Max
Portrait de cgelitti
Bonjour à toutes et à tous.

Je ne viens pas faire de morale, mais juste vous donner un peu d'espoir et quelques conseils que j'applique moi même.

J'ai été injecteur de produits illicites pendant + de 14 ans.

J'étais concidéré comme très gros consommateur, et un jour, après plus d'1 an et demi à pleurer pour être admis, j'ai reçu un rendez-vous pour une admission au centre de substitution du departement voisin (Doubs).

Je précise que j'étais bien entendu polytoxicoman et alcoolique.

Le centre m'a pris pour une chose : m'accorder un peu de soulagement pour la fin de mon long voyage dans ce monde douloureux et d'inégalité, où je me sentais vraiment incompris et pas à ma place.

La première chose qui m'à frappé dans ce centre, c'est le petit clin d'oeil de départ qui n'a pas été fait expres, apparemment.

Ce petit clin va peut-être paraitre incompréhensible pour certains lecteurs, mais d'autres je pense comprendrons.

Ce clin d'oeil (pas voulu) etait un trousseau de clefs de voiture posé et laissé sur le bureau des infirmières.

J'ai été choqué de voir cela..............

Pouquoi allez vous dire?

Hé bien, parce que pour la première fois depuis aussi longtemps que mes neurones veulent bien me ramener, on ne m'avait fait une telle confiance.........

Je vous ai dit, certains vont trouver celà abusé, mais je pense que ces personnes sont loin d'imaginer ce que c'est que de faire ce chemin pendant quinze annèes et imaginer ce que l'on peut subir en préjudice moral.

Bon bref, ce jour là, je suis reparti du centre secoué de ce que j'avais constaté, et cela m'a amener à en faire une déduction.

Cette déduction etait et est toujours 2 ans après : J'en vaux peut-être la peine.........

Oui! Arrivé à un moment, on ne se donne même plus le droit de vivre autour du monde dit <<normal>>.

On ne se donne même plus le droit inconsciemment de respirer le même air que son voisin dit <<normal>>.

Oui, on nous le fait s'entir à chaque instant de notre "INNORMALITE" au point de s'enfoncer une aiguille dans la jugulaire interne 8 à 10 fois par jour pour oublier? non !!!!

On le fait en priant le bon dieu qu'il exauce notre unique voeu :

s'éteindre aussi anonymement que l'on est apparu.

Donc ce petit message juste pour dire aux jeunes ARRETEZ S'il vous plait................

ARRETER DE DIRE, MAIS UN JOINT CE N'EST PAS LA DROGUE.

OU DE DIRE ; CELA N'ARRIVERA PAS A MOI, MOI JE MAITRISE.

La je ne vais pas dire "ON", mais je vais dire "JE".

J'ai retenu une phrase, cette phrase c'est un grand monsieur qui l'a dit.

La phrase :

OUEP, C'EST LUI QUI VOUS BAISE, QUI VOUS BAISE A L'AISE.

Vous comprendrez tout le sens de cette phrase, mais certains comprendront mieux que d'autres et j'espère qu'ils y penseront encore longtemps.

Je voudrais juste ajouter, et vais faire un seul souhait.

Je souhaite que chaque toxicomane, peu importe le produit qu'il consomme, qu'il pense à chaque fois qu'il croise une personne, ou à chaque fois qu'il rentre dans un magasin ou dans une pharmacie en voulant raconter n'importe quoi pour avoir sa dose.

S'il vous plait, pensez aux prochaines personnes qui passeront derriere vous et qui seront jugées, comme on l'a fait pour moi, on m'a jugé pour le manque de respect et les mauvaises impressions que vous laissez.

IL faut vous dire une chose : Pourquoi moi, on m'a traité ainsi?

C'est parce que les personnes etant passées avant moi, n'en n'ayant fait qu'à leur tête, sans penser aux autres (copains) qui allaient arriver derrière eux, que l'ont m'a traité ainsi.

Pensez y svp.

Je tiens à dire que je suis toujours dépendant, oui à la methadone, mais qu'à cause de ce jeu de clef(vous vous rappelez, au debut?),hé bien aujourd'hui je crée ma propre entreprise.

Bon courage à vous toutes et tous, et je pense que certains arriveront à lire ce message d'espoir entre les lignes.

Merci à vous tous, merci à l'infimière qui était présente le jour de mon admission dans ce centre.

Amicalement, Emmanuel

Ex- héroïnoman, mais toujours dépendant, oui, mais à la méthadone.

BLyAS
Portrait de cgelitti
Bonjour,

Je suis heureuse d'apprendre que je ne suis pas seule lorsque je lis vos messages.

Je suis en pleine rupture avec mon petit-ami que j'aime profondément et tout cela à cause de sa toxicomanie. Il est héroînoman depuis 15 ans. Je sombre parfois dans la solitude lorsque je subis sa déprime, et parfois ses envies de suicide. Il a cette envie de "décrocher" mais il n'y a arrive pas alors que je sais que cette envie est déja présente ce qui me pousse à vouloir l'aider car je l'aime!

