Accidents de la route : l'hécatombe des adolescents !

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 02 Avril 2001 : 02h00
-A +A
Les adolescents, particulièrement dans la tranche d'âge des 15/19 ans et principalement les garçons, sont très fortement touchés par les accidents de la circulation. En cinq ans, on a noté une augmentation de 11% des décès sur la route chez ces jeunes gens. En règle générale, ils prennent plus de risques sans en évaluer les conséquences. Les parents ont un rôle essentiel à jouer dans la prévention.

En 1999, 922 garçons âgés de 15 à 19 ans sont décédés à la suite d'un accident de la route, soit trois fois plus que chez les jeunes filles. Sous ce chiffre, se cache une augmentation de 11% en cinq ans. Les principaux responsables sont les engins motorisés dont 1/3 de cyclomoteurs et 2/3 de voitures de tourisme.En premier lieu, les adolescents prennent beaucoup plus de risques que leurs aînés. Ensuite, ils en perçoivent moins bien les conséquences et malheureusement acceptent un niveau de danger plus élevé.

Le rôle des parents : essentiel

En matière de prévention un rôle primordial est assigné aux parents. Ils doivent essayer de leur parler, de leur ouvrir les yeux, de les raisonner (pas facile !). Dès l'obtention du permis, il est nécessaire de savoir résister à l'emprunt de la voiture familiale, principalement le soir. Par ailleurs, les parents ont pour mission de favoriser l'apprentissage anticipé de la conduite, encore pratiqué dans seulement 20% des cas.

Pour un adolescent, il est tout à fait logique de mettre sur le même plan, les risques de blessures ou de traumatismes dus à un engin motorisé (voiture, moto, scooter), avec les risques du Sida, du cancer, du tabac, de la dépendance à l'alcool et aux drogues

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 02 Avril 2001 : 02h00
Source : Levêque B., Arch. Pédiatr., 2001, 8 : 245-247.
A lire aussi
Au volant, vos enfants vous regardent ! Publié le 21/12/2015 - 12h21

À la veille de Noël et des trajets en voiture en famille, la Fondation VINCI Autoroutes publie les résultats d’une enquête sur les parents au volant. Si les enfants accordent toute leur confiance à la conduite de leurs parents, en revanche attention, ces derniers ne sont pas toujours...

S'occuper d'un malade dément : un fardeau parfois lourd à porter Publié le 02/07/2001 - 00h00

Lors de l'annonce du diagnostic de démence dans une famille, il y a toujours une personne qui devient l'aidant principal. Désigné par les autres ou simplement pressenti, c'est celui qui va devoir s'adapter aux changements et réorganiser sa vie pour devenir garde malade et souvent soignant. C'est...

Plus d'articles