7 conseils pour éviter la déprime du dimanche soir

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Mardi 13 Décembre 2016 : 13h15
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 12h05
-A +A

Chaque dimanche, c’est pareil, la déprime vous envahit : vous avez le bourdon à l’idée que le week-end se termine et qu’il faut retourner à l’école ou au travail le lendemain. Mollesse, mélancolie, anxiété, irritabilité... On estime que 50% de la population serait concernée par le blues du dimanche soir. Un phénomène qui peut gâcher la fin du week-end mais qui n’est pas inéluctable.

La déprime du dimanche soir : qu’est-ce que c’est ?

« La déprime du dimanche soir n’est pas une maladie, on y survit toujours !, précise d’emblée le psychiatre Florian Ferreri, auteur de « Vaincre le blues du dimanche soir » (Hachette). C’est plutôt un mal-être difficile à identifier car il est ponctuel et peu rationnel. En général, on n’en parle pas car on sait qu’il aura disparu le lundi ».

« Quand j’étais au lycée, j’avais le blues tous les dimanches soirs, se souvient Joël. Du jour où j’ai eu mon bac, il a disparu comme par enchantement ». Les symptômes vont de la morosité au manque d’énergie en passant par l’irritabilité, l’agacement, les ruminations négatives, le vague à l’âme... A priori, personne ne consulte pour ce passage à vide éphémère mais si les troubles dépassent le cadre du dimanche et qu’ils semblent s’installer au quotidien, ils peuvent être le signe d’une anxiété chronique ou d’une dépression larvée. Dans ce cas, il est nécessaire d’en parler au médecin.

Petits et grands : tout le monde est concerné par la déprime du dimanche

Cette déprime passagère touche aussi bien les enfants d’âge scolaire qui ont des rythmes imposés, « ce n’est pas forcément qu’ils n’aiment pas l’école mais ils adorent le week-end et ils ne peuvent pas en faire le deuil », que les adolescents « qui ont envie de consacrer leur week-end aux loisirs et qui se retrouvent acculés à faire leurs devoirs le dimanche soir ».

Les adultes n’y échappent pas. Le blues concerne souvent les personnalités anxieuses, perfectionnistes, très investies dans leur métier et qui commencent à penser au travail qui les attend dès le dimanche. Certaines personnes sont aussi plus vulnérables au changement de rythme dans le week-end qui bouleverse leur horloge interne. Du coup, elles ont du mal à initier des choses.

D’autres facteurs peuvent jouer sur leur moral comme la mauvaise météo ou le fait que tout est fermé. « Le calme du dimanche peut donner une sensation d’un vertige abyssal, d’un vide, pouvant être source de cafard », souligne le psychiatre. Il y a les personnes qui sont tristes le dimanche soir car les amis ou la famille qui étaient venus leur rendre visite sont partis. Et puis celles qui procrastinent tout le week-end et qui se retrouvent le moral en berne le dimanche après midi parce qu’elles ont toutes les « corvées » à faire.

Publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le Mardi 13 Décembre 2016 : 13h15
Mis à jour le Jeudi 19 Janvier 2017 : 12h05
Source : Entretien avec le Dr Florian Ferreri, psychiatre à l’hôpital Saint-Anne à Paris et co-auteur avec Gautier Bouchaud de « Vaincre le blues du dimanche soir », 52 week-ends à sauver, Hachette, 2016.
A lire aussi
Déprime : quand commence-t-on à parler de dépression ? Publié le 07/04/2016 - 14h20

« Je me sens déprimé », c’est une phrase souvent entendue. Mais une déprime passagère, un moment de flottement moral n’est heureusement pas forcément signe de dépression. Alors, comment faire la différence entre une déprime et une vraie dépression qui, elle, est une maladie ?

Anxiété et dépression : quelles sont les différences ? Publié le 22/09/2004 - 00h00

Les deux troubles psychologiques les plus fréquents sont l'anxiété et la dépression. Ils peuvent d'ailleurs être associés et l'on peut ainsi souffrir des deux à la fois ! C'est peut-être pour cela qu'en cas de mal-être, on peut avoir tendance à les confondre. Alors, comment les repérer ?

Conseils pour bien faire la sieste Publié le 02/03/2009 - 00h00

La sieste, tout le monde dit que c'est tendance. Mais quand il s'agit de la faire vraiment, c'est une autre histoire! Sous nos latitudes, les siesteurs sont encore une minorité. Si vous voulez vous mettre à la sieste, il faudra lui faire une place dans vos habitudes. Voici quelques conseils.

Peut-on être heureux dans une société qui stresse ses enfants ? Publié le 04/02/2011 - 09h14

On lit partout que les Français sont déprimés, que l’avenir est bouché. Même les enfants ont tendance à déprimer. On nous dit que tout s’accélère, que le temps passe trop vite, mais que faut-il faire ? À défaut de trouver de grandes solutions pour l’avenir, ne pourrait-on pas...

Plus d'articles