviter les "fugues" (généralement dans un besoin urgent d'aller faire des courses, des formalités, .... inventés).

Ce stade est maintenant passé, mais je reconnais avoir souvent été déstabilisée : que faire quand elle voulait absolument aller marcher sur la plage en plein cagnard, habillée d'un énorme pull ?
a la limite, la laisser faire la vaisselle et ranger tout sale dans le placard, il suffit de réparer les bétises derrière, mais quand il lui prennait des envies dangereuse pour sa santé, il n'y avait aucun moyen de lui faire changer d'avis : elle se bloquait tout de suite, s'énervait, et la colère pouvait durer.

Je crois que xekiaz a raison : il faut absolument vous faire aider
xekiaz
Portrait de cgelitti
ce n'est pas du tout evident de vivre 24 sur 24 heures avec quelqu'un comme ça.il est naturel de "craquer".
il faut se faire aider, par une personne a domicile, par des associations d'aide aux familles des alzheimer. il en existe dans presque toutes les villes, il faut se renseigner aupres de la mairie ou des structures hospitalieres qui accueillent ces personnes malades.

voir aussi son medecin traitant, il faut calmer les crises de violence sans pour autant "abrutir" la personne. car parfois c'est le seul moyen qu'ils ont pour evacuer leurs angoisses...c'est tres dur pour eux, les moments de lucidité.

il faut les rassurer, ne pas les contrarier mais contourner le probleme pour repartir. repeter et repeter comme si c'etait la premiere fois...leur memoire fait defaut.

eviter de s'enerver, et si la situation est trop lourde (ce qui est souvent le cas), il n'y a aucune honte a avoir recours a de l'aide exterieur. voire mettre une personne en centre specialisé:
certaine structure les accueille la journée
d'autre 24 sur 24
ce sont des etablissements conçut pour les personnes ayant la maladie d' alzheimer

ces malades ont besoin d'etre rassurer et occuper. a noter, plus tot ils visitent les structures et y font des jeux , plus vite leur reperes s'installent et si un jour ils ne peuvent plus rester a domicile, la transition se fera en douceur.


voila, bon courage et donnez-nous des nouvelles.

Pages

Sujet vérouillé