Seulement, étant une femme anti-drogue, je n'arrive pas comprendre sa maladie bien que je vis avec depuis déja un an. Au quotidien c'est très dur, mais malgré tout, je ne veux pas le perdre et veux qu'il s'en sorte. J'ai besoin de savoir qu'il peut guérir...même si autour de moi, tout le monde m'affirme qu'il est malade et qu'il le restera toujours. Je suis prête à tout abandonner pour cet homme, et tous les soirs, je prie pour qu'il ne rechute pas. Je suis un peu perdue, quelqu'un pourrait-il me conseiller et m'aider dans ma démarche?

Merci
Max
Portrait de cgelitti
Salut Cemi,
Il ni a pas de réponse type, savoir combien il prend et de quel manière "shoot snif" etc...
La 1 ère des choses, est de ne pas le lacher, lui dire qu'il y a des gens qui l'aiment vraiment et qui seront la le jour ou il voudra arrêter, et ça c'est très important, car il y a toujours un moment ou on en a marre et on voudrai bien savoir vers qui ce tourner, et une adresse sur dans sa poche sera d'un grand secours dans un 1er temps.
Après c'est le début de la galère pour toi, on ne rentre pas en cure du jour au lendemain, ou avec un peu de chance, ou voir un généraliste et ce faire prescrire un substitue, type subutex ou méthadone, avec le risque de trainer longtemps avec ça, surtout si il est plus sociabilisé. Bref il y a des solutions, mais rien de facile, qui ne se résolve en 1 message.
Vincent
Portrait de cgelitti
Wow Manu, j'ai trouvé ton message très ... très quoi ? Encourageant, voilà ! Perso, moi je n'en suis pas encore là. Je ne suis plus dépendant (aucun substitut) depuis 16 mois mais je n'ai pas fait le chemin que tu as l'air d'avoir parcouru. Je vis dans la culpabilité et la honte. Et ta phrase "J'en vaux peut-être la peine", je ne peux pas l'appliquer à mon cas. Tu peux lire mon post "Besoin d'en Parler" où je l'explique, mon cas.
Merci pour la bouffée d'espoir.

Vincent
Cemi
Portrait de cgelitti
Besoin d aide et de conseils.
Mon frere a 25 ans et il touche a l' hero depuis des annees et selon source il tape tous les jours. On ne sait plus quoi faire personne ne touche a ca dans ma famille. Il ment pour que mes parents lui donne de l argent, il est de plus en plus violent et suicidaire. Il dit qu il n est pas malade et que tout va bien. Tout ce qu il repete c'est "ne vous inquietez pas je maitrise je suis pas comme les autres je me controle...." Ns sommes alles voir la police et le samu ils disent qu ils ne peuvent rien faire tt qu il ne veut pas aller en cure et que en gros ils ne peuvent rien faire pour nous aider. On lui a parle d aller en centre de desintox mais pas moyen il ne nous laissera jamais l emmener. On ne sait plus quoi faire. On pleure a longueur de journee, en ce moment on ne sait pas ou il dort et son degre de depression...il a deja essaye le subutex puisqu il "empreinte" a ses copains qui sont soi disant en centre....il allait chez le psy mais a arrete...
Est ce que quelqu un sait quoi faire?
Cemi
!!!!!
Portrait de cgelitti
Le 14 septembre 2003 ce fût la dernière fois que je "sniffait", quoi??? Je n'ose même pas m'en souvenir et le reste, enfin si j'écris aujourd'hui c'est pour ApprouvéE Manu, car encore maintenant j'ai des envie des manques et ce n'est pas facile!!!!

Alors courage, ci Manu ou moi en t'en que jeune femme j'ai réeussi en m(en sortir, c'est que vous le pouvez aussi!!!!


UN CONSEIL: DE COMMENCER MEME PAS ET SURTOUT POUR LES DEMOISELLE!!!

VOUS RENCONTRER UN FUTUR COPIN DROGUES, LAISSER TOMBER TOUT DE SUITE, car vous sombrer au bout d'un moment comme lui!!

Connaissance de cause!!!

D'autre chose sont plus belle dans la vie que la drogue!!!
marité
Portrait de cgelitti
Enfin un message d'éspoir !

Merci Manu pour ce témoignage. Je suis maman de cinq enfants, et mon troisième fils a commencé la valse des drogues ... à l'âge de 17 ans, aujoud'hui il en a 25.
je vous fais grâce de tous les détails de sa vie de galère, et je cherche "une solution" pour l'aider à s'en sortir.
Il "survit" tant bien que mal, mais au cours de sa dernière cure, il a réalisé grâce à un médecin, que pour s'en sortir ,il devait accepter de souffrir en refusant des médicaments supplémentaires.
Le message à fonctionné car il s'en tient à ceux qui lui ont été prescrit.
Il souffre terriblement, et sombre dans une dépression profonde.
il est pourtant sous méthadone depuis au moins 3 ans.
J'habite à 700 km de lui, et il n'y a pas un jour qui passe sans que je me demande comment il va et j'ai peur qu'il craque d'une façon, ou d'une autre.
Je me sens isolée. Personne à qui en parler.
J'habite près de Rennes.
Dans un premier temps, je vais imprimer votre témoignage pour l'expédier à mon fils.
Je vous remercie de tout mon coeur de ce que vous avez partagé avec nous et je vous souhaite beaucoup de bonheur. Vous le méritez.
Avec toute mon amitié. Marité


Sujet vérouillé