Les 12 données de santé obtenues grâce aux objets connectés

Publié par Isabelle Gayrard Auzet, Rédactrice en Chef le Mercredi 25 Janvier 2017 : 16h46
Mis à jour le Mardi 18 Avril 2017 : 18h16
-A +A

Les objets connectés (et la e-santé en général) nous donnent accès à de multiples données de santé individuelles auxquelles nous n’avions pas accès auparavant. A ce jour, on évalue ce degré de connaissance à une douzaine de données physiologiques différentes essentielles, qu’il s’agisse d’utiliser les objets connectés pour  progresser en sport, pour préserver son équilibre santé au quotidien, ou pour mieux connaître et soigner sa maladie chronique.

  • Suivi continu du rythme cardiaque :

La mesure instantanée de son rythme cardiaque pendant l'effort est délivrée par la fonction cardiofréquencemètre existant sur la plupart des montres et bracelets connectés. Pour aller plus loin dans le médical, il est possible de connecter un module intelligent à un stéthoscope, qui va permettre de retranscrire via une application iOS les battements cardiaques sur un écran. Aucun diagnostic n’est fourni avec cet appareil, un électrocardiogramme est envoyé au médecin via Bluetooth afin de prévenir une maladie ou une éventuelle malformation.

  • suivi de l’activité physique :

Mesurer son activité physique dans la vie de tous les jours, c’est effectuer le comptage des pas, de la distance parcourue, les calories brûlées, le nombre d'étages gravis, et plus largement l’ensemble des minutes actives pendant 24 heures.

  • suivi du sommeil :

L’objet connecté va enregistrer des données diverses et analyser de la qualité du sommeil : temps de sommeil, pourcentage du sommeil profond, le nombre de mouvements pendant la nuit, les micro-réveils…

  • suivi du poids :

Il est possible désormais de compter le nombre de calories absorbées au quotidien avec un outil de recherche d'aliments, ou bien grâce à un lecteur de codes-barres intelligent identifiant directement le produit… L’objet connecté emblématique est la balance impédancemétrique qui calcule l'IMC (indice de masse corporel) et les différentes masses de votre corps pour comprendre au mieux la répartition de votre poids. Il existe 6 masses différentes grâce aux quatre électrodes placées sous les deux pieds :

  • Masse grasse : exprimée en pourcentage et calculée en fonction de la quantité de graisse proportionnellement au poids de votre corps.
  • Masse maigre : exprimée en kilos et calculée en soustrayant la valeur de graisse corporelle au poids total du corps.
  • Masse hydrique : exprimée en pourcentage de la masse totale et indiquant la quantité totale de fluide présent dans le corps.
  • Masse musculaire : exprimée en kilos et désignant le poids des muscles de votre corps.
  • Masse osseuse : exprimée en kilos et désignant la quantité d'os dans le corps.
  • Masse viscérale : exprimée en indice, graisse se trouvant dans la cavité abdominale interne qui entoure les organes vitaux du tronc.
  • Un algorithme calculera une estimation de votre apport calorique quotidien optimal.
  • suivi du taux de sucre dans le sang

Ce compteur connecté permet de connaître individuellement et directement la glycémie, de contrôler et prévenir les déséquilibres (hyper ou hypoglycémie) et d'adapter le traitement de l’utilisateur diabétique. Ici, l’objet connecté a le statut de dispositif médical.

  • Suivi du stress :

Un capteur analyse la respiration de l’utilisateur et en déduit son état d’esprit. Il peut ainsi savoir s’il est concentré, tendu ou fatigué. Pour cela, le tracker détecte les mouvements du corps et mesure l’amplitude et la fréquence respiratoire pour en déduire le niveau de stress. Combinée à d'autres signaux biologiques comme le taux de graisse et l'activité physique, cette mesure donne un aperçu du bien-être psychologique de la personne. On appelle cet objet connecté « oxymètre de pouls », c’est un dispositif médical.

  • Suivi de la tension artérielle :

On effectue cette mesure chez soi à tout moment grâce à un tensiomètre connecté (dispositif médical).

  • détection des troubles et inflammations respiratoires :

Nouvel outil connecté « magique » pour les asthmatiques, ce patch en silicone adhésive qui se colle sur le torse de l’usager permet de détecter le ratio d’inspiration et d’expiration, à la manière d’un stéthoscope, et ainsi de repérer une anomalie. Si c’est le cas, un retour haptique (une vibration) est envoyé à l’utilisateur. Ce dernier peut alors prendre les mesures nécessaires avant qu’il ne soit trop tard pour l’utilisateur, voire activer les secours… On considère que ce système est susceptible de changer la vie des 300 millions d’asthmatiques dans le monde. Rappelons que 250 000 personnes meurent chaque année, selon la World Health Organisation.

  • détection et suivi des tumeurs cancéreuses :

Les chercheurs du MIT ont mis au point un incroyable capteur connecté qui va leur permettre de lutter plus efficacement contre les tumeurs cancéreuses. Le minuscule appareil va analyser leur mode de développement et de propagation pour ensuite retransmettre les informations récoltées au personnel soignant pour lui permettre d’adapter le traitement du patient en fonction de ses résultats.

  • suivi de la composition du sang et de l’urine :

un objet connecté est capable d’analyser le sang et l’urine de son utilisateur grâce à des modules amovibles. En insérant dans la base une languette où a été déposée une goutte de sang, celle-ci va l’analyser dans le détail et communiquer rapidement les résultats via Bluetooth au smartphone. Les informations pourront être envoyées au médecin ou sur le Cloud.

  • Détection d’un cancer du sein :

Un soutien-gorge connecté permet de détecter un cancer du sein : des capteurs sont cachés à l’intérieur pour détecter les signes précoces de cancer, sans qu’il soit besoin de faire de mammographie ou de projections ultrasonores. Le soutien-gorge utilise des capteurs de chaleur sous forme de patchs qui mesurent les changements de température circadiens de la femme dans les cellules mammaires. Pour cela, il faut porter le sous-vêtement pendant 12 heures n’importe quand dans la journée. Pour un examen plus complet, ce sera 24 heures. Le soutien-gorge a été essayé par 500 patients et s’est avéré fonctionnel et précis dans 87% des cas.

  • Détection d’un cancer de la peau

Le professeur Mariam Sadeghi, de l’université de Surrey au Canada, a mis au point un microscope qui se clipse sur le smartphone pour photographier en gros plan les tâches sur la peau et les grains de beauté suspects. Permettant un diagnostic rapide, c’est l’outil qui manquait pour accroître la lutte contre le mélanome et les autres formes de cancers de la peau, dont on sait l’importance du diagnostic précoce pour augmenter les chances de survie.

Publié par Isabelle Gayrard Auzet, Rédactrice en Chef le Mercredi 25 Janvier 2017 : 16h46
Mis à jour le Mardi 18 Avril 2017 : 18h16
Source : Macadam Tonic ; Fitbit https://www.fitbit.com/fr/whyfitbit? ; Ihealthlabs Europe ; ; http://www.automesure.com/library/pdf/VM-Objets-Connectes.pdf ; World Health Organization ; Morgan Stanley, 2013 ; Sanofi, le LabSanté
A lire aussi
Les 10 objets connectés médicaux révolutionnaires de demain Publié le 25/01/2017 - 16h16

Selon le monde de la médecine,  la santé connecté (ou e-santé) s’avère un bénéfice potentiel pour la santé publique. Tous les acteurs sont impactés, professionnels de santé et patients. Il aura fallu quelques années pour que l’ergonomie des objets et des systèmes connectés soit...

Plus d'articles