7 conseils pour éviter la déprime du dimanche soir

7 conseils pour éviter la déprime du dimanche soir

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Mardi 13 Décembre 2016 : 13h15
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 12h05

Chaque dimanche, c’est pareil, la déprime vous envahit : vous avez le bourdon à l’idée que le week-end se termine et qu’il faut retourner à l’école ou au travail le lendemain. Mollesse, mélancolie, anxiété, irritabilité... On estime que 50% de la population serait concernée par le blues du dimanche soir. Un phénomène qui peut gâcher la fin du week-end mais qui n’est pas inéluctable.

© Istock

Blues du dimanche soir : les solutions pour l’éviter

1. Garder le rythme

Grasse matinée ou pas, le dimanche se vit souvent en horaires décalés par rapport à la semaine. Certaines personnes supportent mal cette cassure avec leur rythme biologique habituel. « Elles sont comme en jet-lag, note Florian Ferreri. Elles ont l’impression que la journée commence mal, traînent en pyjama, manquent d’énergie... ». Si vous êtes dans ce cas :

  • Mettre un réveil de sécurité : sans se lever aux aurores, mieux vaut ne pas se réveiller 2 h ou 2 h 30 plus tard que pendant la semaine.
  • Aérer son logement.
  • S’habiller normalement, l’idée étant de ne pas rester en pyjama.
  • Faire une sieste courte (10 à 20 mn suffisent à récupérer) plutôt qu’une longue sieste qui « met dans un état d’engourdisssement psychique au réveil donnant l’impression que le dimanche est gâché ».Trop dormir l’après-midi risque aussi d’entrainer une insomnie le nuit suvante.

2. Sortir pour s’aérer l’esprit

Si vous êtes du genre à ruminer ou avoir du vague à l’âme le dimanche, un seul conseil : ne restez pas chez vous !

  • Marcher permet de libérer son esprit des pensées négatives. « L’exercice physique allège l’esprit, explique le médecin. Mais lors d’une ballade, vos yeux sont attirés par des détails qui provoquent des mouvements oculaires répétés, lesquels permettent de moduler l’activité des régions cérébrales impliqués dans la régulation des émotions, notamment le stress ».
  • Programmer une sortie à l’avance : un spectacle, une activité sportive, un déjeuner avec des amis... « Quand le billet est déjà pris, c’est plus facile, prévient Florian Ferreri. Le jour même souvent, on n’a pas le courage »,
  • Regarder le coucher du soleil apaise : on pense à le faire lorsque l’on est en vacances, pourtant c’est possible même en ville si la météo est favorable.

3. Organisez-vous !

Vous adorez les week-ends et vous en profitez pleinement dès le vendredi soir en réservant les contraintes au dimanche après-midi. Erreur : le moment venu, non seulement vous devenez irritable avec vos proches mais vous culpabilisez de n’avoir rien fait plus tôt. « Pour ces personnes, le dimanche devient pas très sympa car elles ont prévu de faire des choses pas très sympa », note le psychiatre.

Pour alléger le dimanche après-midi :

  • Planifiez un peu votre organisation de manière à ne pas avoir tout à faire en fin de week-end : factures à payer, lessive, devoirs avec les enfants, coup de fil aux parents...
  • Regardez le cahier de devoirs des enfants dès le vendredi soir pour avoir une idée de ce qu’ils ont à faire et commencez à anticiper : ce soir lire la poésie, demain, faire l’exercice de maths...
  • Profitez de la météo maussade pour faire les « corvées : passez l’aspirateur, faire ses vitres, ranger ses papiers administratifs...

5. Déconnecter

« L’inconfort de la déprime du dimanche soir est en partie liée au retour, avant l’heure, des préoccupations de la semaine et notamment des soucis professionnels, explique Florian Ferreri. Cela les empêche d’être totalement disponible pour leur entourage ».

  • Éteignez votre téléphone portable professionnel si vous en avez-un.
  • Mettez votre smartphone personnel en mode silencieux pour éviter de le regarder au moindre signal de sms ou e-mails reçus.
  • Prévoyez de faire une vraie pause avec les réseaux sociaux le dimanche en fin d’après-midi même si vous adorez communiquer, d’autant que voir sur facebook les photos de ses amis en train de passer un week-end formidable alors que vous vous ennuyez sur votre canapé peut accentuer le blues.

6. Rester positif

L’optimisme n’est pas forcément inné mais il peut se travailler.

  • Apprendre à reformuler ses pensées : par exemple, si le temps est doux pour un dimanche d’hiver, au lieu de se désoler et dire « il n’y a plus de saison, on va avoir un printemps pourri », voyez le côté positif et pensez « profitons-en pour sortir et aller boire un verre en terrasse ».
  • Préparer une play-list anti-déprime en faisant une compilation des titres qui vous donnent la pêche et mettez-les dès que vous sentez le coup de blues arriver.
  • Opter pour un film du dimanche soir distrayant si vous vous sentez un peu mélancolique.

7. Se relaxer

Si le stress du dimanche soir est trop fort, la relaxation peut permettre de relâcher les pressions. Quelques minutes de respiration lente et profonde procure déjà de la détente :

  • Fermez les yeux.
  • Relâchez les épaules et détendez le visage.
  • Inspirez profondément par le nez sans forcer en gonflant votre ventre et votre poitrine, bloquez votre souffle pendant 5 secondes puis expirez lentement par la bouche en rentrant votre ventre et votre thorax.
  • Faire cet exercice 5 minutes debout, assis ou en position allongée.
  • Prendre un bain à 37°, c’est la température du corps, permet de se détendre. Pour un effet optimal, ajouter des huiles essentielles de lavande, camomille, de citron...
  • Éviter l’excès d’alcool le dimanche soir pour surmonter l’angoisse car si une consommation modérée peut apaiser, répétée, elle peut avoir l’effet inverse et conduire à la dépendance.
Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Mardi 13 Décembre 2016 : 13h15
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 12h05
Source : Entretien avec le Dr Florian Ferreri, psychiatre à l’hôpital Saint-Anne à Paris et co-auteur avec Gautier Bouchaud de « Vaincre le blues du dimanche soir », 52 week-ends à sauver, Hachette, 2016.
A lire aussi
Conseils pour bien faire la siestePublié le 02/03/2009 - 00h00

La sieste, tout le monde dit que c'est tendance. Mais quand il s'agit de la faire vraiment, c'est une autre histoire! Sous nos latitudes, les siesteurs sont encore une minorité. Si vous voulez vous mettre à la sieste, il faudra lui faire une place dans vos habitudes. Voici quelques conseils.

Peut-on être heureux dans une société qui stresse ses enfants ?Publié le 04/02/2011 - 09h14

On lit partout que les Français sont déprimés, que l’avenir est bouché. Même les enfants ont tendance à déprimer. On nous dit que tout s’accélère, que le temps passe trop vite, mais que faut-il faire ? À défaut de trouver de grandes solutions pour l’avenir, ne pourrait-on pas...

Bien vivre un été sans vacancesPublié le 09/07/2015 - 15h44

« Cet été, je ne pars pas en vacances ». En le disant, vous vous sentez un peu triste et tout ce monde autour de vous est plutôt gêné, surtout ceux qui partent. Pourtant, pourquoi ne pas faire ce l’été une fête, vacances ou pas ?

Plus d'articles